Le cas Bissonnette

bissonnette

Alexandre Bissonnette, c’est le nom de ce garçon, qui a mitraillé et tué 6 personnes dans une mosquée à Montréal, il me semble bien que c’est dans cette ville du Québec. Mais peu importe l’endroit, il est évident, qu’il est difficile d’approuver cette façon de régler le problème de l’immigration musulmane qui ressemble que trop à la façon de faire des islamistes en France, en l’occurrence.

C’est d’ailleurs, tout à fait contre productif, car ce geste de désespoir, devant peut être, la passivité de la population autochtone, et surtout la coopération active des élites pour encourager l’installation en masse de familles musulmanes, dans un  pays, jusque là très chrétien et traditionnaliste, lui a fait « péter les plombs », malheureusement.

D’autant plus, qu’il fait passer les canadiens, pour des gens méchants et racistes. Ce qui n’est certainement pas le cas, sinon on ne construirait pas des mosquées dans la « Belle Province ».

Mais ce qui est encore plus dommageable pour le Québec, c’est que cet attentat stupide, va renforcer encore davantage le sentiment de victimisation de la communauté musulmane et les pousser vers des revendications, comme ils savent si bien le faire, afin de soutirer au Gouvernement canadien, si bienveillant avec l’immigré mahométan, de nouveaux « accommodements raisonnables.

Malgré tout, j’accorderai à Bissonnette quelques circonstances atténuantes à son dossier accablant. Les canadiens les plus lucides vivent mal, comme nous en France, cette montée, non seulement de l’islamisme sur leur territoire, mais l’imprégnation  de cette religion politisée sur leurs coutumes et traditions.

Dans ces conditions, il y a ceux qui s’engagent pour les partis à vocation identitaire, quand ils existent, ou qui agissent avec leurs faibles moyens, comme par exemple distribuer des tracts, ou écrire des articles, et d’autres qui ne voient des solutions efficaces qu’en passant aux voies de fait.

Cet acte aurait été vu autrement , si le tireur en question avait ciblé des collaborateurs notoires de l’Islam et des dhimmis, comme il n’en manque pas dans ce pays. Acte qui a aussi donné de l’eau au moulin à nos journaleux de gauche, comme Libération qui y est allé, tout à son habitude, avec ses amalgames empoisonnés : « Bissonnette, connu  pour ses prises de positions identitaires, proches de Marine Le Pen et de Donald Trump ».

Alors la morale dans tout ça

Selon les arguments de Trotski, il n’y a pas de morale dans le jugement d’un acte de guerre larvée ou déclarée, mais cet acte doit être utile... Ce qui bien sûr, y est en totale contradiction chez Bissonnette.

Celui-ci va maintenant répondre de ses actes devant un tribunal, mais c’est surtout l’histoire qui le jugera, en fonction du vainqueur qui sortira de cette partie de bras de fer avec l’Islam conquérant.

En 1941, celui qui deviendra le colonel Fabien, avait tiré et tué l’aspirant Moser de la Wermacht. Les Alliés vainqueurs, il est devenu un héros. Si ces derniers avaient perdu la guerre, il serait resté un criminel !

Onyx

Publicités

Auteur : Lou Roumegaire

Patriotes de Millau et du Sud Aveyron. Si vous désirez vous informer sur notre groupe et notre action locale n'hésitez pas à nous contacter par email.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s