Léa Salamé trouve que le peuple est moche et stupide, et que Marine lui ressemble

leasalame

Le 9 novembre dernier en deuxième partie de soirée France 2 a diffusé un nouvel épisode d’une série involontairement comique qui pourrait s’appeler : « Les pauvres sont moches, bêtes, préfèrent pousser la chansonnette dans des soirées vulgaires plutôt que tomber en pâmoison devant un concert de Pierre Boulez ».

Bref, le jour où Trump était élu président des USA, France 2 diffusait un reportage édifiant sur la culture au FN. Rapide résumé des 22 minutes du document : le FN est rempli d’abrutis qui confondent Mireille Mathieu et la Callas, et les spectacles que l’on donne dans les villes FN du Sud relèvent plus  de la bigoterie santonnière que d’une performance d’artistes SM en résidence dans le marais…pas le poitevin, celui qui borde la mairie de Paris.

Mais ça on l’a déjà dit 30 fois. Par contre, ce qui est très intéressant dans ce reportage, ce sont les deux minutes de discussion (à partir de 22 mn sur la vidéo) où Léa Salamé, cette brillante personnalité douée d’ubiquité puisqu’elle nous inflige, à longueur de journées sur tous les médias de l’univers, des sermons dégoulinants de bien-pensance, échange sur un ton des plus badins avec un laquais, disons plutôt un « journaliste » pour ne pas être blessant envers les laquais. Donc notre journaliste, dont on n’a pas retenu le nom, noyé dans cet océan d’insignifiance, avec ses cheveux en bataille, son look soigneusement négligé, présente les signes extérieurs du « Sachant », en opposition avec le « demeuré », c’est à dire le type qui vote FN. C’est à dire peut-être vous (on l’espère).

Le duo attaque fort avec un scoop ; quand elle était ado, tenez-vous bien, cette inculte de Marine Le Pen aimait sortir en boîte de nuit ! C’est fou, qu’on la pende ! Un de nos « ex futurs peut-être » président de la République, avant de trébucher sur une femme de ménage dans la salle de bain d’un hôtel new-yorkais était aussi un adepte des boîtes de nuit, échangistes celles-là, et ça n’émouvait pas les journalistes à l’époque.

Le meilleur reste à venir. Léa Salamé nous apprend qu’il y a quelques années, Marine aurait demandé à un intellectuel fantasque, Paul-Marie Coûteaux, de lui conseiller des livres à lire. Mon Dieu, encore un scoop !  Ce brave Paul-Marie a établi une petite liste, allant de Proust, à Gide, en passant par Houellebecq mais aussi par ce méchant Renaud Camus, écrivain plus proche de la Voie Lactée que des théories du 3e Reich.

A coups d’œillades complices, nos deux journalistes enchaînent, en substance ; Marine appartient tellement à ce peuple fruste qu’elle aurait même écouté des versions audio de certains livres afin de pouvoir les découvrir en voiture. En gloussant, pleine de fatuité, Léa Salamé a alors conclu que l’objet « livre » n’était pas en odeur de sainteté  au FN. Quelle démonstration scientifique ! Pire encore, en se pinçant presque le nez pour ne pas être souillée par les effluves des gueux, Salamé a  précisé que Marine aimait… les karaokés ! Fichtre, manants, faites moi quérir cette terrible Marine afin qu’on la corrige!!

C’est vrai que Léa Salamé a dû fréquenter les discothèques des campings, les salles de cinéma de Créteil soleil et les sorties à la mer avec le Secours populaire.

Petit résumé de la brève existence de Léa, selon Wikipedia

Hala (ou Léa) Salamé est la fille de Ghassan Salamé, ancien ministre libanais de la Culture, politologue et professeur à Sciences Po Paris et ancien conseiller spécial du secrétaire de l’ONU Kofi Annan[3] ; sa mère, Mary Boghossian, d’origine arménienne[4], est la sœur des diamantaires Jean et Albert Boghossian[3].

Après une scolarité secondaire au lycée Saint-Louis-de-Gonzague[8], à l’École alsacienne[9], des études de droit à l’université Panthéon-Assas[10], Sciences Po Paris[4] et une année à l’université de New York (elle a été blessée lors des attentats du 11 septembre 2001)[5], Léa Salamé entre [Quand ?] comme stagiaire sur La Chaîne parlementaire où elle va faire ses armes avec Jean-Pierre Elkabbach[3] dans Paroles du monde

Chez les gens bien nés, tout est dans tout et vice versa.

Léa Salamé trouve que le peuple est moche, le peuple est bête. Le peuple s’appelle chez elle populace. Et le pire, pour elle, c’est que les gueux votent aujourd’hui FN au lieu de défendre les belles valeurs de gauche de Léa (d’ailleurs Léa doit certainement habiter près de Calais ou vers Drancy…). Mais le jour où l’émission a été diffusée, mercredi 9 novembre, d’autres voix se sont fait entendre sur le continent américain. Des voix si puissantes qu’elles ont résonné jusqu’en Europe, renforçant notre espoir en un changement radical. Et toutes les Léa Salamé devront comprendre que le monde qu’elles ont si ardemment défendu pour protéger leurs privilèges est en train de s’effondrer.

Jean-Christophe Comet

Publicités

Auteur : Lou Roumegaire

Patriotes de Millau et du Sud Aveyron. Si vous désirez vous informer sur notre groupe et notre action locale n'hésitez pas à nous contacter par email.

1 réflexion sur « Léa Salamé trouve que le peuple est moche et stupide, et que Marine lui ressemble »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s