Un discours de soumission

000-NU2HP

Encore un assassinat de policier qui vient de défrayer la chronique. On ne peut que comprendre la légitime colère des forces de l’ordre, compte tenu, du climat  actuel de violences islamiques contre celles-ci.

D’abord, j’ai cru, en apprenant la nouvelle, qu’il y avait une erreur de frappe et j’ai dû  relire une deuxième fois, pour m’apercevoir que je ne m’étais pas trompé. L’ami de Xavier Jugelé, le malheureux policier tué dans cette agression, c’était bien, en effet, l’ami et non l’amie. Bizarre, en effet, mais il vaut mieux en sourire que s’en étonner. Après tout, il ne s’agit pas de juger la vie privée de ce garçon.

Mais le plus regrettable, comme l’écrit Christine Tassin sur RL, c’est cette courte phrase : « Vous n’aurez pas ma haine ». Pour protéger la société, dit-elle, il faut baisser les bras et penser comme Macron, que les français doivent s’habituer au terrorisme, c’est à dire à la mort injuste de gens innocents dont des enfants.

La haine est mauvaise conseillère certes, mais l’absence de toute envie de régler des comptes, en toute légitime défense et toute justice entraine trop facilement à oublier et par conséquent à pardonner le pire.

Il suffit de voir le parcours de l’assassin, Karim Cheurfi, connu de longue date, comme un individu plein de haine et de sentiment de vengeance contre la police, souvent condamné pour des faits très graves et toujours en liberté. La Justice française avait donc passé l’éponge sur ses antécédents judiciaires.

Etienne Cardiles, le conjoint de Xavier Jugelé, dans son hommage à ce dernier, par ces mots « Vous n’aurez pas ma haine » s’est rangé dans la catégorie des défaitistes, de ceux qui allument des bougies et font des petits dessins sur le trottoir au lieu de réagir, avec l’envie de se battre.

Ce petit discours, certainement apprécié par Hollande et son entourage est aussi, non seulement, bisounours, mais politique. Nos gouvernants sont responsables, par leur laxisme et leur idéologie de ce crime.  Si Monsieur Cardiles avait tenu un langage de vérité et sans concessions, ce Gouvernement de lâches se serait fatalement senti quelque peu coupable.

Ce manque de réactivité guerrière contre ces salopards qui nous font la guerre, c’est déjà accepter la soumission.

De Gaulle : « Il n’y a qu’une fatalité, celle des peuples qui n’ont plus   assez de forces pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir. Le destin d’une Nation se gagne chaque jour, contre les causes internes et externes de destruction »

Je terminerai, par une citation de Saint Augustin :

« A force de tout voir, on finit par tout supporter… A force de tout supporter, on finit par tout tolérer…A  force de tout tolérer on finit par tout accepter… Et tout accepter, c’est finir par tout approuver »

Onyx

Publicités

Auteur : Lou Roumegaire

Patriotes de Millau et du Sud Aveyron. Si vous désirez vous informer sur notre groupe et notre action locale n'hésitez pas à nous contacter par email.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s