UNE PENIBLE POLITIQUE

Il est incontestable que le salon de l’Agriculture Française est une vitrine de nos meilleures activités économiques. Son autorité et son intérêt dépassent d’ailleurs nos frontières, puisque l’on y rencontre bon nombre d’éleveurs étrangers, acheteurs éventuels et des représentants de diverses firmes d’industrie alimentaire. On n’est donc pas étonné que les plus hautes autorités de l’Etat et bon nombre d’élus des diverses formations politiques y fassent une visite remarquée. Le Président de la République s’y était donc rendu cette dernière semaine . Jusqu’à présent, les exposants, le grand public, faisaient au Président un accueil bon enfant. Qui n’a pas suivi le Président Jacques Chirac passer de longues heures devant les stands et s’attardant de ci de là pour satisfaire son bon appétit avec quelques tranches de saucisson, un morceau de fromage, boire un canon de Bourgogne , caresser une Normande ? C’était la fête ! C’était la joie !

Hélas ! Les temps ont bien changé. Ce fut une bien pénible rencontre pour le Président François Hollande. La presse et tous les média en général l’ont suffisamment relaté. Spectacle affligeant, qui s’ajoutait à bien d’autres, mais qui devait blesser le Président dans sa propre personne. Il n’était pas aimé ! Spectacle affligeant qui donne une mauvaise image de marque à nos hôtes étrangers. Comment ne pas comprendre les débordements de colère de nos agriculteurs devant une situation tragique qui pousse certains à déposer le bilan de leurs exploitations. On a même cité des cas de suicide. Ils travaillent dur, bien au-delà des 35 Heures de Martine Aubry et se voient priver des fruits de leur travail. La cause profonde ? N’est-elle pas aux directives et aux normes de Bruxelles qui ont entrainé les dérèglements du marché ? Il est certain que nos producteurs aveyronnais n’y échappent pas. C’est le cas pour les producteurs de lait de brebis en particulier. Jamais n’a été aussi abondante sa production. Les ventes de Roquefort et des diversifications auraient des difficultés à les absorber. Les solutions ne seraient donc pas faciles pour producteurs et industriels.

L’affaire du terrain d’aviation de Notre Dame des Landes pose par ailleurs quelques réflexions. Voila plus de dix ans que les plus hautes autorités de l’Etat, les Chambres de Commerce, les diverses collectivités, associations représentatives se sont concertés, dialogués, entendus , écoutés pour présenter un dossier qui paraitrait acceptable par tous. Aujourd’hui, il est contesté par des minorités qui manifestent leur refus haut et fort. Il appartenait au Chef de l’Etat de prendre une décision. Il se désiste en prônant un référendum. L’Etat a-t-il encore un Chef ? Et si oui, ce Chef a-t-il encore du pouvoir ? Sans souveraineté il est à craindre que non !

Front National – Section de Millau

Publicités

Auteur : Lou Roumegaire

Patriotes de Millau et du Sud Aveyron. Si vous désirez vous informer sur notre groupe et notre action locale n'hésitez pas à nous contacter par email.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s