Mais qui était donc le capucin botté ?

 

 

Castelnau

EN CES DERNIERS JOURS DE COMMEMORATION DE LA GUERRE DE 1914-1918

Je vais vous parler d’un Général hélas méconnu. En voici une mini- biographie. 

Mr le Vicomte Edouard Curriére de Castelnau, né le mercredi 24 Décembre 1851, à Saint Affrique (Aveyron).

Marié le vendredi 29 Novembre 1878, à Toulouse avec Melle Françoise Jeanne Barthe de Mandebourg.

Le Général d’Armée, Edouard Curriére de Castelnau est décédé le Samedi 18 Mars 1944 dans sa 93ème année à Château Lasserre Montrastuc la Conseillère (31) (Haute Garonne).

La devise de sa famille « Currens post glorium semper. »

Traduction : « Toujours courir après la gloire. »

Elève officier à l’école spéciale militaire de Saint Cyr, en 1869 promotion du 14 Aout 1870, il fut envoyé à la guerre le jour même.

Il fit toute la guerre de 1870-1871 en tant que sous-lieutenant et capitaine à titre temporaire ; à la fin des hostilités, il se retrouva lieutenant et sa carrière fut normale jusqu’à l’obtention de ses étoiles de Général de Division (1909) qui était, avant la guerre de 1914, le plus haut grade dans l’armée Française. Commandant devant Verdun en Janvier 1916, il fut l’adjoint de Joffre, puis chef d’un groupe de l’armée de l’est en 1917 et 1918.

Il perdit 3 de ses 4 fils lors de la guerre de 1914-1918 :

  • Gerald de Curriére de Castelnau, Lieutenant d’Artillerie 1879-1914,
  • Xavier de Curriére de Castelnau, Sous-lieutenant de Chasseur (casoar et gant blanc) (1) 1893-1914
  • François Hugues de Curriére de Castelnau, Sous-lieutenant d’artillerie 1895-1914. 

Le Général d’armée (2) Edouard Currière de Castelnau est devenu député de l’Aveyron arrondissement de Saint Affrique. (3) Chambre Bleu Horizon (1919-1924), puis président de la Fédération Nationale Catholique (FNC).

DECORATIONS

Decorations

Il n’accède pas à la dignité de Maréchal de France à cause d’indignes préjugés politiciens, auxquels il répond en disant simplement : «Lorsque je paraîtrai devant Dieu, il ne me demandera pas combien j’ai d’étoiles sur les manches, il me demandera si j’ai bien élevé mes enfants».

La République gouverne mal en plus d’être mesquine ; elle reprocha la dévotion du Général Curriére de Castelnau, d’où son surnom de Capucin Botté. Après la guerre il préférera s’occuper de son petit parti politique « la fameuse Fédération Nationale Catholique. »

Il mourut presque dans l’indifférence, deux mois avant le débarquement de Normandie (06 juin 1944) ; des obsèques nationales ne lui furent pas données, en raison de l’occupation de la France par l’Armée Allemande.

En 2014, sa statue de Saint Affrique fut saccagée avec de la peinture ROUGE, par un groupe Gauchiste Sud Aveyronnais ! Comme toujours, on n’a jamais trouvé les coupables.

Quand l’on voit notre Président de la République, E. Macron, refuser les défilés militaires, c’est encore une insulte de plus envers les anciens combattants et les militaires d’active comme de réserve, et les patriotes, qui chaque année, fleurissent les tombes des soldats morts pour la France avec leurs actions du Bleuet.

Une promotion d’Elèves Officiers d’active en 2012 prit pour parrain, le Général d’armée Edouard Curriére de Castelnau. Un Aveyronnais originaire de Rivière sur Tarn (12) fait partie de cette illustre promotion :

https://www.ladepeche.fr/article/2013/02/22/1567004-l-elite-de-l-armee-a-st-affrique.html

Personne ou presque ne se rappelle du Général Edouard Curriére de Castelnau. LE ROUMEGAIRE se devait d’honorer ce héros, qui ne fut jamais nommé Maréchal de France, par les sociétés secrètes qui, par rancune depuis le scandale des fiches de 1904, bloquaient l’avancement des officiers catholiques. Edouard Curriére de Castelnau en fut une des victimes : son bâton Maréchal de France ne lui fut pas accordé.

On sait que M. Clemenceau ne fut pas étranger à cette entrave.

Isidore

 NOTES

  1. Casoars et Gants blancs : Elèves officiers de Saint Cyr affectés dans un Régiment, mirent par crânerie devant l’ennemi, leur casoar de saint-cyrien et leurs gants blancs pour aller au combat contre l’allemand.
  2. Général de corps et d’armée : appellation datant de 1921
  3. Députés de la Chambre des députés, de sensibilité politique à la droite nationale.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Mais qui était donc le capucin botté ?

  1. Pour connaitre un peu mieux le personnage que fut le Général Curriére de Castelnau :

    Deux livres.

    1 er
    Castelnau ou l’art de commander du Général Yves Gras Edition Denoel
    ISBN 2.207.23673.0 Edition ancienne 1990, voir les bouquinistes. Tel Livre-rare book.

    2éme
    Castelnau Edition GB Bernard Giovanageli Editeur
    ISBN 98-2-7587-0204-7 Edition 2017.

    BONNE LECTURE

    Jules l’Escabech.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s