Des drapeaux qui interrogent

Albi

Il y a quelques jours, 3 drapeaux des pays du Maghreb étaient accrochés sur un édifice d’une église d’Albi. Un drapeau algérien, tunisien et marocain. Comme si tout le Maghreb était solidaire pour affirmer sa solidarité religieuse face à un emblème de la chrétienté.
Bien sur, on peut penser aussi, qu’il s’agit d’un jeu imbécile, mais même dans ce cas, le message, peut être sans volonté de nuire n’est pas neutre.

Cela démontre mieux que des paroles, un acte qui donne la priorité au pays d’origine par rapport au pays d’accueil, malgré une nationalité française qui leur est offerte sans contrepartie et automatiquement, sans même leur consentement.

Quand on apprend, qu’en France, 45 à 50% de ces jeunes fils d’immigrés musulmans sont pour la charia, on peut se poser des questions.

Acte sans dégradation certes, mais qui dans leur communauté aurait été considéré comme provocateur et sacrilège.

Le curé de l’église en question, qui au tout début avait porté plainte, s’est trés vite repris, pour dit-il : « Appeler à rechercher la paix et réveiller le sens religieux, pour fair face aux tendances individualistes et égoïstes et à l’extrémisme, comme y invitait le pape François et le grand Iman d’Al Azhar, le 4 février 2019 à Abou Dhabi ».

Autrement dit, pour faire plaisir à cette religion politico-conquérante qu’est l’Islam, les autorités catholiques se sont couchées une fois de plus.

Il y à peu de temps encore, c’était la cathédrale de Saint Dié qui était vandalisée, pendant que les mosquées sont protégées. Le curé signalait à ce sujet que lorsque les vandales sont pris la main dans le sac, ils en rient, comme d’une plaisanterie.

Il y a pourtant des quantités de sites religieux chrétiens à rénover, pendant que des maires sans scrupules distribuent l’argent de l’Etat pour faciliter de nouvelles implantations de mosquées.

Et que dit le pape François: « Remerçions Dieu, pour les sociétés multi-culturelles et multi-ehtniques. Les migrations nous apportent toujours plus de richesses ». En 2018 on comptait 1036 actes anti-chrétien, pour 100 anti-musulman. Revoyez votre copie « cher saint père ».

En tout cas, les responsables religieux musulmans, n’ont pas pour habitude de retirer leur plainte lorsqu’une tranche de lard de cochon est seulement déposée devant une mosquée.

Les idenditaires, pour avoir accroché une banderolle sur la mosquée en construction de Poitiers ont largement payé leur geste, pourtant sans la moindre dégradation: Un an de prison avec sursis, pour 5 d’entre-eux, avec une amende de 10 000 € et 24 465 € « d’indemnisation » alors qu’ils n’ont provoqué aucun dégat.

Et l’évêque d’Albi, toujours soucieux de ménager les bons rapports avec la religion de paix et d’amour, organise un repas convivial qui se veut fraternel le 19 mars entre cathos et musulmans. C’est pas beau l’entente cordiale, sauf quand elle va toujours dans le même sens.

Que le curé de l’église d’Albi ne porte pas plainte c’est son droit, mais qu’en disent les fidèles ? Rien ne prouve qu’ils soient du même avis !

Onyx

Une réflexion sur “Des drapeaux qui interrogent

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s