La république française délaisse les siens

pouf

Une image vaut mille mots (Confucius 551-479 av. J.-C.)

Publicités

Jeanne d’Arc, la libération d’Orléans

Nous sommes en avril 1429. Orléans, puissante cité fortifiée et verrou de la Loire, est assiégée par les Anglais depuis maintenant 7 mois. Touchée par la famine, la ville est sur le point de tomber, et le royaume de France de sombrer avec elle. Charles VII, le roi légitime, a été déshérité et son pays est occupé par les Anglo-bourguignons. Le désespoir est à son comble quand arrive une jeune pucelle illettrée qui, en quelques mois, va miraculeusement renverser la situation. À Orléans comme ailleurs, Jeanne d’Arc va tout emporter. Retour sur cette fabuleuse histoire.

Les nouveaux Altermondialistes SA

manif-violence-casseurs-paris

S’inspirant des milices fascistes de Röhm en 1933, les Black-Blocks n’ont pas manqué, pour ce 1er Mai, de se livrer à leur activité préférée qui consiste à tout casser pour détruire une société, qui est plutôt moche, mais qu’ils ont contribué, eux aussi, à devenir ce qu’elle est, tout en les faisant  vivre par la même occasion.

En fait, la Fête du Travail, cette année, s’est avérée être la Fête Révolutionnaire des trublions d’extrême gauche.

Une question se pose: En cas de conflit généralisé avec un possible soulèvement des banlieues, quel camp choisiraient-ils ?

Mais bel exemple de guérilla urbaine offert à la racaille des cités, qui ne manquera pas d’en prendre note pour la prochaine Intifada, tout en ajoutant le pillage à la dévastation, ce que ne font pas les fachos de la gauche rouge.

En conséquence, je n’oublie pas que les islamo-fascistes restent quand même le pire danger.

Et comment se fait-il que 1200 Black-Blocks, tous vêtus de noir et cagoulés, équipés de sacs à dos volumineux, n’aient pas été interpellés par les forces de l’ordre en amont du défilé ? En face d’eux, pourtant, policiers et gendarmes occupaient le terrain, et pas très loin encore, au dire des observateurs, 22 compagnies de CRS, attendaient tous un ordre d’intervenir qui n’arrivait pas.

Le mot d’ordre semblait être: « Si ça casse, laissez casser, ou cassez-vous »

Après cette avalanche de destructions, encore difficile à chiffrer, notre ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, semblait content de lui. Pas de blessés ni d’un coté, ni de l’autre, pas de de bavure, c’est l’essentiel.

Il s’agira, la prochaine fois, d’augmenter les effectifs pour stopper l’insurrection dit-il. Le résultat sera fatalement le même, s’il ne se décide pas d’abord d’anticiper l’action de ces regroupements. La préfecture avait pourtant mis auparavant les autorités en garde sur leurs déplacements. On attend surtout d’un ministre de l’Intérieur qu’il fasse preuve de plus de courage, d’énergie et de déterminisme. Sinon, qu’il retourne à sa mairie de Lyon, où il sera plus à sa place.

De Gaulle, qui était d’une autre pointure que ce ministre mollasson, aurait dit lors des graves débordements étudiants de Paris en Mai 68, au moment même où les gardes mobiles perdaient pied, ces quelques mots: « Si le ministre de l’Intérieur avait donné l’ordre de tirer, je ne l’aurai pas désavoué ».

Fallait-il aller jusque là avec ces nouveaux vandales ? En tout cas, il aurait été préférable d’agir très vite, en donnant carte blanche à la police. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

En fait, une bastonnade style Guardia Civil des années 40,  aurait remplie les services des Urgences, tout en leur enlevant l’envie de recommencer.

Mais voilà Collomb, comme Cazeneuve et d’autres avant eux, n’a voulu prendre aucun risque (l’affaire Malek Oussekine est passée par là). Il ne s’agit pas pour un politicien de mettre sa carrière en jeu, la place vaut bien quelquefois une petite lâcheté. Plutôt rouges que morts disaient les pacifistes allemands devant le mur de Berlin.

Bien sûr, il est toujours plus facile de taper sur une manifestation pacifique, comme celle des cathos à la Manif pour tous, considérée comme « de droite », que sur des professionnels du sabotage qui se revendiquent de la gauche libertaire, même quand ils ont pour objectif de tuer des flics et de détruire la société. Tout en se disant, alter mondialistes, anti capitalistes, autonomes, sans frontiéristes, antifas, anarco-trotskistes ou anarchistes. En réalité, ils se montrent les meilleurs soutiens de Macron et de ce mondialisme financier qu’ils prétendent combattre.

Ces révolutionnaires là, représentent le visage de la gauche bordélique et névrosée, qui conteste tout, à partir du moment ou des mesures, fussent elles bonnes, ne cadrent pas avec ses idées inapplicables sur le terrain et à sa théorie de l’insurrection.

Sur 1200 de ces voyous politisés, seuls 276 d’entre eux auraient été interpellés, et on parle déjà que les 3/4 seraient hors de cause. Ce serait plutôt à ceux qui détruisent les biens publics et privés à payer l’addition et pas à l’Etat, cet à dire au contribuable. Pourquoi la loi anti-casseur a-t’elle été supprimée ?

Turgot, ancien ministre de la marine royale avait prévenu : « N’oubliez pas Sire, que c’est la faiblesse qui a mis la tête de Charles 1er sur le billot ».

Quelle juste prémonition pour la suite …

Onyx

Censure et répression contre Génération Identitaire

genidentit
  
Communiqué du CNRE n° 25, jeudi 3 mai 2018 

Twitter, Facebook et Instagram viennent de supprimer les comptes de Génération Identitaire, qui étaient suivis par des dizaines de milliers de personnes. C’est une décision totalement arbitraire, et de la plus extrême gravité. Elle montre s’il en était besoin que le pouvoir remplaciste est un, et qu’il fait faire par ses réseaux sociaux ce qu’il ne fait pas faire par ses juges. Les dits “moyens modernes de communication”, pour agir et pour censurer, n’ont même pas besoin d’une condamnation judiciaire de leurs victimes ; même pas besoin qu’elles aient commis le moindre délit. Bien au contraire : dans ce monde à l’envers, dans ce réel inversé (le “faussel”…), c’est de défendre la société et la nation qui est puni, c’est d’appeler au respect de la loi et de l’intégrité du territoire qui fait l’objet de sanctions. Les voyous et casseurs du Black Blok, eux, ne suscitent aucune réaction négative des “Gafa”. Bien loin de là : ces milices ultraviolentes, qu’elle le sachent ou pas, sont au service de la davocratie directe, la gestion du parc humain par Davos : plus elles cassent, mieux elles font marcher les affaires.

Dans le monde à l’envers du remplacisme global, la Presse s’acharne contre le liberté d’expression et les officines fondées pour lutter contre le totalitarisme applaudissent à toutes ses manifestations. Ainsi la Licra manifeste-t-elle son enthousiasme face au bâillon passé aux Identitaires. Les indigènes de France et d’Europe doivent bien s’en rendre compte, à l’occasion de ces tragi-comédies : une lutte à mort est engagée contre eux par les forces de la colonisation et de la substitution ethnique. Ils n’ont de chance de salut qu’en la révolte, avant qu’il ne soit tout à fait trop tard.

Renaud Camus

Le plan Borloo

Borloo

On doit sans doute en être au 11ème Plan pour les banlieues et depuis rien ne s’est amélioré mais tout s’est aggravé, le trafic de drogue en particulier et la montée de l’islamisme.

Borloo n’est pas un perdreau de l’année. Il a été ministre de Chirac et de Sarkosy, puis ministre de la ville en 2002 et 2005 pour dépenser 46 milliards d’euros à fond perdu et maintenant il veut en engager 48, soit le budget de l’éducation nationale pour 2017.

Déjà 100 millions d’€uros ont été engloutis entre démolition de barres HLM et reconstruction et aussi en promotion d’égalité des chances, des luttes contre l’exclusion et discriminations. En fait, l’Etat tente d’acheter la paix sociale en sortant son carnet de chèques. Alors faut-il commencer par donner toujours plus d’argent pour un résultat aussi nul ou commencer par mettre de l’ordre ?

A quoi finalement ont servi toutes ces coûteuses mesures qui maintenant font défaut ailleurs ?

  • 1977 – Réhabilitation de 53 cités HLM dégradées
  • 1981 – Création des ZEP pour lutter contre l’échec scolaire
  • 1983 – Lancement du Plan Banlieues 89 pour désenclaver les banlieues
  • 1996 – Mise en place de 30 ZFU avec avantages fiscaux aux entreprises qui s’y installent
  • 1999 – Programme de rénovation urbaine et solidarité
  • 2005 – Jean-Louis BORLOO lance un programme national de rénovation urbaine (coût 46,5 Milliards d’€uros en 10 ans)
  • 2008 – Plan Espoir Banlieues par Fadila Amara (1 milliard investi)
  • 2013 – Mise en place par AYRAUD d’un dispositif d’emplois francs ( soit 5000/€s à chaque nouvelle embauche
  • 2015 – Manuel VALLS demande la construction de logements sociaux / Résultat : 1 300 Quartiers passés sous contrôle des dealers.

L’Heure est à l’action dit Borloo. Oui il faut faire quelque chose, c’est vrai ! C’est-à-dire en faisant le nécessaire pour que l’action à venir ne soit pas à nouveau un coup d’épée dans l’eau. En commençant par exemple par

  • la déchéance de nationalité pour les voyous bi-nationaux,
  • mais aussi l’interdiction du salafisme,
  • la tolérance zéro,
  • l’expulsion des délinquants les plus dangereux,
  • la suppression des prestations sociales mal attribuées
  • et enfin la fermeture des frontières en choisissant qui peut ou non entrer dans notre pays.

Mais ces mesures de bon sens sont interdites jusque là par le Conseil d’Etat et Constitutionnel. Le Gouvernement a tellement peur d’un conflit ouvert à partir des banlieues qu’il est prêt à tous les efforts financiers, comme de surveillance et de répression, contre ceux que le monde médiatique qualifie d’Extrême Droite alors qu’ils veulent seulement sauver leur pays.

C’est d’ailleurs un très mauvais calcul de sa part puisque plus il attendra à faire ce qu’il faut pour amener la paix sociale dans les quartiers sensibles, plus cette peur d’agir accélèrera ces conflits qu’ils veulent à tout prix éviter ;

Ce qui revient à dire que quand on veut atteindre un but il faut s’en donner les moyens !

Onyx

Schnöggersburg : Toute une ville fantôme pour s’entraîner à la guerre civile

En Allemagne, dans le Land Saxe-Anhalt, il y a une ville fantôme capable de former en même temps 1 500 hommes à MOUT (Military operations in urban terrain), opérations à la guerre urbaine, dans le cadre de l’OTAN. Il y a un métro, une piste d’atterrissage, une place du marché, 520 bâtiments, des routes, des égouts, une rivière artificielle avec plusieurs ponts… Et même un bâtiment sacré avec des éléments chrétiens, juifs et musulmans…
À #Schnöggersburg, des armées, des milices s’entraînent pour intervenir chez vous… contre vous ? Peut-être…
Comprise dans la zone d’entraînement Altmark, datant de 1934 (232 km²)
Nos 2 chaînes YouTube
https://www.youtube.com/channel/UC38x…
https://www.youtube.com/channel/UCowM…
https://artemisia-college.info/ infos et dossiers
https://ecobio-attitude.org/ infos, dossiers, documentaires et film
https://partisansfrancelibre.fr/ infos et dossiers de géopolitique

 

Manifestation 1er Mai 2018: heurts avec la police, un MC Do et une concession auto saccagés

vandales

Les forces de l’ordre alertaient la veille sur un risque de débordement par « des groupes extrémistes. »

MAIS QUI SON T-ILS ?

Le terme de Black Bloc provient de la Stasi, police politique de l’ex-République démocratique allemande, qui surnommait ainsi les groupes d’anarchistes ou d’autonomes, cagoulés et vêtus de noir.

colerenoire

Le port de vêtements noirs et d’une cagoule noire, ou de toute autre chose permettant la dissimulation du visage, expliquent l’origine du terme « black bloc ».

Plusieurs nouvelles appellations sont apparues au sein du Black Bloc par la suite : le « Radical Anti-Capitalistes Blocs » (RACB) composé d’un millier de personnes a émergé lors du rassemblement contre le FMI et la Banque mondiale à Washington les 16 et 17 avril 2000 ou encore le « cortège de tête » des manifestations contre la Loi Travail en 2016, nommé ainsi car il prit place en première ligne des manifestations, position traditionnelle des grandes centrales syndicales.

Schématiquement, les Black Blocs sont des rassemblements de groupes d’affinité, d’inspiration libertaire, qui prônent une action directe de rue incluant de manière explicite dans leur répertoire d’actions la violence contre certains biens et certaines personnes (policiers et militants d’extrême-droite).

Certains Black Blocs ne comptent que quelques dizaines de personnes, d’autres des milliers. Les Black Blocs comportant de nombreux militants libertaires et égalitaires, parfois féministes, se constituent d’un nombre important de femmes, mais son principe même étant l’anonymisation des militants, il est difficile d’identifier réellement la proportion homme/femme à l’intérieur des cortèges.

Selon l’analyste Jacques Baud,

« Contrairement à une opinion largement répandue — et aux affirmations de certains services de renseignements — le Black Bloc n’est ni une structure, ni une organisation, ni un réseau, ni une idéologie. Elle représente une fonctionnalité au sein d’une manifestation, associée à une stratégie d’action de nature asymétrique. »

Recherche Internet pour le Roumegaire par Isidore.

 

 

 

LES GRANDS JEUX ROMAINS DE NIMES DES 28, 29 et 30 Avril 2018

Nimes

Comme chaque année la bonne ville de Nîmes organise ses Jeux Romains

Samedi 28 avril c’est devant plus de 12 000 personnes, massées dans les Arènes, que le spectacle eut lieu avec comme thème cette année SPARTACUS, le célèbre Gladiateur qui défia ROME en l’an 79 Av-JC.

Entre la maison carrée et les arènes on assista à une somptueuse retraite aux flambeaux, avec des légions Romaines, des Auxiliaires et les esclaves insurgés de Spartacus. Ce fut un grand moment, où la plèbes (habitants de Nîmes) découvrit les participants aux spectacles du Samedi Dimanche et Lundi.

Les spectacles sont toujours de bonne qualité, sauf ce dimanche où la météo n’était pas au rendez-vous. A cause de la pluie battante le spectacle fut malheureusement annulé.

Espérons qu’aujourd’hui Lundi 30 Avril, en ce jour de Camerone pour les légionnaires modernes du 2éme REI, TARANIS, dieu celtique de la pluie, oubliera Nîmes pour 48 Heures.

Reportage pour le Roumegaire d’ISIDORE.

 

LA FRANCE des DROITS de l’HOMME

Africains

Si les Droits de l’Homme sont considérés comme un progrès social, vers plus de justice partout ailleurs qu’en France; ils sont devenus chez nous l’exemple même du non respect de la liberté d’expression.

Pour la bonne raison, qu’ils ont été récupérés depuis un certain nombre d’années, par les plus sectaires des gauchisés de la politique, qui maintenant, les retournent contre la France et les français.

A coté de ces D de l’H, c’est toute une oligarchie de gens influents de même obédience, qui sous couvert d’humanisme et de « progressisme » se chargent de conforter l’activité anti nationale des prétendus défenseurs des droits humains, sans tenir compte des devoirs évidement. Et encore moins des DROITS d’un pays d’accepter ou de refuser tout migrant qui se présente sans être invité.

Le message de laxisme et d’encouragement à forcer nos frontières, envoyé par eux, et reçu 5 sur 5, en Afrique et au Moyen Orient, grâce à l’appel d’air provoqué par nos généreuses traditions d’accueil, relayées à travers les ondes, que transmettent radios et téléphones portables ou téléphone arabe, qui remplacent avantageusement les tam-tams traditionnels.

Sans oublier le plus important, qui est le conditionnement de nos compatriotes, genre lavage de cerveaux, depuis des décennies, au nom de la repentance pour la colonisation et son corollaire, le complexe de culpabilité qui a suivi.

Et ce sentiment négatif vaut bien les meilleurs passe droits, puisqu’il joue sur la crainte d’être pris pour un affreux raciste par son entourage; avec l’acceptation passive de toute cette déferlante de clandestins baptisés « migrants », pour l’occasion. Des défavorisés par la vie, qui arrivent en pleine forme, biens nourris, plutôt rigolards et pas si désargentés que ça; en provenance du Mali, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de Guinée, de Somalie et j’en passe… Tous ou presque musulmans.

« Y a bon Banania » en Europe, devenue pour ces faux réfugiés un nouvel Eldorado à conquérir. Ils nous arrivent comme une invasion de sauterelles, avec la bénédiction urbi et orbi de celui qui depuis le Vatican se prend pour le grand Saint François, mais d’Assises, celui-là. Il n’est pas le seul hélas, puisque la majorité des évêques ne craint pas de trahir, non seulement la France, mais aussi l’Eglise dont elle a la charge, en envoyant des conseils pour ne pas s’opposer à l’arrivée de parasites, non désirés par une large partie de la population.

Les citoyens, bonnes poires, sont mis devant le fait accompli et se doivent de les accueillir avec le sourire, les loger, les nourrir, les soigner, le tout gratos avec nettoyage des toilettes garantie par une bénévole, toute dévouée à la cause de l’étranger.

Et en plus de ces hommes seuls, il y a les « mineurs », qui seraient, parait-il isolés. En 2004, ils étaient 2500 et en 2007 on en comptait 26000, pour un coût de 1 million d’euros. Tous inexpulsables, compte tenu de notre législation suicidaire droit de l’hommiste, puisque protégés en tant que mineurs, avec titre de séjour assuré à la majorité. Des mineurs qui ont souvent dépassé les 25 ans; mais comme les tests osseux sont interdits par nos bonnes lois maçonniques, dites « républicaines », ils sont gracieusement pris en charge par notre Gouvernement et ses associations bénévoles, en attendant l’arrivée prochaine des frères et sœurs, qui à Abidjan, Bamako, Dakar ou Conakry consultent déjà les horaires des avions d’Air France, en partance pour Paris.

Mais comme les fratries africaines se comptent en dizaines de membres, tous les châteaux disponibles de France et de Navarre n’y suffiront pas. Il faut à tout prix négrifier le pays, si l’on en croit Attali, le porte parole du Gouvernement Mondial.

Même les publicités font dans la promotion africaine de peuplement, avec profusion d’enfants et bébés noirs, pour nous habituer progressivement et subrepticement à cette présence, qu’il est permis de juger inopportune sur notre sol.

C’est la France des macronistes et gauchos libertaires au Pouvoir, qui se moque comme d’une guigne de l’identité, de l’intégrité, du souverainisme et de la protection des frontières. C’est un monde d’abord des affaires et le reste attendra le Déluge.

Pourtant, 76% de nos compatriotes seraient favorables à un référendum sur un sujet qui à l’heure actuelle est de loin le plus important, car facteur d’angoisse pour l’avenir; 66% seraient aussi pour  le rétablissement des frontières et 56% pour la suppression du droit du sol.

Non seulement, depuis la décolonisation l’Afrique n’a pas progressé, mais au contraire, elle est retournée en arrière, malgré ses grandes richesses minières. Par contre, elle a multiplié sa population par dix, et maintenant aimerait bien avec l’aide des mondialistes s’étendre sur une Europe qui ne veut pas d’elle.

Alors messieurs les africains, faites moins d’enfants à l’avenir, oubliez la musique et la danse et bougez vous un peu pour gagner ce que vous enviez au monde occidental.

Mais il est plus facile de traverser la Méditerranée et de s’incruster dans nos pays, pour profiter au mieux de tous le avantages et prestations sociales de nos sociétés, cela acquis par le labeur, la persévérance et les luttes de ceux qui vécu avant nous.

En tout cas, un grand bravo à ces jeunes Identitaires, qui ont démontré par leur action courageuse, que cette immigration par forceps pouvait être stoppée.

Onyx