Devons-nous faire repentance pour les Croisades ?

templier2

Certains trouvent de mauvais goût l’idée qu’un Pape exhorta et encouragea les guerriers Catholiques à partir en Croisade. Ils disent que les croisades mettent en évidence l’hypocrisie des Chrétiens, qui d’un côté enseignent qu’il faut suivre Jésus, qui accepta volontairement sa passion et sa mort, et de l’autre côté participèrent à une expédition armée en Terre Sainte. Cette critique s’est répandue par les écrits de l’historien du 20ème siècle Steven Runciman.

Peut-être plus que n’importe quel autre érudit, Runciman donna forme à la vision populaire des Croisades, à travers son Histoire des Croisades en trois volumes, publiée entre 1951 et 1954. Son style bien écrit et captivant était agréable à lire, mais il présentait les Croisés comme de simples barbares partis pour détruire une culture islamique pacifique et sophistiquée. Sa vision des Croisades comme de ‘’grandes invasions barbares’’ et un ‘’long acte d’intolérance … lequel est un péché contre le Saint Esprit’’ consolida le mythe que les Croisades étaient des guerres injustes de la part des Chrétiens – un mythe que beaucoup de Catholiques croient encore aujourd’hui.

Les Croisades étaient-elles injustes ? Pour répondre à cette question, nous devons d’abord comprendre que l’Eglise n’a jamais enseigné que toute violence est mauvaise et péché. La Révélation Divine permet l’usage de la violence dans certains cas et pour de justes raisons. L’Ancien Testament est rempli d’exemples de guerres légitimes permises par Dieu et entreprises par le peuple Juif. [1] Ces exemples illustrent clairement que Dieu ordonna et permit l’usage de la violence pour une cause juste. Saint Augustin d’Hippone (354-430), dans son ouvrage La Cité de Dieu, combina les traditions Juives et Gréco Romaines pour la compréhension Chrétienne de la violence légitime, ‘’doctrine de la guerre juste’’. Saint Augustin enseigna que l’on pouvait avoir recours à la violence pour des raisons légitimes, incluant les agressions passées et présentes, ordonnées par une autorité légitime, et pour la restauration de l’ordre et de la propriété. Une étude des archives historiques prouve que les Croisades satisfont ces critères.

Les Croisades ont été provoquées par une violente agression de la part de l’Islam, lequel avait conquis des anciens territoires Chrétiens en Terre Sainte, en Afrique du Nord et avait posé ses sabots en Europe dans le siècle qui suivit la mort de Mohammed, au début du 7ème siècle. Particulièrement inquiétante pour l’Europe Chrétienne fut la conquête de Jérusalem en 638 par une force armée qui mit la ville à sac pendant trois jours et détruisit plus de 300 églises et monastères.

Des territoires Chrétiens supplémentaires furent volés par les conquérants Islamiques à la fin du 11ème siècle quand les Turcs Seldjoukides, un peuple nomade venant des steppes d’Asie et qui s’était converti à l’Islam Sunnite, envahirent l’Anatolie (la Turquie actuelle), une province très importante de l’Empire Byzantin. L’Empereur Romanus IV Diogène (reigne 1068-1071) assembla une force composée de troupes impériales et de mercenaires pour tenter de stopper l’avancée des Seldjoukides, mais il fut défait à la bataille de Manzikert en 1071. Leur victoire permit aux Seldjoukides de confirmer leur pouvoir en Anatolie, créant le Sultanat de Rum avec comme capitale l’ancienne ville Chrétienne de Nicée, endroit où eut lieu le premier concile œcuménique en 325 et à portée de Constantinople.

Les Croisades furent entreprises pour reprendre ces territoires Chrétiens conquis et les restituer au patrimoine du Christ, c’est l’un des critères pour l’usage légitime de la violence.

Une autre justification de la guerre est sa légitime défense ou la défense d’innocents menacés par la violence. Les Croisades furent aussi une réponse à la terrible persécution des Chrétiens Orientaux qui vivaient dans les territoires occupés, leurs droits étaient gravement restreints et ils subissaient des pressions constantes pour se convertir à l’Islam. Par exemple, au début du 11ème siècle, les Chrétiens qui vivaient dans le califat Fatimide furent l’objet de persécutions sous le règne de al-Hakim, qui leur ordonna de porter des turbans noirs et une grande croix en public pour les identifier. Il ordonna aussi la destruction de l’Eglise du Saint Sépulcre à Jérusalem, laquelle avait été construite par Constantin et Sainte Hélène au 4ème siècle. [2]

Les pèlerins Chrétiens étaient aussi victimes de harcèlement et de violence, ce qui exigeait une réponse défensive de la Chrétienté. Les Seldjoukides, qui étaient connus pour leur brutalité, menaçaient les pèlerins sur les Lieux Saints en Palestine. Par exemple, un groupe de 12 000 pèlerins allemands dirigés par l’Evêque Günther de Bamberg en 1065 furent massacrés par les Seldjoukides le Vendredi Saint, à seulement deux jours de marche de Jérusalem.

L’invasion de territoires Chrétiens, la persécution par les Musulmans des Chrétiens Orientaux et des pèlerins, plus la menace posée à l’Empire Chrétien Byzantin, étaient toutes des raisons légitimes pour entrer dans une guerre défensive et, Le Pape Urbain II les présenta comme justification de la 1ère Croisade. En 1095, au Concile de Clermont, le Pape prêcha un pèlerinage armé pour reprendre les territoires Chrétiens perdus de l’Orient tout spécialement la Sainte Ville de Jérusalem.

Urbain II voyait la Croisade comme un pèlerinage, le but de celui-ci n’était pas de conquérir mais de visiter le lieu de pèlerinage et puis de revenir au pays. Les Papes suivants gardèrent la vision des Croisades comme des guerres justes et défensives avec comme objectif principal la reprise d’anciens territoires Chrétiens. Des hommes et des femmes de Foi héroïques, enracinés dans l’amour du Christ et du prochain, entreprirent les Croisades comme des actes de défense et pour la récupération de propriétés volées. Ceci est la façon correcte de comprendre ces évènements importants de l’histoire de l’Eglise.

Original Anglais Steve Weidenkopf, traduction Française Robert FAGES

————————————————————————–
Notes :
[1] Voir Exode 15 ; 32:25-28 ; 1 Samuel 15:3 et 2 Macchabées 15:27-28.
[2] L’Eglise fut construite en 1048 puis rénovée et agrandie par les Croisés après la libération de Jérusalem en 1099.

Publicités

Auteur : Lou Roumegaire

Patriotes de Millau et du Sud Aveyron. Si vous désirez vous informer sur notre groupe et notre action locale n'hésitez pas à nous contacter par email.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s