Coupeurs de langues, coupeurs de têtes, les intimidations de l’islamisme

Alexandre del Valle présente son nouveau livre La stratégie de l’intimidation – Du terrorisme jihadiste à l’islamiquement correct en exclusivité pour Boulevard Voltaire.

Publicités

Quelle est la capacité de résistance des français ?

FRANCE-ATTACK

Ce mercredi marque l’hommage au Colonel  Beltrame. Le geste d’un homme de courage et d’abnégation, qui réhabilite par là le sens de l’héroïsme disparu dans notre société du chacun pour soi. Pourtant on pourrait s’interroger sur le résultat de son sacrifice, mis à part le possible sauvetage de l’otage. Il a donné une importance démesurée à tous les islamistes qui peuvent maintenant se féliciter d’avoir égorgé un militaire de haut rang. Le GIGN était prêt à intervenir pour abattre le tueur.  En intervenant de sa propre initiative, il est devenu une victime supplémentaire, alors que l’on aurait attendu de lui qu’il sorte vainqueur.

Mais si sa mort, comme celle des autres otages, suscite beaucoup de réaction de dégout (et il faut ajouter à ces crimes, celui de Mme Knoll, 85 ans), par un de ces abrutis. Il n’en est pas de même dans la majorité des quartiers où règne la diversité mahométane :  » Radouane on est avec toi ! » C’est avec ce genre de mots que se manifeste la solidarité dans la cité sensible Ozanam et que l’assassin est considéré comme un héros et un modèle à suivre.

Autre motif de dégout, la petite amie de cette ordure barbaresque serait une gauloise convertie. Elle mériterait bien, à mon avis, d’être tondue en place publique et expédiée ensuite vers la Syrie pour gouter aux charmes du djihad.

Bien sûr, on peut se consoler en partie, en pensant que ce lâche tueur islamique, est allé vérifier si les 72 vierges attendues se trouvent bien dans le royaume des ténèbres de son Maître Satan. Mais on est en droit de penser, que s’il avait été expulsé plus tôt du territoire, les quatre victimes seraient toujours vivantes.

Malheureusement, dans peu de temps, cette nouvelle abomination sera oubliée, devant d’autres évènements qui se succèdent, et nos gouvernants continueront leur politique laxiste.

Parce que quel est le résultat de 40 années d’immigration afro-musulmane ? A partir de 2015 on compte déjà 250 morts et 800 blessés, et dans les prisons 70% des détenus, dont beaucoup sont en voie de radicalisation, sont de cette population.

Quel est le bilan malfaisant de ce Redouane Lakdim ? Violences, détention d’armes, outrages à agent, trafic de drogue. Cinq fois condamné, et malgré ce palmarès, jamais expulsé. Bien au contraire, il avait bénéficié de la nationalité française, comme des milliers tous aussi dangereux. Soit, 20 000 terroristes potentiels, prêts à passer à l’acte, n’importe où et à n’importe quel moment.

Mais si le Coran reste le premier modèle à suivre, les vrais responsables sont ces politiciens qui, depuis les années 60, ont permis l’installation sur notre sol de millions d’immigrés musulmans, de plus en plus nombreux et de moins en moins intégrables. Communauté qui compte à présent, plus de 8 millions de personnes. Une véritable contre société dans la société, qui nous place dans l’alternative suivante : Accepter toutes ses revendications, au prix de notre indépendance et de notre soumission, ou les refuser dans la douleur de la confrontation !

Aujourd’hui, jour de l’enterrement du Colonel Beltrame, 157 députés ont observé une minute de silence, alors que ces mêmes parlementaires ont refusé le projet de loi portant sur la déchéance de nationalité et l’expulsion des fichés S. « Le bal des faux culs continue ». Des soit disant représentants du peuple, qui maintenant n’ont plus la volonté ni le courage de renverser la tendance et ne savent que dire « Pas d’amalgame » en louant un vivre ensemble impossible.

Et qui, comble de faiblesse et de jemenfoutisme, continuent de verser le RSA à des fanatiques partis en Syrie combattre la France.

Mais comme il faut beaucoup d’argent, pour continuer cette politique suicidaire, quoi de plus simple que de ponctionner les retraités.

J’espère que cette cérémonie d’hommages nous épargnera les débilités habituelles, dans le genre « Vous n’aurez pas ma haine » ou « C’est pas ça l’Islam », avec petits cœurs, bougies et lancer de ballons.

La seule réaction qui devrait prévaloir serait plutôt de la colère et du « plus jamais ça », en exigeant des mesures sévères et une Justice impitoyable. On peut rêver…

Sinon, un jour le peuple pourrait, peut être, crier VENGEANCE.

Onyx

Fiche « s »… pour se ficher de qui ?

640_va-fichier-personnes-recherchees

Nous sommes en guerre nous serinent nos Présidents de la République depuis des lustres. La question qui vient à l’esprit c’est de savoir contre qui ? C’est là que surgit l’arrête qui coince le Politique… surtout « pas d’amalgame »… avertissement, qui fait systématiquement préambule à la réponse. Histoire de ménager les susceptibilités… Comme si en temps de guerre on devait ménager les susceptibilités. Une fois cette précaution prise on vous précisera… « Surtout pas contre l’Islam, mais contre le terrorisme. Pour celui qui est chargé de faire la guerre, la première des actions est d’identifier son ennemi et de le désigner comme tel. Pensez-vous que ce genre de réponse floue, puisse permettre de neutraliser l’adversaire ? Evidemment NON.

Grâce à Dieu ou à Allah (!) nous possédons l’Arme Fatale qui fait fureur par les temps qui courent, j’ai nommé : La Fiche « S ».

Alors parlons de cette fameuse Fiche « S »…. pour abréviation de « sureté de l’Etat ». Cette fiche « S » est une catégorie parmi d’autres, intégrée dans le Fichier des Personnes Recherchées (FPR). Cette catégorie possède plusieurs niveaux de S1 à S16. A titre indicatif, Mohamed Merah était classé S5. Sans commentaire.

Plus de 20 000 personnes sont inscrites au FPR. Une fois entrée dans le fichier, la personne peut y être fichée pendant 5 ans. Le FPR est mis à jour au fur et à mesures des vérifications. En février, 11 000 sont pris en compte. Pour 4600 d’entre eux, leurs fiches sont « clôturées ». Ils ne nécessitent plus de surveillance, mais demeurent dans le FPR. 3550 sont dits « en veille », c’est à dire sans suivi actif. Le reste : (3 à 4000 ) est considéré comme étant sur le « haut du spectre ».  Une majorité concerne les jeunes hommes issus des banlieues, 500 détenus pour terrorisme et 1300 détenus de droits communs y figurent. 60% des individus qui ont frappé la France depuis 2014 étaient inconnus des services de Police et n’étaient pas fichés.

IL FAUT SAVOIR QUE CE FONCTIONNEMENT EST TEMPORAIRE; Si une personne ne commet aucune infraction et se fait oublier, sa fiche sera effacée au bout d’un an, ou ne fera pas l’objet d’une surveillance active.

IL FAUT SAVOIR AUSSI QU’IL EST IMPOSSIBLE D’ARRETER QUELQU’UN EN RAISON D’UNE FICHE « S » ET ENCORE MOINS DE L’EXPULSER.

Cette fiche n’a finalement qu’un rôle d’alerte, en cas de contrôle d’identité ou à un aéroport, elle signale que des soupçons pèsent sur cette personne; c’est bien loin d’être suffisant pour dissuader nos ennemis, vous en conviendrez.

Il ne peut y avoir de détention préventive en dehors d’une procédure judiciaire. C’est un socle de l’Etat. On ne peut pas détenir quelqu’un avant qu’il ait commis une infraction. Ainsi les fichiers « S » sont surveillés et non judiciarisés, ce qui indique que leur dangerosité n’est pas avérée.

En conclusion, sans modification de cette loi par décret, cette fiche « S » restera un leurre pour rassurer les citoyens français. Son efficacité est très discutable.

La loi du 23 janvier 2006 relative à la lutte contre le terrorisme nécessite la volonté de nos dirigeants pour être reconnue comme arme efficace contre les menaces graves pour la sécurité publique.

(sources: le Monde et Le Point, Wikipédia, etc.)

Belisaire

Conseil National de la Résistance Européenne

RenaudCamus

L’immigration est devenue invasion, l’invasion submersion migratoire. La France et l’Europe sont cent fois plus colonisées, et plus gravement, qu’elles n’ont jamais colonisé elles-mêmes. La colonisation irréversible, c’est la colonisation démographique, par transfert de population.

Certains disent qu’il n’y a pas colonisation parce qu’il n’y a pas conquête militaire. Ils se trompent. L’armée de la conquête, ce sont les délinquants petits et grands, tous ceux qui rendent la vie impossible aux Français en leur nuisant de toutes les façons imaginables, des trop fameuses incivilités jusqu’au terrorisme, qui n’en est que le prolongement. Tous les auteurs d’attentats ont fait leurs premières armes dans la délinquance de droit commun. Il n’y a d’ailleurs pas de terroristes. Il y a un occupant qui, de temps en temps, exécute quelques otages, nous, comme l’ont toujours fait tous les occupants. J’appelle occupants tous ceux qui se déclarent tels, ou s’affichent tels par leur comportement.

Le changement de peuple, la substitution ethnique, le Grand Remplacement, sont l’événement le plus important de l’histoire de notre pays depuis qu’il existe, puisqu’avec un autre peuple l’histoire, si elle continue, ne sera plus celle de la France. La France a toujours à merveille assimilé des individus qui désiraient l’être, elle ne peut pas assimiler des peuples, et encore moins des peuples hostiles, vindicatifs, voire haineux et conquérants. Il faut une vanité sans nom, et une méconnaissance totale de ce que c’est qu’un peuple, pour imaginer qu’avec une population changée la France serait encore la France. Tous les mots sont menteurs mais le plus menteur de tous est celui de français, hélas. Il n’y a pas de djihadistes français, par exemple. S’ils sont djihadistes ils ne sont pas français.

Croire qu’il n’y a en France que des Français est une illusion totale. Il y a des envahisseurs et des envahis, des colonisateurs et des colonisés, des occupants et des occupés.

On ne met pas fin à une colonisation sans le départ du colon : l’Algérie en son temps nous l’a assez montré, hélas — bonne occasion pour nous de souligner, au demeurant, la différence de civilisation.

On ne met pas fin à une occupation sans le départ de l’Occupant. Il n’est d’autre issue que la remigration. Les mêmes qui la déclarent impraticable veulent faire venir en Europe quarante millions de migrants, quand ce n’est pas deux cents millions. Ils proclament l’homme entré dans une ère de migration générale. Qu’il migre et remigre, alors. Ce qui est possible dans un sens doit bien l’être dans l’autre, avec plus de moyens et de douceur.

L’heure n’est plus à la politique, aux élections, aux partis. 2022 est trop loin, le changement de peuple sera alors trop avancé, les remplaçants seront les arbitres de la situation, à moins qu’ils n’en soient tout à fait les maîtres. Et il n’y a, de toute façon, aucune chance de l’emporter jamais à un jeu dont l’adversaire possède toutes les cartes et dont il a fixé toutes les règles. Le pouvoir, ses banques, ses juges et ses médias veulent la substitution ethnique. Ils ne nous en protègent pas, ils l’organisent et la promeuvent. Ils ont drogué le peuple à l’accepter, par l’enseignement de l’oubli, la déculturation, la censure, la répression et les injections permanentes de haine de soi. Ils n’importent pas des travailleurs, d’autant qu’il n’y pas de travail et qu’il y en aura de moins en moins. Ils importent de futurs consommateurs, qu’ils ne se donnent même plus la peine de faire passer pour des réfugiés puisque l’immense majorité de ces migrants vient de pays où il n’y a pas la moindre guerre : orphelins, malades, jeunes gens aventureux ou conquérants, adolescents qui se sont disputés avec leurs parents ou qui ont eu maille à partir avec la police, commerçants qui ont fait de mauvaises affaires.

Vous dites que ces futurs consommateurs n’ont pas d’argent. Détrompez-vous, demain ils auront le vôtre, car les prétendus transferts sociaux ne sont, à la vérité, pas grand chose d’autre que des transferts ethniques. L’Europe est le premier continent qui paie pour sa propre colonisation.

Un spectre hante l’Europe et le monde. C’est le remplacisme, la tendance à tout remplacer par son double normalisé, standardisé, interchangeable : l’original par sa copie, l’authentique par son imitation, le vrai par le faux, les mères par les mères porteuses, la culture par les loisirs et le divertissement, les connaissance par les diplômes, la campagne et la ville par la banlieue universelle, l’indigène par l’allogène, l’Europe par l’Afrique, l’homme par la femme, l’homme et la femme par des robots, les peuples par d’autres peuples, l’humanité par une posthumanité hagarde, indifférenciée, standardisée, interchangeable à merci.

De toutes les manipulations génétiques le Grand Remplacement, sorte de GPA appliqué à l’ensemble de la planète, est la pire. Le génocide par substitution, selon l’expression d’Aimé Césaire, est le crime contre l’humanité du XXIe siècle. Il est d’ailleurs bien singulier que les écologistes arrêtent à l’homme leur louable souci de biodiversité.

Le remplacisme s’estime désormais assez fort pour prendre en main directement la gestion du parc humain, sans intermédiaire. En France, Emmanuel Macron, qui en est dans le monde, avec Justin Trudeau, le représentant le plus achevé, a déjà neutralisé la microcosme, renvoyé dans leurs foyers les principaux acteurs de la vie politique française depuis trente ans, peuplé l’Assemblée de fantoches à sa solde, composé un gouvernement de rencontre, fait éclater tous les grandes partis. Il ne gouverne pas, il gère, comme il le ferait une banque ou une société anonyme.

Il sort de la politique par l’économie, par la finance et la gestion d’entreprise. Nous voulons en sortir par l’histoire. La question de l’indépendance ou de l’asservissement d’une grande nation, de la survie ou de la disparition d’une grande civilisation, ce n’est pas de la politique, cela : c’est de l’histoire. Charles de Gaulle — que nous célébrons aujourd’hui près de sa tombe, pour l’anniversaire de sa mort —, Charles de Gaulle à Londres, ce n’était pas de la politique. Jean Moulin à Lyon ce n’était pas de la politique. Jeanne d’Arc à Chinon non plus, ni Gandhi à Calcutta, ni aucun de ceux qui se sont levés pour l’indépendance de leur pays et pour la dignité de leur peuple.

Ce dont nous avons besoin aujourd’hui ce n’est pas un nouveau parti, pas même une union des droites : le refus du totalitarisme remplaciste n’est pas moins de gauche que de droite. Ce dont nous avons besoin c’est le rassemblement de tous ceux qui opposent un grand Non à l’islamisation et à la conquête africaine. Ce qu’il faut c’est un Conseil National de la Résistance, de la résistance européenne, car toutes les nations européennes sont invitées à mener à nos côtés le combat pour le salut de notre civilisation commune, celte, slave, germanique, gréco-latine, judéo-chrétienne et libre-penseuse.

Mon ami Karim Ouchikh, président du SIEL, et moi, Renaud Camus, avons décidé de constituer précisément cela, un CNR, ou CNRE. Nous proposerons publiquement de se joindre à nous à toutes les personnalités qui nous semblent animées du même désir de sauver notre pays et nous élargirons ainsi notre comité, par cooptation. Mais tous les Français et tous les Européens qui pensent comme nous sont invités à se mettre en relation avec nous et à nous apporter leur soutien. L’objectif est de constituer une force telle qu’il soit, dans l’idéal, inutile de s’en servir.

Cela dit, si par malheur il se trouvait que la seule alternative qui nous fût laissée soit la soumission ou la guerre, la guerre alors, cent fois. Elle n’aurait d’ailleurs rien de civil, malgré le nombre des collaborateurs et des traîtres. Elle s’inscrirait plutôt dans la grande tradition des combats pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, pour la libération du territoire et pour la décolonisation. Il faut sortir enfin de l’ère coloniale, dont nos colonisateurs nous disent tant de mal tout en nous colonisant. Il faut arrêter une bonne fois, si possible au-dessus de la Méditerranée, le balancier fou des colonisations et contre-colonisations.

Vive la France libre. Vive la civilisation européenne.

Renaud Camus Président du CNRE 9 novembre 2017

Source : https://www.cnre.eu/

Incroyable mais vrai

image-9-1170x658

Je ne peux m’empêcher de reprendre la « derniére » de notre Ministre de l’Intérieur, qui donne une idée du niveau de compétences des gens sensés nous protéger. Lisez bien: en parlant de Radouane Lakdim : « Il ne montrait pas de signes apparents de radicalisation »… Bien sûr…i l était seulement fiché « S » depuis 4 ans. Quelle surprise!

G. Collomb en pleine forme, poursuit « Il est passé à l’acte brusquement ». Ainsi, il n’a même pas eu la courtoisie de prévenir qu’il allait tuer.

Ces propos sont du niveau d’un gag d’humoriste, et démontrent une fois de plus le manque de sérieux des guignols qui nous dirigent.

Bélisaire  (à partir d’un article de Bd Voltaire)

Arnaud Beltrame, l’héroïque gendarme de l’attaque de Trèbes

Arnault Beltrame

Lieutenant-colonel du groupement de gendarmerie de l’Aude, Arnaud Beltrame, 45 ans, a été grièvement blessé dans la prise d’otages du Super U de Trèbes (Aude) près de Carcassonne vendredi 23 mars 2018. Arnaud Beltrame a été le patron des gendarmes du Sud-Manche, commandant de la compagnie d’Avranches (Manche) de 2010 à 2014. Il arrivait de la Garde Républicaine à Paris.

Originaire du Morbihan, il avait quitté Avranches pour intégrer le ministère de l’Ecologie. Il avait passé le concours de l’école de guerre. Il avait été fait chevalier de la Légion d’Honneur en mai 2012.

« Acte d’héroïsme »

A Trèbes, le lieutenant-colonel de gendarmerie s’était proposé comme otage en échange de la libération d’une femme. L’officier est ensuite resté à l’intérieur du magasin jusqu’à l’assaut du GIGN, vers 14 h 30. « Il avait laissé son téléphone ouvert, et c’est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN est intervenu » pour neutraliser le terroriste, a déclaré Gérard Collomb, Ministre de l’Intérieur, saluant au passage « le courage du lieutenant-colonel pour cet acte d’héroïsme ».

La réinformation sur le Grill

cyber-censure-797x423

Au nom de la lutte contre la « cyber-haine », « les fake-news » et les complots, le premier Ministre se penche sur les modalités à apporter à une nouvelle loi destinée à faire taire tous ceux qui dérangent le ron- ron du politiquement correct.

Comme dit Emmanuelle Ménard, sur Boulevard Voltaire, « On va vers l’obligation de propos convenus, policés, encadrés ».

Un Maccarthysme à l’envers, mais tout aussi sclérosant, est repris par la pensée unique. Un juge pourra en 48 heures, bloquer des sites pour des propos considérés par leurs censeurs comme discriminants.

« Nous avons les lois les plus répressives du monde » Se félicitait un certain « préfet » Clavel. Préfet  à titre honorifique, puisqu’il n’a pas de préfecture, mais ex-PS devenu macronien.

On  peut constater que sur des lois, déjà très contraignantes et excessives, vont s’ajouter de nouvelles mesures, pour les durcir encore. Ce qui sera un tour de vis de plus à la libre expression sur Internet. Et le moyen de faire taire toute vérité.

Les législateurs ne pourraient ils pas se poser cette question : Pourquoi de plus en plus d’internautes s’épanchent sur les réseaux sociaux, de ce qu’ils ont sur le cœur. De tout ce qu’ils sont empêchés de dire, de crier même partout, sans montée d’adrénaline et sans risquer les foudres de la Justice.

Or, si tous ces gens qu’ils accusent à tort, de propager la « haine » pouvaient librement exprimer leur légitime colère refoulée devant les authentiques « fake-news » que l’on peut lire et entendre sur toutes les radios et chaines TV, ou dans la bouche de nombreux politiciens. Devant tous ces mensonges, étalés sans modération, par ceux-là même qui les accusent de diffuser des propos haineux, ils n’auraient pas besoin de  se défouler sur Internet.

Donc, si nos gouvernants actuels, avaient un tant soit peu de bon sens, ils libèreraient au contraire la parole, en supprimant les lois devenues scélérates, car plus du tout appropriées à la situation actuelle; les lois Perben, Pléven, Gayssot, Taubira. Ce qui restreindrait en même temps, les paroles considérées, par eux comme, racistes, et discriminatoires.

J’ajouterai en passant, qu’en associant racisme et anti-sémitisme, c’est une façon malhonnête de faire porter, en même temps le poids de l’anti-sémitisme à tous les blogueurs qui luttent seulement contre l’immigration de masse et la montée de l’islamisme, encouragée de fait par le laxisme de l’Etat.

Alors, de qu’elle haine parlent ils ? Où sont les vrais fauteurs de propos haineux ?

Un exemple, parmi des quantités d’autres:

Dernièrement, en Grande Bretagne, des centaines de jeunes filles, de la classe défavorisée anglaise ont été obligées de se prostituer, par un gang de pakistanais. Il existe aussi des proxénètes somaliens, tous musulmans, comme par hasard. De nombreux témoins étaient au courant et même des associations de secours, sans qu’il y ait la moindre dénonciation. Les faits sont pourtant très graves : filles droguées, battues, violées, certaines décédées, suites aux séquelles de mauvais traitements.

Alors, sans doute, peur de la part des témoins, de possibles menaces, mais surtout, peur de passer dans l’opinion, pour raciste, islamophobe, fasciste et que sais je encore. Ce qui en Angleterre, pire même qu’en France, peut valoir la prison ou de sérieux ennuis.

Et cette même peur, elle est aussi chez nos gouvernants. Et au nom de cette crainte, qui s’ajoute à une peur bien réelle d’un Islam qui s’impose tous les jours dans notre société, et qui pèse lourd électoralement, qui est courtisé pour sa finance (Selon Pierre Jovanovic, 355 milliards € auraient été prêtés à la BCE par  l’Arabie Saoudite, afin de boucler son budget). Ils sont prêts à sacrifier notre liberté d’expression, cela en totale contradiction avec les valeurs dites « républicaines » qu’ils prétendent défendre.

J’ajouterai, pour finir, que la peur elle est aussi très grande dans les associations, qui se réclament de l’anti racisme, comme : le Crif, la Licra, la LdH, le Mrap et d’autres encore. Car le jour où les français se réveilleront, ce sera terminé de leurs confortables subventions d’Etat et de l’argent qu’ils soutirent de nombreux et juteux procès qu’ils font à beaucoup de lanceurs d’alertes. Ils sont les meilleurs alliés  des terroristes islamiques et peuvent aujourd’hui se féliciter du nouvel attentat dans l’Aude au cri d’Allah Akbar.

Honte à eux !

Onyx

Le 19 Mars 1962

88024680_o

Cette date, hélas n’a jamais marqué la fin de la guerre d’Algérie. Guerre qui n’était pas dirigée contre une nation qui n’existait pas encore, ni contre l’ensemble du peuple algérien arabo-musulman, mais contre des mouvements indépendantistes.

Cette date bien que considérée depuis le « cessez le feu » comme la limite entre belligérance et paix retrouvée reste pour beaucoup de voix discordantes une sorte d’armistice entre les deux camps. En fait les négociateurs français des accords d’Evian se sont fait rouler dans la farine par la partie adverse. Il fallait à n’importe quel prix en finir au plus tôt avec cet énorme gâchis, quitte à brader l’Algérie et à accorder une trop grande confiance aux représentants du FLN, cela avec une grande naïveté coupable, car ces gens n’ont jamais ensuite tenu leurs promesses, on l’a vu par la suite.

Quant à Macron, on se demande d’ailleurs s’il a quelques considérations pour le pays qu’il représente, il disait peu de temps avant son élection, lors d’une visite à Alger, en complète méconnaissance de l’histoire « La France a commis des crimes contre l’humanité en Algérie ». Comment peut-il parler de ce conflit qui a duré 7 années alors qu’il n’était même pas né ? Sauf à se fier entièrement à la vision essentiellement partisane d’historiens comme Benjamin Stora et d’autres.

En effet, il y a bien eu crime contre l’humanité après le 19 Mars, mais pas du côté incriminé ; Sans nier pour autant les méthodes musclées et expéditives quelquefois, à partir de 1954, face aux atrocités de l’ALN, car on ne répond pas à la barbarie par des bouquets de fleurs. Et s’il doit y avoir repentance il faut pour cela qu’elle se fasse de part et d’autre de la méditerranée et pas seulement par la France.

Ce même jour du 19 Mars 1962, à Oran 16 personnes dont 3 femmes sont enfermées dans une grange et brûlées vives. L’inspecteur général des armées Jean Paul DUVAL donne des chiffres éloquents dans les jours qui ont suivi :

91 actions de guerre du FLN – 20 Mars 1962 : 18 soldats tués – 90 militaires « disparus » – 239 prisonniers français jamais revenus – 1 580 civils européens « disparus » dont épouses expédiées dans les bordels de l’ALN – 1165 civils assassinés – 1773 disparus – plus de 80 000 Harkis massacrés avec leur famille. Je signale en passant que le terme « disparu » donne à penser à ce que fut leur sort par la suite dans des conditions atroces : égorgés, éventrés, yeux crevés, membres arrachés et pire encore…

Pendant ce temps … Interdiction gouvernementale donnée à la Croix Rouge Internationale de s’intéresser à ce qui se passait en Algérie à partir de cette date du 19 Mars. Le gouvernement de l’époque accordait par là l’autorisation implicite de continuer la violence, les vengeances et les exactions en totale contradiction avec les accords d’Evian. La France qui avait pourtant gagné la partie sur le terrain était donc en position de force. Elle s’est montrée incapable de protéger ceux qui lui faisait confiance et qui faisaient confiance aux nouvelles autorités algériennes.

Pour conclure il faut signaler l’intervention du 24/09/1981 du Président François MITTERAND qui a désavoué publiquement son ministre de Anciens combattants en affirmant : S’il s’agit de marquer le recueillement national et d’honorer les victimes de la guerre d’Algérie, je dis que cela ne peut pas être le 19MARS.

BARTHE Auguste – ORTUNO Claude – MAZARS Jean-Louis

Union Nationale des Combattants (UNC 12)

 

La permanence du FN12

Permanence

Au Roumegaire nous aimons bien « rouméguer », mais nous ne roumégons pas pour rien. Aussi lorsque par exemple nous assistons au massacre et à la destruction pure et simple de notre patriotisme en liquidant une fédé du FN, pour la citer FN12… là nous rouméguons dur.

Non mais sans blague vous avez vu la « gueule » (il n’y a pas d’autre mot) de la permanence du FN12 ? Outre le fait qu’elle est dans la petite ville de Decazeville, où ce ne sont surement pas les très nombreux militants qui se déplacent… enfin très nombreux selon le SD, il faut vouloir la trouver.

Et lorsque nous y parvenons enfin que voit-on ? La Bodega.

D’accord c’est sympa un pot à la bodega mais le FN il est où ?

On entre à la bodega on commande un café. Le patron est là, très sympa qui nous apprend que la permanence du FN12 c’est la petite porte, là juste à côté en sortant.

Nous l’avions bien vue la petite porte mais sans boule de cristal ou si la bodega est fermée,  vous ne la trouverez pas. Rien qui indique FN.

Ce jour là nous avions de la chance la porte était ouverte.

Premier constat un escalier… et première interrogation : comment ils font les handicapés ? Nous concluons qu’il n »y en a surement pas.

La suite de la visite  nous montre qu’il ne faut pas trainer trop dans la permanence si on a envie de faire pipi, ou alors ce sera dans la ruelle à côté ou à la Bodega si c’est ouvert. Je vous concède qu’on ne se rend pas dans une permanence FN pour faire pipi. Mais si je vous ai cité les escaliers et l’absence de toilettes, je n’ai pas vu non plus de signalétique de sortie de secours, etc… Bref les permanences FN seraient-elles exemptes des normes de sécurité des locaux recevant du public ? Pourtant nous avions rendu visite à d’autres fédérations qui elles étaient non seulement très accueillantes mais parfaitement aux dites normes.

Il est vrai que ce n’est pas le public qui se rend à celle du FN12 qui risque grand chose…. y en a-t-il seulement ? Beaucoup aux dires du SD. C’était un samedi et nous n’avons rencontré que lui. Quant à son accueil, pardonnez-nous de préférer  nous taire sur ce  « point de détail ».

Notre ami nous avait bien prévenu de cela, comme il nous avait bien indiqué que le siège du FN, informé à plusieurs reprises, et de l’absence de respects de la réglementation pour le local, et de la personnalité du SD,  se moque totalement de la fédération FN12. Nous venions d’en constater la preuve sous tout point de vue.

Depuis le congrès du 11 mars nous avions le sentiment que Marine liquidait le FN, nous ne savons pas si c’est le cas, mais une chose est certaine le SD local liquide bien le FN12.

Et pendant ce temps là tout le monde s’en fout… mais pas partout.