Journée dite des migrants

ANSA850780_Articolo

Journée de la fausse vertu, célébrée dans beaucoup de lieux de cultes chrétiens, dont le Pape actuel est le principal promoteur. Un Pape engagé, aux idées mondialistes, un sans frontiériste, qui a eu comme conseiller Peter Sutherland, membre actif du groupe Bilderberg, ancien patron de la banque Goldman Sachs International et surnommé, le père de la mondialisation. Celui qui aurait déclaré : « Il est primordial de passer des Etats qui choisissent de migrants, aux migrants qui choisissent les Etats ».

En fait, Gorge Bergoglio, ancien jésuite, devenu Souverain Pontife, grâce, sans doute à quelques appuis plus politiques que spirituels, sous le nom de François, devient, par sa propagande en faveur des « migrants », l’idiot  utile ou consentant, des forces financières qui dominent la Terre.

Un Pape qui ne craint pas, de faire passer les catholiques, pour les gogos les plus crétins de ce monde et qui a réussi, par sa haute fonction religieuse à rallier idéologiquement la plupart des évêques de France. Dont un évêque qui tolère un Allah Akbar, inscrit sur le fronton de la cathédrale, d’autres qui vont rompre le jeûne dans les mosquées, ou qui déclarent que manger halal ne les dérange pas, puisque l’avenir est de vivre aux cotés de l’Islam ; ou qui organisent des prières, dites œcuméniques avec les mahométans.

On dirait vraiment, que pour faire revenir des fidèles dans les églises vides, plus ces éminences « progressistes » veulent se rapprocher d’une religion, qui elle remplit les mosquées. Curieuse démarche devant le prosélytisme dynamique de l’Islam, qui peut se vanter de convertir chaque année, des centaines d’anciens catholiques.

D’après ce Pape, «Ce n’est pas un péché d’avoir peur, mais c’est un péché de refuser l’accueil des migrants ». Non Monsieur Bergoglio, le « péché » c’est de proférer une telle affirmation mensongère. Les Nations européennes ont parfaitement le droit, sans pour autant renier les Commandements divins de refuser d’être envahis par des masses de populations, en majorité musulmanes, venues d’une Afrique, encore primitive et barbare dans ses meurs. Le Christ n’a jamais dit qu’un pays devait accepter une occupation forcée passivement.

Pendant ce temps, des milliers de protégés de ce pape destructeur de nos sociétés, continuent à entrer en Europe, comme dans un moulin, avec le soutien actif des bénévoles immigrationistes, aussi destructeurs que lui.

Quand Collomb, pourtant bien timoré et mou, parle d’effectuer des contrôles dans les Centres d’accueil et de durcir les conditions du droit d’asile, c’est aussitôt une levée de boucliers, de la part des ces associations malfaisantes, qui n’ont aucun scrupule à parler de « rafles », dans les Centres d’accueil. Avec un allusion malhonnête aux rafles meurtrières du Vel d’Hiv.

Quand verrons nous, des manifestations ANTI MIGRANTS, encore plus nombreuses, à Paris et dans les autres villes françaises ? Pour appuyer les quelques mesures de bon sens prisent par le Gouvernement !

On sait que 75% des français, sont pour durcir les règles sur l’immigration et il suffit d’une petite minorité d’inconscients, installés sur leur petit nuage idéologique, pour faire reculer nos gouvernants.

Sachant que le laxisme le plus complet règne depuis des dizaines d’années, en matière d’immigration, et que les clandestins déjà présents sur le territoire ne seront pour plus des ¾ jamais expulsés, on se demande comment il peut exister des rêveurs, qui au nom d’un prétendu humanisme et d’une fausse compassion, sont prêts à sacrifier leur pays, sous le poids d’un envahissement de parasites, qui ne viennent chez nous que pour profiter de nos lois sociales et des largesses de la République. Avec en perspective, un milliard d’habitants, sur le continent africain.

Si vraiment, les autorités de Bruxelles voulaient juguler  cette invasion anarchique d’outre mer, elles commenceraient à pratiquer le tri entre les vrais et les faux réfugiés avant qu’ils aient pu traverser la méditerranée. Cela éviterait à nos Etats, beaucoup de problèmes insolubles d’expulsion, comme de dépenser des sommes énormes pour les materner en France, avec 25000 de ces parasites  logés à l’hôtel chaque soir et 35000 € pour financer une hypothétique intégration par personne acceptée.

Pour l’instant, des passeurs qui accumulent des fortunes pour le bénéfice des islamistes, continuent leur trafic d’être humains, aidés en cela par des ONG au financement occulte, mais le milliardaire Sorros n’est pas loin, quand il s’agit de détruire des Nations de civilisation chrétienne. Dans ces conditions, oui, il est permis d’avoir peur et de refuser l’accueil des « migrants ».

Comment ce Pape, certainement parfaitement informé sur ce dernier point, peut il encourager ce scandale ?

Onyx

Publicités

Vers la naissance d’un troisième foyer de troubles…

6193527_2016-10-08t132528z-2003592925-d1aeufujauab-rtrmadp-3-france-airport_1000x625

A quelques heures de la décision qui sera prise par Macron au sujet de l’avenir de la ZAD de Notre-Dame des Landes, la question se pose de savoir si quelque soit cette décision, une minorité de zadistes accepteront de se calmer.

En effet, même si un arrangement est envisagé qui permettrait de satisfaire les deux parties, cette minorité quasi professionnelle de la provocation se sentira obligatoirement frustrée. Ainsi après les victoires  du Larzac, et aujourd’hui de Notre-Dame des Landes, pourquoi ces activistes ne rechercheraient-ils pas un troisième foyer de contestation sur le territoire qui permettrait à ces agitateurs de tous horizons soudainement au chômage de se retrouver une activité laissant libre cours à ce gout pour la chienlit caractérisant cette « gauchosphère ».

A chaque fois ces zadistes illégaux se sont organisés pour rester sur place en investissant les lieux réalisant des structures qui donnent l’illusion d’une gestion collective ( partage des terres agricoles, construction d’habitations, embryons d’activités de tous ordres, garderies d’enfants, vente de produits locaux, etc…). La plupart sont installés depuis plus d’un an en récoltant  les fruits du chômage plus que ceux de leurs travail, comme en son temps le faisaient les vétérans de la guerre du Larzac, aujourd’hui « pépérisés ».

En 1984, sur le Larzac, l’Etat abandonnant la lutte mettra ses terres à dispositions des vainqueurs à travers un bail emphytéotique prolongé jusqu’en 2083. Grâce à ce bail, les terres sont gérées collectivement, à la manière soviétique, la société civile assumant les charges des propriétaires, à l’exception du droit de vendre.

Ainsi, sans titre de propriété, ils veulent expérimenter, à nouveau, sur les ZAD des modes de vie en rupture qui ont donné naissance à ces pépinières de provocateurs gauchisants toujours prêts à traverser l’Europe pour y établir une future base de chienlit.

En laissant pourrir une telle situation et en abandonnant toute preuve d’autorité, l’Etat se retrouve complice de ces gens en laissant croire à l’opinion qu’un arrangement a été trouvé finalement. Cocorico!!! C’est un mensonge, mais n’est-ce pas le nerf de la politique de ce gouvernement ?

Comme d’habitude, on aura fait démonstration de force, pour finalement baisser le pantalon…

JPA

 

Les vaccins

image-vaccins-9a8ff

SANTÉ Trop de vaccinations tuent la vaccination. Le malade potentiel de cette grippe, qui en ce moment fait parler d’elle à Millau et ailleurs, peut se poser quelques questions pour lui et surtout pour ses enfants, sur les risques éventuels que posent ces vaccinations. Comment peut-on inoculer dix injections à des enfants de moins de 5 ans pour douze virus différents ? D’autant plus que neuf injections seraient, paraît-il, réalisées sur ces enfants pour leur 12 mois révolus. Et ces personnes n’ont sans doute pas tort de s’inquiéter sur les suites possibles de ces interventions. On nous rappelle chaque année à la même époque qu’il est nécessaire de se faire vacciner pour éviter la grippe, ne pas propager la maladie et mettre rapidement fin à l’épidémie.

Il n’est pas nécessaire de faire là le procès des vaccinations par simple goût de la contestation. On nous répète chaque fois qu’elles ont sauvé des vies et sont indispensables. Qu’elles aient sauvé des vies, c’est très possible, à défaut de mieux, mais qu’elles soient indispensables, certainement pas ! Car il existe des moyens plus naturels pour renforcer l’immunité et qui restent à la portée de tout un chacun. Par exemple, l’usage quotidien de vitamine D3, de vitamine C et des oligoéléments comme le cuivre ou l’argent. Liste non exhaustive car d’autres solutions encore existent.

Le problème majeur n’est pas le vaccin en lui-même. Mais plutôt les adjuvants qu’il contient depuis un certain nombre d’années. Peut-être pour le rendre plus efficace, mais aussi pour d’autres raisons. Ces adjuvants, pas très sympathiques pour entrer dans la composition du sang seraient : de l’hydroxyde d’aluminium, du squalène, du formaldéhyde et des antibiotiques. Pour l’aluminium c’est certain, pour les autres ingrédients je serai plus dubitatif. En tout cas, il s’agit d’y incorporer des métaux lourds sous forme de nanoparticules. L’aluminium reste sans doute le plus contesté puisqu’il serait mis en accusation dans la maladie d’Alzheimer. Par contre, aucune étude sur leur neurotoxicité ou effet cancérigène ou mutagène n’aurait été faite contrairement à d’autres médicaments. Ce qui est quand même curieux !

Certaines autorités, notamment médicales, mettent la population en garde sur les possibles effets secondaires graves, Comme forte fièvre, convulsions, asthme, diabète. Et même des encéphalites, autisme, sclérose en plaques, etc. Bref, la totale ! Pour ce qui concerne les enfants en bas âge, on pourrait se demander en effet s’il n’y a pas un lien entre autisme et vaccination. En tout cas, le simple principe de précaution, là aussi, devrait jouer en faveur d’une bonne dose de méfiance devant ces incitations récurrentes à se faire vacciner.

Ceux qui auraient la curiosité de taper « vaccinations » sur Internet apprendraient même des accusations plus graves encore sur les pratiques médicales qui vont bien au-delà de l’impact de ces vaccins sur la santé des patients. Bien sûr, plus c’est gros, plus ça passe ! Mais n’y aurait-il pas derrière ces informations sérieuses ou pas le besoin d’en savoir davantage ?

Jacques Lauret

Les grandes gueules

Sanchez

L’actuel Maire de Beaucaire, Julien Sanchez, membre du FN, n’a pas manqué de se faire étriller, dans cette émission dite des « Grandes Gueules ». Déjà, le fait pour quelqu’un d’être une grande gueule, autrement dit un beauf, n’est pas un signe de pondération dans la tenue des propos.

En général, j’évite ce genre d’émission, toujours à gauche et jamais impartiale, qui  n’existe que pour faire de l’audimat, sur le dos des imprudents qui  n‘appartiennent pas à leur mouvance bobo gauchiste, ou à la bien pensance qui consiste à utiliser une langue de bois en toute conformité avec la doxa en vigueur, tout en rabachant les mêmes poncifs, comme l’anti-racisme ou la compassion pro migrant.

Julien Sanchez, a du faire face à un petit comité d’accueil, composé des inquisiteurs de service, que je ne connaissais même pas, comme les dénommés Truchot et Marschall.

Mais ils n’étaient pas les seuls, puisque deux ou trois autres étaient là pour se farcir un « fasciste ». Quand on connaît la nature de ce genre d’émission, pourquoi aller dans un tel traquenard ?

Traquenard prévu au programme, car comment recevoir quelqu’un comme un maire étiqueté FN, sans faire tout son possible pour essayer de le déstabiliser, ou de dénoncer ses propos. Genre « Tout ce que vous allez dire pourra être retenu contre vous ».

Heureusement, l’accusé en question, a su garder son calme, ne s’est pas embrouillé dans ses réponses et les a laissé dans leur insatisfaction de n’avoir pu porter l’estocade finale ; malgré la contribution téléphonique de deux auditeurs, contre l’introduction de la viande de porc dans les cantines, puisque tel était le sujet de l’émission.

Des auditeurs, qui ont fait la courte échelle à un Islam qui voudrait bien imposer ses pratiques alimentaires dans les cantines scolaires.

Vers la fin du débat, une dernière auditrice, par une heureuse initiative, a soutenu les arguments du maire de Beaucaire.

Il n’est quand même pas normal, que chaque fois, dans ce genre d’émission radio ou télévisée, une ou un invité doive faire face, à un véritable tribunal, ou les questions fusent de partout, sans même laisser à la personne le temps de répondre, avec derrière, l’intention affichée de la condamner. Il serait plus équitable, de répartir les rôles.

Mais pour en revenir au sujet qui fait polémique, je ne vois pas pourquoi, la viande de porc ne serait pas servie, un seul jour par semaine dans des cantines scolaires de France. Alors que le porc faisait partie, avant la présence et la montée de l’Islam dans notre pays, de la composition des menus scolaires traditionnels, peut être, 2 ou 3 fois par semaine. Tradition gauloise a osé dire Julien Sanchez… Oh, quel mot raciste, contre la mixité et le vivre ensemble, d’après ces bien pensants. Sauf que vos amis et protégés de la religion de Mahomet ne veulent pas de mixité, eux.

Quant aux menus de substitution, ils reviendraient plus cher à la mairie, parait-il. Il ne resterait que les plats végétariens pour tout le monde ; mais là aussi, c’est encore se plier devant des exigences musulmanes qui ne perdent pas de vue la consommation de viande hallal à chaque repas.

Alors après tout, pourquoi les parents musulmans, ne feraient ils pas manger leurs enfants, un jour par semaine à la maison pour éviter le cochon. C’est quand même pas trop leur demander, il me semble !

En France nous sommes un pays laïque, mais aussi chrétien depuis le baptême de Clovis, et si les mahométans, au nom de leurs traditions, ne veulent pas s’adapter aux nôtres, ils peuvent toujours aller vivre ailleurs. On ne les retiendra pas !

Il est regrettable aussi que des animateurs, (comme Truchot) des Grandes Gueules, anticipent les réclamations musulmanes, en laissant entendre qu’il serait scandaleux de servir, seulement une fois par semaine du cochon dans les cantines. Tout en se couvrant derrière la laïcité en guise d’argument.

Mais pousse-toi d’allah que je m’y mahomète, chantent les « Brigantes »

Onyx

Des ex-musulmans au pape François: « non, l’islam n’est pas une religion de paix »

pape-francois-dialogue-inter-religieux

Un groupe d’ex-musulmans, convertis au christianisme, ont rédigé une lettre à l’attention du Pape François. Publiée en ligne, elle recueille de plus en plus d’adhésions…

Les auteurs de la lettre sont déconcertés par la position du Pape à l’égard de l’islam, considérée trop faible et incapable de définir la religion d’Allah pour ce qu’elle est réellement, à savoir l’Anti-Christ. Ils contestent l’attitude assumée par le Pape envers la religion de Mahomet. 

 Nous avons essayé maintes fois de vous contacter, mais n’avons jamais reçu le moindre message accusant la réception de nos lettres.

Ainsi commence la lettre, qui sera présentée au Pape François, dès qu’un nombre significatif de signatures sera atteint. Les auteurs, ex-musulmans convertis au Christ, citent le code du Droit Canon pour justifier leur initiative, qui se fonde sur le Droit et parfois le Devoir des fidèles à exprimer à leur Berger leurs idées pour le bien de l’Eglise.

Nous ne comprenons pas votre enseignement concernant l’islam. Si l’islam est intrinsèquement une si bonne religion, comme vous semblez l’affirmer, alors pourquoi sommes-nous devenus catholiques ?

Ou encore :

Vos paroles ne mettent-elles pas en doute le bien-fondé de notre choix, que nous fîmes au péril de nos vies ?

Nombreux sont les croyants qui ont déjà adhéré à l’appel et le chiffre ne cesse de s’accroître au fur et à mesure que la nouvelle se répand dans les milieux catholiques et autres.

Tandis que l’Evangile annonce la bonne nouvelle de Jésus mort et ressuscité pour le salut de tous, Allah n’a rien d’autre à offrir que la guerre et le meurtre des infidèles en échange du paradis.

Et sur le dialogue interconfessionnel, tant recherché par le Pape, mais non partagé par les ex-musulmans, ces derniers écrivent :

Nous n’établissons aucune confusion entre islam et musulmans, mais si pour vous, le dialogue est la voie de la paix, pour l’islam c’est un autre moyen de faire la guerre. Dès lors, l’angélisme face à l’islam est un choix très dangereux, voire suicidaire. Comment peut-on parler de paix et soutenir en même temps l’islam, comme vous le faites ?

Pour les auteurs de la missive, scandalisés par l’éloge constante de Mahomet de la part du chef de l’Eglise catholique, il est inquiétant d’entendre le Pape proposer le coran comme moyen de salut. Ils se réfèrent au message envoyé par Bergoglio lors de la journée mondiale du migrant en 2014, quand le Pape déclara :

 Que tous les hommes doivent arracher de leurs cœurs la maladie qui empoisonne nos vies. Que ceux qui sont Chrétiens le fassent avec la Bible et les musulmans avec le coran.

Mais si le livre sacré d’Allah devient pour le Pape une voie de salut, alors se demandent les auteurs de la lettre cela signifie-t-il que nous devrions retourner à l’islam ?

Le texte, rendu public le jour de Noël, se poursuit par une supplique au Pape à ne pas chercher dans l’islam un allié dans la lutte, qu’il mène contre les puissances, qui cherchent à asservir le monde.

Et de mettre en garde contre les discours en faveur de l’accueil des migrants, position humaniste qui ne tient pas compte du fait que les migrants sont majoritairement musulmans.

Nous ne comprenons pas, qui vous puissiez plaider la cause des musulmans, qui veulent pratiquer leur religion en Europe. Le Bon Berger est celui qui chasse le loup et non celui qui le laisse entrer dans la Bergerie.

La requête finale est celle d’entendre enfin un discours franc et direct sur l’islam de la part du Pape, de manière à ce que les musulmans convertis au catholicisme puissent confirmer leur conversion au Christ.

Le pape doit répondre à cette lettre. Il ne peut pas tout simplement l’ignorer. Les catholiques du monde entier méritent une réponse. Les convertis de l’islam au catholicisme au risque de leur vie méritent une réponse.

Au lieu de louer et de défendre l’islam, à la moindre occasion, le Pape ne devrait-il pas appeler les Européens à ne pas perdre leur âme, à ne pas abandonner le Christianisme ? Ne devrait-il pas encourager les Chrétiens à rester fermes dans leur foi, à résister à l’offensive islamiste, à ne pas capituler face au militantisme des fidèles d’Allah. ?

Les musulmans sont chez nous, en terre chrétienne et non l’inverse. Il est anormal que les Chrétiens et les Juifs en Europe commencent à se sentir en danger. Ni l’Eglise, ni les gouvernements occidentaux ne devraient assister à l’évolution dramatique de la situation, qu’ils ont créée de manière irresponsable, avec une inconscience, une sérénité, un détachement surréalistes des plus intolérables. L’islam ne doit pas devenir la religion prédominante en Occident chrétien. J A M A I S !

Il est impossible d’intégrer en Europe des millions de musulmans et l’actualité le prouve quotidiennement, peu importe la bonne volonté, l’énergie et les moyens financiers gaspillés dans les vaines tentatives d’y parvenir. Par contre, les migrants non musulmans persécutés en terre d’islam devraient être accueillis avec chaleur et affection, car ils partagent nos valeurs, ne posent aucun problème et s’intègrent facilement.

Dans le coran, il est interdit aux musulmans de prendre pour amis les Juifs et les Chrétiens. Alors pourquoi se précipitent-ils ici par millions, si ce n’est que pour joindre l’utile à l’agréable : bénéficier de nos généreux systèmes sociaux tout en accomplissant leur devoir de bons musulmans : nous islamiser par la douceur ou par la terreur du djihad.

Le Pape et ses alliés politiques, qui veulent nous imposer l’islam et les musulmans, par la ruse, l’usure ou bientôt sans doute par la force de la loi connaissent-ils la doctrine d’Al-wala’wal-bara ?

Dans l’esprit de al-Wala wal-Bara, les musulmans doivent être pleins de compassion les uns pour les autres, mais impitoyables avec les infidèles. On ne peut pas prendre les infidèles pour amis. L’hostilité et la haine doivent persister jusqu’à ce que l’infidèle croie en Allah et en lui seul. Les infidèles sont des gens haïssables et maudits, vils et diaboliques, couverts de honte et égarés. Même les membres de sa propre famille ne doivent pas être pris pour amis s’ils ne sont pas musulmans.

Contrairement au mythe, l’islam ne s’intéresse pas à la fraternité universelle, mais à la seule fraternité entre croyants, les membres de l’Oumma et encore… Le corollaire de ce principe est un antagonisme absolu envers l’Autre. Le coran déshumanise les infidèles, ce sont des vils animaux, les pires des créatures et des démons, des transgresseurs pervers et des compagnons de Satan, qui doivent être combattus, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une seule religion, celle d’Allah. On doit les décapiter, les terroriser, les annihiler, les crucifier, les punir et les expulser. Il faut utiliser contre eux des stratagèmes, ne pas hésiter à la mystifier, ce qu’ils réussissent parfaitement bien avec nos traîtres politiques au pouvoir et les naïfs religieux. Les croyants doivent entretenir un état de guerre perpétuel avec les infidèles.

Selon Ibn Taymiya, théologien et juriconsulte musulman décédé en 1328 :

Puisque pour l’essentiel, la seule guerre légale est le djihad, et puisqu’il a pour objectif que la seule religion soit celle d’Allah (2 : 189, 8 : 39) et que la parole d’Allah occupe le rang le plus élevé, (9 : 40) il s’ensuit pour tous les musulmans, qu’il faut combattre tout ce qui fait obstacle à cette orientation. Quiconque combat Allah mérite la mort. (22)

Faut-il être d’une crédulité abyssale pour croire qu’il soit possible d’intégrer en Occident des millions de musulmans éduqués dès leur plus jeune âge à haïr les non musulmans ?

Les chefs religieux chrétiens et tous les politiciens apologistes de l’islam et de l’immigration musulmane devraient faire l’effort de lire le livre sacré des musulmans avant de nous imposer le multiculturalisme islamique et le délit de blasphème pour toute critique pourtant hautement justifiée de l’islam, l’ennemi mortel de nos peuples. L’idéologie islamique doit pouvoir être critiquée et combattue tout comme le nazisme et le communisme.

Espérons que le Pape François daignera cette fois répondre à ces gens courageux, afin qu’ils n’aient pas à se poser la question en écho à celle de l’Apôtre Paul : Suis-je devenu votre ennemi pour vous avoir dit la vérité ?

Ci-après le texte de la lettre adressée par le groupe des ex-musulmans au Pape François. (Merci à F. Sweydan)

Très Saint Père,

Plusieurs d’entre nous, à maintes reprises, et depuis plusieurs années, avons cherché à vous contacter, et nous n’avons jamais reçu le moindre accusé de réception de nos lettres ou demandes de rencontre. Vous n’aimez pas les mondanités, et nous non plus, aussi permettez-nous de vous dire très franchement que nous ne comprenons pas votre enseignement au sujet de l’ISLAM, tel que nous le lisons par exemple dans les paragraphes 252 et 253 de EVANGELII GAUDIUM, parce qu’il ne rend pas compte du fait que (Cf. 1 Jn 2.22), et l’un des plus dangereux qui soient du fait qu’il se présente comme l’accomplissement de la RÉVÉLATION (dont JÉSUS n’aurait été qu’un prophète). Si l’ISLAM est en lui-même une bonne religion, comme vous semblez l’enseigner, pourquoi sommes-nous devenus catholiques ? Vos propos ne remettent-ils pas en cause le bienfondé du choix que nous avons fait… au péril de notre vie ? L’ISLAM prescrit L’ISLAM VENANT APRÈS LE CHRIST, EST, ET NE PEUT ÊTRE QU’UN ANTICHRIST meurtre des apostats (CORAN 4.89 ; 8.7-11), l’ignorez-vous ? Comment est-il possible DE COMPARER LA VIOLENCE ISLAMIQUE ET LA PRÉTENDUE VIOLENCE CHRÉTIENNE ?! «Quel rapport entre le CHRIST et Satan ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? Quelle association entre le fidèle et l’infidèle ? (2 Co 6.14-17)» Conformément à Son enseignement (Lc 14.26), nous L’avons préféré, Lui, le CHRIST, à notre propre vie. Ne sommes-nous pas bien placés pour vous parler de l’ISLAM ?

En réalité, du moment que l’ISLAM veut que nous soyons son ennemi, nous le sommes, et toutes nos protestations d’amitié n’y pourront rien changer. En bon Antichrist, l’ISLAM n’existe qu’en étant l’ennemi de tous : «Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (CORAN 60.4)». Pour le CORAN, les chrétiens «ne sont qu’impureté (CORAN 9.28)», «les pires de la Création (CORAN 98.6)», tous condamnés à l’ENFER (CORAN 4.48), aussi Allah doit-il les exterminer (CORAN 9.30). Il ne faut pas se laisser abuser par les versets coraniques réputés tolérants, car ils ont tous été abrogés par le verset du Sabre (CORAN 9.5). Alors que l’Évangile annonce la bonne nouvelle de JÉSUS mort et ressuscité pour le salut de tous, accomplissement de l’ALLIANCE initiée dans le peuple hébreu, Allah n’a rien d’autre à proposer que la guerre et le meurtre des «infidèles» en échange de son paradis : «Ils combattent dans le chemin d’Allah, ils tuent et se font tuer. (CORAN 9 111)». Nous ne faisons pas d’amalgame entre ISLAM et musulmans, mais si pour vous le «dialogue» est la voie de la paix, pour l’ISLAM il est une autre façon de faire la guerre. Aussi, comme il l’a été face au nazisme et au communisme, l’angélisme face à l’ISLAM est suicidaire et très dangereux. Comment parler de paix et cautionner l’ISLAM, ainsi que vous semblez le faire : «ARRACHER DE NOS CŒURS LA MALADIE QUI EMPOISONNE NOS VIES (…) QUE CEUX QUI SONT CHRÉTIENS LE FASSENT AVEC LA BIBLE ET QUE CEUX QUI SONT MUSULMANS LE FASSENT AVEC LE CORAN. (ROME, 20 JANVIER 2014)» ? Que le PAPE semble proposer le CORAN comme voie de salut, n’est-ce pas inquiétant ? Devrions-nous retourner à l’ISLAM ?

Nous vous supplions de ne pas chercher en l’ISLAM un allié dans le combat que vous menez contre les puissances qui veulent dominer et asservir le monde, car ils sont tous en réalité dans une même logique totalitaire, fondée sur le rejet de la royauté du CHRIST (Lc 4.7). Nous savons que la BÊTE DE L’APOCALYPSE cherchant à dévorer la Femme et son Enfant, a plusieurs têtes… Allah défend d’ailleurs de telles alliances (CORAN 5.51) ! Et surtout, les prophètes ont toujours reproché à ISRAËL sa volonté d’alliance avec les puissances étrangères, au détriment de la confiance absolue qu’il faut avoir en DIEU. Certes, la tentation est forte de penser que tenir un discours islamophile épargnera un surcroît de souffrances aux chrétiens en pays devenus musulmans, mais outre que JÉSUS ne nous a jamais indiqué d’autre chemin que celui de la CROIX, en sorte que nous devons y trouver notre joie, et non la fuir avec tous les damnés, nous ne doutons pas que seule la proclamation de la VÉRITÉ apporte avec le salut, la liberté (Jn 8.32). Notre devoir est de rendre témoignage à la vérité «à temps et à contretemps (2 Tm 4.2)», et notre gloire est de pouvoir dire avec SAINT PAUL : «Je n’ai rien voulu savoir parmi vous, sinon JÉSUS CHRIST, et JÉSUS CHRIST crucifié. (1 Co 2.2)».

Corrélativement au discours de Votre Sainteté sur l’ISLAM, et alors même que le Président ERDOGAN, entre autres, demande à ses compatriotes de ne pas s’intégrer dans leurs pays hôtes, que l’ARABIE SAOUDITE et toutes les pétromonarchies n’accueillent aucun réfugié, expressions parmi d’autres du projet de conquête et d’ISLAMISATION DE L’EUROPE, OFFICIELLEMENT PROCLAMÉ PAR L’OCI et d’AUTRES ORGANISATIONS ISLAMIQUES depuis des décennies, TRÈS SAINT PÈRE, vous prêchez l’accueil des migrants sans tenir compte du fait qu’ils sont musulmans, alors que le commandement apostolique l’interdit : «Si quelqu’un vient à vous en refusant l’Évangile, ne le recevez pas chez vous. Quiconque le salue participe à ses œuvres mauvaises. (2 Jn 10-11)» ; «Si quelqu’un vous annonce un évangile différent, qu’il soit maudit ! (Ga 1.8-9)».

De même que «J’ai eu faim et vous ne M’avez pas donné à manger. (Mt 25.42)» ne peut pas signifier que JESUS aurait aimé avoir été un parasite, de même «J’étais un étranger et vous M’avez accueilli» ne peut pas signifier «J’étais un envahisseur et vous M’avez accueilli», mais «J’ai eu besoin de votre hospitalité, pour un temps, et vous Me l’avez accordée». Le mot ξένος (Xénos) dans le NOUVEAU TESTAMENT ne renvoie pas seulement au sens d’étranger mais à celui d’hôte (Rm 16.23 ; 1 Co 16.5-6 ; Col 4.10 ; 3 Jn 1.5). Et lorsque YHWH dans l’ANCIEN TESTAMENT commande de bien traiter les étrangers parce que les HEBREUX ont eux-mêmes été étrangers en ÉGYPTE, c’est à la condition que l’étranger s’assimile si bien au peuple élu qu’il en prenne la religion et en pratique le culte… Jamais il n’est question d’accueillir un étranger qui garderait sa religion et ses coutumes ! Aussi, nous ne comprenons pas que vous plaidiez pour que les musulmans pratiquent leur culte en EUROPE. Le sens de l’ÉCRITURE ne doit pas être donné par les tenants du mondialisme, mais dans la fidélité à la TRADITION. Le BON BERGER chasse le loup, il ne le fait pas entrer dans la bergerie.

Le discours pro-ISLAM de VOTRE SAINTETÉ nous conduit à déplorer que les musulmans ne soient pas invités à quitter l’ISLAM, que nombre d’ex-musulmans, tel MAGDI ALLAM, quittent l’ÉGLISE, écœurés par sa lâcheté, blessés par des gestes équivoques, confondus du manque d’évangélisation, scandalisés par l’éloge fait à l’ISLAM… Ainsi les âmes ignorantes sont-elles égarées, et les chrétiens ne se préparent pas à la confrontation avec l’ISLAM, à laquelle les a appelés saint JEAN PAUL II (ECCLESIA IN EUROPA, N°57). N’avez-vous jamais entendu votre confrère Mgr EMILE NONA, archevêque catholique chaldéen, exilé, de MOSSOUL, nous crier : «Nos souffrances actuelles sont le prélude de celles que vous, EUROPEENS et chrétiens occidentaux, allez souffrir dans un proche avenir. J’ai perdu mon diocèse. Le siège de mon archevêché et de mon apostolat a été occupé par des islamistes radicaux qui veulent que nous nous convertissions ou que nous mourrions. (…) Vous accueillez dans votre pays un nombre toujours croissant de musulmans. Vous êtes aussi en danger. Vous devez prendre des décisions fortes et courageuses (…). Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais l’ISLAM ne dit pas que tous les hommes sont égaux. (…) Si vous ne comprenez pas ceci très vite, vous allez devenir les victimes de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous. (www.catholicnewsagency.com/news/iraqi-bishop-wa…)». C’est une question de vie ou de mort, et toute complaisance face à l’ISLAM est une trahison. Nous ne voulons pas que l’OCCIDENT continue à s’islamiser, ni que votre action y contribue. Où irions-nous à nouveau chercher refuge ?

Permettez-nous de demander à VOTRE SAINTETÉ de convoquer rapidement un synode sur les dangers de l’ISLAM. QUE RESTE-T-IL EN EFFET DE L’ÉGLISE LÀ OÙ L’ISLAM S’EST INSTALLÉ ? Si elle y a encore droit de cité, c’est en dhimmitude, à condition qu’elle n’évangélise pas, qu’elle doive donc se renier elle-même… Dans un souci de justice et de vérité, l’ÉGLISE doit montrer au grand jour pourquoi les arguments avancés par l’ISLAM pour blasphémer la foi chrétienne sont faux. Si l’ÉGLISE a le courage de faire cela, nous ne doutons pas que par millions, des musulmans, et d’autres hommes et femmes cherchant le vrai DIEU, se convertiront. Comme vous l’avez rappelé : «Celui qui ne prie pas le CHRIST, prie le Diable. (14.03.13)». Si les gens savaient qu’ils vont en ENFER, ils donneraient leur vie au CHRIST (Cf. CORAN 3.55).

Avec le plus profond amour pour le CHRIST qui, par vous, conduit Son ÉGLISE, nous, chrétiens venus de l’ISLAM, soutenus par nombre de nos frères dans la foi, notamment les chrétiens d’ORIENT, et par nos amis, nous demandons à VOTRE SAINTETE de confirmer notre conversion à JESUS-CHRIST, vrai DIEU et vrai homme, seul Sauveur, par un discours franc et droit sur l’ISLAM, et, Vous assurant de nos prières dans le cœur de l’IMMACULÉE, nous sollicitons votre bénédiction apostolique.

Pétition que vous trouverez ici.
Liste des noms des signataires et de leur courriel (Certainement que tous les ex-musulmans ne signeront pas cette lettre par crainte de représailles possibles…).

Rosaly pour Dreuz.info

Lettre envoyée aux évêques de France, le 11 janvier 2018

Eveques

Je viens de lire l’article suivant sur Libération :

http://www.liberation.fr/france/2018/01/10/migrants-l-eglise-catholique-prend-position-contre-la-circulaire-collomb_1621545

J’ose espérer que j’ai mal compris. Je suis un catholique convaincu mais, vu les dérives du clergé moderne, je ne bougerai plus le petit doigt si les ennemis ancestraux des chrétiens s’en prennent aux membres du clergé qu’il nous reste ou à nos lieux de culte. Ne vous étonnez pas d’être battu avec les verges que vous avez coupées. Depuis Vatican II les rangs des fidèles et les séminaristes ont fondu comme neige au soleil. Jésus nous a dit que l’on devait juger les arbres à leur fruit. Hors, quels sont les fruits du dernier concile ? Je ne vais pas faire la longue liste des résultats négatifs, il suffit de regarder honnêtement autour de vous pour constater. Dans les églises françaises, on dirait qu’il ne reste plus que quelques fidèles acceptant vos positions progressistes. En communion avec le pape François. Remettez-en quelques couches, au cas où les français n’auraient pas bien entendu ou compris, et vous allez accélérer votre déliquescence.

Je prie pour que la Providence intervienne encore une fois, afin d’éviter la disparition totale du christianisme en France, et que l’Esprit-Saint éclaire nos pasteurs, afin de rectifier le tir et de relancer la ré-évangélisation de notre peuple.

Roland Rabier du diocèse de Rodez

Si, comme moi, vous êtes outrés par les déclarations de nos évêques, faites-leur part de votre mécontentement en envoyant un email à archeveque-marseille@wanadoo.fr

J’ai écrit ce court message d’un trait, sans me relire. J’aurais pu ajouter que les musulmans, non seulement ils ne sont pas des brebis du troupeau dont ils ont la charge, mais que ce sont des loups qui entrent dans la bergerie, revêtus de peaux de moutons, pour égorger les fidèles. Rien de nouveau sous le soleil, cela dure depuis les débuts de l’Islam.

Plutôt que d’aller prêcher aux périphéries, comme le dit le pape François, les évêques français feraient mieux de s’intéresser à tous ces chrétiens qui (eux ou leurs parents) ont silencieusement apostasié ou pris leur distance avec l’église. Un grand nombre de français sont conscients que notre pays s’est formé et a grandi sous l’impulsion de l’Eglise. Il ne faut pas prendre les gens pour des idiots (comme le font si bien nos soi-disant élites), même les gens qui ont quitté les bancs de l’école trop tôt ont du bon sens. Le jour où l’on verra de saints prêtres, du calibre de Padre Pio ou de Jean-Marie Vianney des millions reviendront au bercail. Mais où sont-ils les prêtres qui nous parlent vraiment de l’Evangile, qui transpirent la sainteté, et qui accomplissent des ‘signes’ (Actes des Apôtres 5:12, 2:43, 19:11, etc).

Nos contemporains, touchés par la vulgarisation scientifique, sont habitués à voir des résultats concrets. Le jour où les pasteurs ne feront pas que parler et parler mais accompliront des signes pour appuyer leurs dires, les Européens croiront et même beaucoup de musulmans se convertiront. L’Eglise a besoin de saints prêtres, pas de prêtres savants. Les apôtres et beaucoup de grands saints n’étaient pas bardés de diplômes, bon nombre étaient des prolétaires de leur époque. Aujourd’hui, comme autrefois, les signes sont indispensable pour être crédible. Seuls, les saints prêtres peuvent montrer des signes, pas ces prêtres indignes qui ont une double vie et que l’on voit trop souvent faire la une des journaux.

Je sais qu’en tant que Catholique je dois obéir au pape et aux pasteurs légitimes. Je reste fidèle et j’obéis aux préceptes de l’Evangile, mais je crains que la plupart des interventions du clergé actuel n’ait rien à voir avec l’annonce de l’Evangile. Je n’entends de leur part que des prises de position sociologiques et politiques. L’infaillibilité du Pape n’est valide que lorsqu’il parle du Dogme et de la Morale chrétienne, lorsqu’il parle des migrants son infaillibilité n’est pas applicable. Si le Saint Père nous parlait de notre devoir de protection à nos frères chrétiens persécutés, il serait dans son rôle, et je ne crois pas qu’il y aurait autant de levées de bouclier de la part de nos concitoyens.

Mais il parle toujours des migrants au sens large, sachant que la grande majorité de ceux-ci sont de confession musulmane. Non seulement la plupart des disciples de Mohammed n’ont pas l’intention de se convertir mais ils veulent islamiser le monde entier. Il ne fait pas, non plus, la différence entre les vrais réfugiés et les migrants économiques qui viennent récolter les fruits des arbres que nos ancêtres ont plantés.

Et ça n’étonne pas nos prélats que la plupart des migrants soient des hommes jeunes et vigoureux, en âge et en état de combattre. On pourrait encore offrir gîte et couvert aux personnes fragiles comme les femmes, les enfants et les vieillards, et encore pour la durée de la guerre ou du danger, pas de façon permanente. Regardons notre propre histoire, quand nos ancêtres ont dû quitter certaines portions du territoire pour échapper à la mort. Ils sont revenus une fois de danger passé, de plus ils ne se sont pas enfuis aux antipodes, ils sont allés dans les pays limitrophes. Comment traiter tous ces hommes jeunes seuls ? Ayant une expérience militaire, je dirais que ces gens-là sont des lâches et des déserteurs. Quand son pays est en danger on doit combattre pour le libérer, et le reconstruire après les combats. Je ne suis pas surpris qu’une fois ici, lorsqu’ils ont une montée de sève, ils s’en prennent à nos femmes et nos filles.

La grande question que devrait se poser les évêques de France, au lieu de tant gamberger sur le traitement des migrants, serait ‘pourquoi les français, descendants de tous ces chrétiens qui remplissaient autrefois les églises, ne nous font plus confiance ?’. Comme beaucoup j’attends avec impatience l’arrivée d’un nouveau pape qui sortira l’église du caniveau.

Il y aurait tant à dire, plusieurs livres ne suffiraient pas si je devais développer le fond de ma pensée. Et je pense que vous aussi, vous avez tous beaucoup de choses à dire, n’hésitez-pas à vous exprimer, on vit une époque formidable avec internet.

Roland Rabier