Humanitarisme business

refugies

C’est par « boulevard Voltaire » que j’ai appris l’existence d’associations pro-immigrationistes peut-être plus par intérêt que par simple charité et bons sentiments. Il s’agit des coopératives sociales, celles qui déjà en Italie reçoivent ces envahisseurs subsahariens qu’on a baptisés « migrants » ; ce qui fait plus légal et donc plus acceptable pour le citoyen contribuable.

On apprend donc que ces associations qui se déclarent sociétés mutualistes en dispensant des services sociaux sanitaires ou éducatifs bénéficient à ce titre d’un important allégement fiscal. Elles recevraient des préfectures 35 € par jour et par demandeur d’asile. En fait un séjour tous frais payé qui peut durer jusqu’à trois ans.

Jusque-là, on ne peut pas trop parler illégalité, mais continuons… la magouille légale c’est de loger et de nourrir chaque clandestin à moins de 35 € par jour. Le bénéfice généré allant directement dans la poche des membres de l’association. Soit 10 clandos dans une chambre d’hôtel prévue pour quatre pour le prix de 70 € la chambre. Mais aussi dans une quelconque structure publique.

Pratique pouvant rapporter jusqu’à 5000 € par jour et laissant éclore ainsi de plus en plus de ces coopératives soi-disant humanitaires. Et face à l’ampleur de ce déferlement migratoire les autorités sont dépassées et laissent faire. Le principal scandale dans ce chaos organisé c’est que seulement 5 % d’entre ces « migrants » peuvent revendiquer le statut de réfugié. Ce qui amène au chiffre de 95 % ceux qui déferlent en Europe en provenance d’Afrique et qui n’ont rien à voir avec le drame syrien ; qui ne sont même pas persécutés dans leur pays car étant musulmans pour la très grande majorité. Ils viennent chez nous dans l’intention de s’y installer, de profiter de nos largesses et de faire n’importe quoi, et le pire s’il le faut pour éviter l’expulsion.

Alors français et européens de l’ouest soyez gentils avec ces migrants ils vous le rendront volontiers et de bon cœur en faisant des enfants. D’ailleurs chez nous certains intellos décadents sinon masochistes comptent sur eux pour relever en France comme en Allemagne une démographie en baisse. Alors français cocus, battus mais contents, paralysés que vous êtes par l’ambiance « politiquement correcte », par la propagande virulente antiraciste, l’humanitarisme compatissant et les Droits de l’Homme, dévoyés par le trotskisme de leur vocation initiale et par l’hyper consumérisme jouissif. Préparez-vous à voir vos campagnes ressembler à la brousse africaine et vos villes et villages se transformer en succursales de la kasbah d’Alger et des bidonvilles de Bamako. Ce qui d’ailleurs est déjà en partie réalisé. « La France multiculturelle et métissée acceptez-la ou quittez-la ». Tel était le slogan inscrit sur une banderole par des crasseux de gôche en soutien aux « migrants », tout leur programme est résumé par ces mots.

Pour retrouver sa souveraineté la France aura comme ennemi mortel non seulement l’Islam conquérant avec ses troupes aguerries et ses bataillons de clandestins mais devra se battre contre ses compatriotes gaulois mais traîtres indécrottables islamo-mondialistes. Tous les marqueurs sont en place pour une prochaine guerre civile. Parce que s’il y a beaucoup trop de pro-envahisseurs par idéologie et d’idiots utiles à cette idéologie il existe encore des opposants déterminés à les combattre ! Vivement la remigration !

Onyx

Publicités

Manuel Valls se moque des possibles ou vraisemblables affrontements entre migrants et concitoyens français.

valls

Renaud Pila, journaliste politique à LCI, a tweeté une phrase prononcée samedi à Tours par Manuel Valls, qu’aucun de ses confères présents dans la salle où s’était rassemblée une assistance très clairsemée n’a reprise. « Ceux qui se mettront en travers de l’accueil des réfugiés trouveront l’État devant eux. »

Le ton était plutôt menaçant. Sa figure sans doute écarlate, comme lorsqu’il s’enflamme devant l’Assemblée nationale. Mais à qui s’adressait-il, notre cher Premier ministre ? À Robert Ménard en particulier ou aux nombreux maires qui ne veulent pas abriter des groupes de migrants sortis de la sordide jungle où ils n’ont pu qu’apprendre les mauvaises manières ? Aux policiers rebelles ? Au Front national ? Cette mise en garde promet-elle des lendemains difficiles aux communes qui se refusent à mettre leurs administrés devant un fait accompli et devant le risque de graves incidents ?

Mais encore faut-il qu’il y ait un État ? Notre cher Président par intérim nous a montré, à de multiples reprises, que cet État n’était plus régalien. Que la rue des racailles venues des banlieues ou des sections d’antifas n’était plus sous domination française mais sous le règne des trafiquants, des islamistes ou des extrémistes de gauche.

 La révolte des policiers n’est que le dernier exemple de cette démission de l’État à qui ils réclament justice et moyens. Et, par-dessus tout, ces policiers veulent recevoir des ordres qui leur permettent de faire respecter la Loi. Est-il admissible que notre ministre de l’Intérieur soit toujours en place après tant et tant de drames ? Est-il admissible même que notre Président soit toujours en place alors que, comme l’a demandé Pierre Lellouche devant les députés en séance plénière (mais pratiquement vide !), il devrait être destitué au titre de l’article 68 de la Constitution qui est très clair : « Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. » Et Pierre Lellouche de citer quelques confidences livrées à Fabrice Lhomme et Gérard Davet dans Un Président ne devrait pas dire ça qui devraient entraîner la mise en œuvre de cet article 68…

Alors, une telle menace lancée par M. Valls ne devrait pas faire frémir ceux à qui elle est adressée.

Il était à Tours pour tenter de rassembler la gauche, toute la gauche, pour tenter, sous la tutelle de son ami Cambadélis, de convaincre les socialistes d’encourager François Hollande à se représenter. En glissant cette phrase sur les migrants comme celle qu’il avait prononcée naguère (« L’islam fait partie de notre culture et est en France pour y rester »), Manuel Valls se préparait pourtant à une autre audience que celle des 200 sympathisants qu’il avait réussi, avec peine, à rassembler à Tours. Une audience nationale lorsqu’il se présentera en lieu et place de Hollande. Un récent sondage Odoxa ne lui a-t-il pas donné, pour les présidentielles, 42 % contre 13 % à l’actuel Président ?

14725746_1317585908260977_5370134293227872246_n

Fort de se présenter comme le sauveur de la gauche (à défaut d’être le sauveur de la France !) à l’occasion des présidentielles, Manuel Valls se moque des possibles ou vraisemblables affrontements entre migrants et concitoyens français dans les villes, bourgs et villages où son ministre de l’Intérieur les aura envoyés après avoir nettoyé la jungle. Le temps que celle-ci repousse de plus belle, le printemps venu…

Source : Floris de Bonneville sur Boulevard Voltaire

 

Chaos à Calais : Les clandestins afro-musulmans incendient tout ce qu’ils ne peuvent pas emporter.

Scènes dantesques à Calais où les clandestins afro-musulmans ont pratiqué la tactique de la terre brûlée avant de partir.

La vidéo de la chaîne qatarie Al Jazeera donne une idée de l’agressivité et de la détermination de l’envahisseur :

Ils ont brûlé la jungle de Calais, et maintenant ils arrivent dans nos villages. Dormez bien braves gens, ça va bien se passer. Les socialos maîtrisent la situation, pas de soucis.

cvp8rb8wyaasvf5

François Hollande admirerait… Marine Le Pen

elysee

Après la révélation de ses propos sur les magistrats ou sur les footballeurs, le livre Un président ne devrait pas dire ça… expose également le «respect très professionnel» de François Hollande pour Marine Le Pen.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, expliquent dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça… comment François Hollande a été «saisi» lorsqu’il a invité Marine Le Pen à l’Elysée au moment de la réforme des régions. Le président de la République aurait été «sincèrement étonné par le travail fourni par le Front national, très argumenté, bien charpenté».

Selon les auteurs du livre, François Hollande aurait ressenti, au cours de cet échange avec Marine Le Pen et ses collaborateurs, la force d’un parti uni, contrairement aux autres formations politiques, notamment l’UDI, «venus à sept ou huit», avec «autant de positions que de participants».

Pour les deux journalistes du Monde, la présidente du Front national (FN) inspirerait à François Hollande «une extrême inquiétude face à la démagogie des arguments avancés, et surtout au potentiel explosif des propositions d’un mouvement populiste». Mais aussi «une forme d’admiration devant la faconde politique, l’organisation huilée, la cohérence de l’argumentation… Un respect très professionnel face à la puissance de la machine FN, miroir de son incapacité à l’enrayer».

François Hollande ne sous-estime donc pas Marine Le Pen. Si selon lui, l’actuelle présidente du FN et son père, Jean-Marie Le Pen partagent «la même politique, la même philosophie, la même idéologie», le président de la République nuance cependant : «Le Pen père était obsédé par les juifs, Marine Le Pen est obsédée par les musulmans. Le Pen père était contre l’immigration, Marine Le Pen est contre la francisation, les gens qui accèdent à la nationalité, le métissage… Elle va s’en prendre aux nationaux, pas aux immigrés. Elle ne pense pas à chasser les immigrés. Elle pense à redonner une clarification à ce que veut dire être français.»

Source : Russia Today

Quand l’église de France est menacée

Church fire 2.jpg

Par angélisme trop naïf la majorité des catholiques, surtout ceux de gauche, n’ont encore pas pris la mesure du réveil brutal et agressif que l’Islam. Je reçois aujourd’hui une lettre d’information de l’association chrétienne Avenir de la Culture sous le titre « Aujourd’hui les chrétiens en France sont devenus une minorité persécutée. Pouvez-vous accepter cela sans réagir ? » On y apprend par exemple qu’à la veille de l’attentat au camion du 14 juillet il y avait eu deux incendies criminels à l’église Saint-Marc et au cimetière de Cocade dans Nice Ouest.

Mais aussi que chaque jour près de deux lieux de culte ou de sépulture catholiques sont vandalisés… que l’incendie de l’église Saint-Louis de Fontainebleau a laissé derrière lui un spectacle révoltant : des statues ont été dérobées, brûlées ou brisées. Qu’à Perpignan les fidèles sont régulièrement insultés et victimes de jets de pierres à la sortie des offices. Que des hosties ont été piétinées à la basilique Saint-François-de-Sales à Thonon-les-Bains par un « jeune » décrit comme un « déséquilibré ». C’est fou ce qu’il y a comme déséquilibrés dans cette diversité musulmane. Un déséquilibré aussi a voulu incendier des églises de la ville de Millau.

Mais ce n’est pas encore terminé puisque dans le Morbihan, l’école maternelle à Sainte-Hélène, établissement privé catholique a été dévastée : le mobilier et le matériel des classes ont été détruits. La communauté catholique de Martigues (Bouches-du-Rhône) a subi au mois de mai 2016 trois attaques : un incendie volontaire dans une église puis une agression contre le curé de la paroisse et enfin un acte de profanation du tabernacle. Trois semaines après, c’était la Croix de Guise retrouvée renversée et l’église de Veineux-les-Sablons ravagée par un incendie.

Toutes ces quelques dégradations volontaires se rapportent à l’année 2015-2016 et les années précédentes ne sont pas là comptabilisées. Mais imaginez un instant que des mosquées soient profanées, que des fidèles du Coran soient attaqués à la sortie de leur culte, que n’entendrait-on pas ? Des émeutes dans toute la France, des commissariats et des gendarmeries attaquées au cocktail Molotov, des quantités de passants égorgés.

Que sais-je encore… ? L’Amérique d’Obama volerait au secours de ces pauvres musulmans ; le monde entier sauf Poutine condamnerait cette horrible islamophobie. Alors que déjà pour une malheureuse oreille de cochon à l’intention de la communauté des « croyants » (parce qu’eux sont les seuls vrais croyants) les transforme en victimes expiatoires d’une méchante « extrême-droite », forcément Islamophobe.

Alors chers amis cathos ne vous laissez plus manquer de respect. Ces voyous islamistes ne sont fort et audacieux que de votre faiblesse. L’heure n’est plus à tendre la joue pour recevoir une gifle mais à riposter durement à ceux qui vous caillassent à la sortie de la messe. Si vous reculez ils avancent, si vous avancez ils reculent, comme des lâches qu’ils sont. Ils n’ont que le respect de la force.

Allons-nous accepter que la chrétienté de France connaisse un jour la situation dramatique de l’église d’Orient ? Car ne comptez pas sur ce gouvernement pour défendre le catholicisme. Il se dit catholique mais sa protection et son choix vont vers l’Islam en priorité. Les chrétiens en France sont chez eux, ces musulmans ne le sont pas. Qu’ils dégagent… qu’ils aillent vers le Maghreb, c’est là-bas leur avenir !!

Onyx

Loubeyrat (63) : le centre d’accueil destiné aux migrants incendié

img_2074-loubeyrat

Le centre d’accueil et d’orientation de Loubeyrat (63) a fait l’objet d’une tentative d’incendie volontaire la nuit dernière. Le bâtiment était innocupé. Les différents acteurs réaffirment leur détermination à accueillir les migrants. – France 3 Auvergne – Reportage: Laurent Pastural et Arthur John. Montage: Stéphanie Salmon

Dans la nuit de dimanche à lundi, le centre d’accueil et d’orientation de Loubeyrat (Puy-de-Dôme), destiné à héberger des migrants dans le cadre du démantèlement de la « jungle de Calais », a fait l’objet d’une tentative d’incendie volontaire.

La préfecture du Puy-de-Dôme précise que le bâtiment était inoccupé au moment du sinistre. Les pompiers sont intervenus rapidement et ont réussi à contenir les flammes. Le feu ne s’est pas propagé au-delà du hall d’entrée. Selon nos informations, l’incendie se serait déclaré peu après minuit et quart.

Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs de cette tentative d’incendie.

Situé à une douzaine de kilomètres de Riom, la commune de Loubeyrat doit accueillir une trentaine de réfugiés venant de la « jungle » de Calais. C’est une association religieuse qui est propriétaire du site et qui a accepté de le mettre à disposition.

carte-prisme_1050x576

Source : France 3 Régions

Retour à la vie rurale

retourauvillage

Démantèlement de la jungle de Calais. Repeuplement de nos campagnes.

Les cars Macron vont répartir les « femmes et les enfants réfugiés Syriens » dans toute la France. Vous voyez ici un car rempli d’ingénieurs, de médecins et de prix Nobel. Comme ils n’ont pas de femmes et qu’il n’y a pas beaucoup d’activités à la campagne, devinez sur qui ils vont jeter leur dévolu lorsque la sève montera … ils vont chasser la gazelle blanche. Vous savez qu’ils préfèrent les blonde ! J’ai le pressentiment que l’hiver va nous paraître très long, et vous ?

Je plains les quelques chrétiens qui se trouvent parmi eux …

Lorànt Deutsch: «Deux profs militants m’empêchent d’aller à Trappes»

lorant-deutsch

INTERVIEW – Le comédien «passeur d’histoire» ne rencontrera pas les élèves d’un lycée de Trappes le 4 novembre comme il l’avait prévu. Il estime que c’est le parti pris idéologique de deux enseignants encartés au Front de gauche qui a forcé sa décision.

La vision enthousiaste de l’histoire de France de Lorànt Deutsch, auteur à succès d’ouvrage de vulgarisation, ne semble pas faire l’unanimité dans le corps enseignant. Sa rencontre, prévue le 4 novembre, avec les élèves de 4e d’un lycée de Trappes a dû être annulée après la levée de boucliers de deux professeurs, Nicolas Kacmarek et Marie-Cécile Maday, qui ont publiquement déclaré qu’ils ne partageaient pas les valeurs et l’approche du comédien.

Pour Le Figaro, Lorànt Deutsch explique que cette position, qui se pare de vertus pédagogiques, est en fait guidé par l’idéologie de deux militants du Front de Gauche.

LE FIGARO – Qui sont les deux professeurs qui vous empêchent de venir parler d’histoire et de géographie aux élèves de Trappes?

Lorànt DEUTSCH – Ces deux enseignants, dont je ne remets pas du tout leurs compétences en cause, sont des militants du Front de Gauche. Leur démarche est, me semble-t-il, idéologique. Je souhaite simplement rencontrer les élèves pour leur faire partager ma passion de l’histoire. Eux, ils se servent de l’histoire pour faire passer des idées politiques. Cela me rappelle une querelle que j’avais eue avec Alexis Corbière, qui avait voulu tout bonnement interdire mon travail au Conseil de Paris. Mais peu importe, j’étais prêt et je suis toujours prêt à débattre avec eux.

Avez-vous tenté de rencontrer vos détracteurs?

Oui, mais cela n’a visiblement pas été possible. Ils ont contourné l’obstacle en publiant une tribune assez froide via l’association syndicale Attac. Ils défendent une doctrine pédagogique que l’on peut résumer ainsi: l’Éducation Nationale n’a pas pour objectif de faire aimer l’histoire de France. J’encaisse ce point de vue mais il est l’exact contraire de ma démarche.

Pourquoi, selon vous, faut-il aimer l’histoire de France?

L’histoire c’est comprendre la vie au quotidien. Les jeunes de Trappes veulent peut-être connaître l’origine de leur ville, ses secrets. Ils vivent à côté de la Nationale 10 et cette route a un passé, une vie. Je suis un passeur, un conteur, un acteur. Mon credo c’est de faire vivre toute cette richesse invisible. J’avais envie de me présenter devant les élèves avec un maillot de l’équipe de France de football pour mieux leur expliquer le choix du logo. Pourquoi il y a un coq sur le maillot, pourquoi le bleu, le blanc, le rouge, des choses assez simples somme toute. En piquant leur curiosité, ils auraient pu découvrir les trésors de leur cité, de leur environnement. Je ne veux pas jouer le vieux mandarin intello mais je crois que l’érudition c’est la générosité, c’est l’envie de transmettre.

Vous défendez une passion désintéressée de l’histoire mais vos censeurs vous reprochent de la teinter d’idées monarchistes…

C’est amusant, mais ceux qui me reprochent d’être un historien militant sont souvent des militants du Front de Gauche qui n’hésitent pas à professer leur idéologie. C’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité. Je reconnais humblement avoir parfois tenu des propos à l’emporte-pièce sur les plateaux de télévision. Mais je n’ai jamais été encarté dans le moindre parti politique. Et je mets au défi quiconque de me voir défiler pour un parti politique. Je ne défends pas un point de vue politicien. Je ne veux pas combattre mais débattre. Car je sais que la violence verbale est inflammable surtout en période électorale.

Source : Le Figaro

Bulgarie : mobilisation patriotique massive pour exiger l’expulsion intégrale des musulmans

L’Europe s’éveille rapidement face à l’invasion islamique. Les patriotes bulgares sont descendus massivement dans les rues de Sofia pour exiger le renvoi immédiatement de tous les allogènes extra-européens qui tentent de s’infiltrer sur le continent.

“La Bulgarie aux Bulgares !”, “Clandestins dehors !” ou encore “La Turquie tombera !” étaient les slogans repris par la foule.

Un seul constat s’impose : le temps de l’islam en Europe est compté. Plus rien ne peut empêcher son anéantissement et avec lui tous les traîtres qui s’en seront solidarisés.

Les gouvernements européens n’ont plus que deux options sur la table : soit ils organisent eux-mêmes l’éradication de la peste islamique, soit un vaste mouvement révolutionnaire continental les balaiera pour entreprendre cette tâche. C’est la seule alternative à ce stade.

Source : BREIZATAO – ETREBROADEL (24/10/2016)