UNE PENIBLE POLITIQUE

Il est incontestable que le salon de l’Agriculture Française est une vitrine de nos meilleures activités économiques. Son autorité et son intérêt dépassent d’ailleurs nos frontières, puisque l’on y rencontre bon nombre d’éleveurs étrangers, acheteurs éventuels et des représentants de diverses firmes d’industrie alimentaire. On n’est donc pas étonné que les plus hautes autorités de l’Etat et bon nombre d’élus des diverses formations politiques y fassent une visite remarquée. Le Président de la République s’y était donc rendu cette dernière semaine . Jusqu’à présent, les exposants, le grand public, faisaient au Président un accueil bon enfant. Qui n’a pas suivi le Président Jacques Chirac passer de longues heures devant les stands et s’attardant de ci de là pour satisfaire son bon appétit avec quelques tranches de saucisson, un morceau de fromage, boire un canon de Bourgogne , caresser une Normande ? C’était la fête ! C’était la joie !

Hélas ! Les temps ont bien changé. Ce fut une bien pénible rencontre pour le Président François Hollande. La presse et tous les média en général l’ont suffisamment relaté. Spectacle affligeant, qui s’ajoutait à bien d’autres, mais qui devait blesser le Président dans sa propre personne. Il n’était pas aimé ! Spectacle affligeant qui donne une mauvaise image de marque à nos hôtes étrangers. Comment ne pas comprendre les débordements de colère de nos agriculteurs devant une situation tragique qui pousse certains à déposer le bilan de leurs exploitations. On a même cité des cas de suicide. Ils travaillent dur, bien au-delà des 35 Heures de Martine Aubry et se voient priver des fruits de leur travail. La cause profonde ? N’est-elle pas aux directives et aux normes de Bruxelles qui ont entrainé les dérèglements du marché ? Il est certain que nos producteurs aveyronnais n’y échappent pas. C’est le cas pour les producteurs de lait de brebis en particulier. Jamais n’a été aussi abondante sa production. Les ventes de Roquefort et des diversifications auraient des difficultés à les absorber. Les solutions ne seraient donc pas faciles pour producteurs et industriels.

L’affaire du terrain d’aviation de Notre Dame des Landes pose par ailleurs quelques réflexions. Voila plus de dix ans que les plus hautes autorités de l’Etat, les Chambres de Commerce, les diverses collectivités, associations représentatives se sont concertés, dialogués, entendus , écoutés pour présenter un dossier qui paraitrait acceptable par tous. Aujourd’hui, il est contesté par des minorités qui manifestent leur refus haut et fort. Il appartenait au Chef de l’Etat de prendre une décision. Il se désiste en prônant un référendum. L’Etat a-t-il encore un Chef ? Et si oui, ce Chef a-t-il encore du pouvoir ? Sans souveraineté il est à craindre que non !

Front National – Section de Millau

Vin officiel du Tour de France

LanguedocRoussillon

Jamet, Membre du Bureau Politique du Front National Présidente du Groupe des Élus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Suite à la sélection d’un vin chilien comme «vin officiel» du Tour de France 2016, France Jamet, Présidente du groupe des élus Front National-Rassemblement Bleu Marine au Conseil Régional du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a écrit hier aux Maires des «villes-étapes» de la région.

Dans cette lettre, elle invite l’ensemble de ces Maires dont les communes participent financièrement aux passages du Tour de France à agir de concert pour faire pression sur l’ASO et Christian Prudhomme, afin de les obliger à revoir leur copie. Elle préconise notamment la présence d’un village des vins français lors de ces étapes. Il n’est pas admissible que les organisateurs du principal événement sportif de France préfèrent vanter les mérites d’un vin étranger plutôt que de promouvoir les richesses du savoir-faire français !

Parce qu’il s’agit de défendre le vin français, symbole de notre culture, dans la première région viticole au monde ainsi que l’ensemble des acteurs de la filière vitivinicole, France Jamet et tous les élus du groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine de la région espèrent vivement qu’un consensus avec ASO pourra être trouvé rapidement autour de cette question.

LETTRE TYPE ADRESSEE AUX MAIRES DES « VILLES-ETAPES » DU TOUR DE FRANCE 2015

Monsieur le Maire,

Votre ville accueillera le 9 juillet prochain l’arrivée d’étape du Tour de France 2016. Vous n’ignorez pas la polémique qui enfle ces derniers jours concernant la sélection d’un vin chilien comme « vin officiel » du Tour jusqu’en 2017. Ce choix de la société Amaury Sport Organisation pour un vin étranger (Cono Sur – cuvée Bicicleta) suscite une incompréhension générale. Si les élus de notre région ne prennent pas immédiatement la mesure de l’absurdité d’une telle situation,  l’indignation de nos compatriotes pourrait légitimement se traduire en colère.

En effet, le secteur vitivinicole comme l’ensemble du monde agricole traverse une grave crise qui, au-delà des chiffres et autres données statistiques, se traduit par des drames humains bien réels que nous ne pouvons pas ignorer. Notre pays et l’ensemble de nos producteurs souffrent depuis des années d’une politique ultralibérale qui dérégule toujours davantage et profite le plus souvent au moins disant social, sanitaire et environnemental. 

Nos producteurs, qui font l’effort permanent d’améliorer la qualité de leur production afin de respecter des normes toujours plus nombreuses et contraignantes, souvent au prix d’un investissement humain et financier colossal, sont désespérés et nous devons les entendre. Nous devons les défendre !

Le Tour de France, deuxième événement sportif mondial en termes d’audience, est une formidable vitrine pour le patrimoine et l’art de vivre de notre pays. A l’heure ou notre économie souffre, il n’y a aucun argument valable pour légitimer aux yeux de nos producteurs et de l’ensemble de nos compatriotes le choix d’un vin étranger comme vin officiel de ce tour 2016. Quel symbole !

Les villes qui prétendent à accueillir le Tour de France, doivent consentir à payer un prix important. Le retour de cet investissement est une exposition mondiale qui se traduit par une augmentation du flux touristique et dans certains cas, par une meilleure visibilité des productions locales.

Quel message est adressé aux viticulteurs de notre région quand les villes étapes payent très cher la société Amaury Sport Organisation alors que cette dernière promeut un vin étranger lequel viendra directement concurrencer les productions locales ? Plus largement, quel message adressons-nous à l’ensemble du monde ? Si dans le cadre de la loi Evin, aucun  véhicule représentant une marque de boisson alcoolisée n’est autorisé  sur le territoire français, la cuvée Bicicleta de Cono Sur sera présente sur les étapes en Suisse, en Andorre et en Espagne. Quelle remarquable exposition dont auraient pu profiter un ou plusieurs producteurs nationaux ! 

Monsieur le Maire, je vous demande par la présente de bien vouloir réétudier les termes du contrat qui vous lie à la société Amaury Sport Organisation pour cet événement afin que cette dernière mette en avant la production viticole française lors des étapes à l’étranger. Nous devons demander à M. Christian Prudhomme la présence d’un village des vins français lors de ces étapes !

Pour donner du poids à cette démarche, je vous propose de rédiger une lettre commune, regroupant l’ensemble des élus de notre région, à l’attention de M. Christian Prudhomme, afin que ce dernier prenne la mesure de l’émotion suscitée par cette affaire et convienne que le Tour de France se doit prioritairement, de mettre en avant l’excellence de nos producteurs nationaux et les trésors de notre beau pays.

Monsieur le Maire, je viens aujourd’hui vers vous afin que nous unissions nos forces, au-delà de tout clivage et de toute lutte partisane, et que nous œuvrions ensemble pour la défense des intérêts de nos compatriotes.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses salutations.

France JAMET Conseillère régionale, Présidente du groupe FN/RBM à la Région Languedoc-Roussillon – Midi Pyrénées

Fait sordide, mais Pas d’Amalgame

On a appris dernièrement via Internet qu’une enfant de 4 ans avait été décapitée par la nounou musulmane qui la gardait. Cet horrible fait divers se passe à Moscou, la capitale de la Russie où la majorité des mahométans sont sunnites et originaires de territoires encore russes ou de l’ex Union Soviétique.

De plus, après cet épouvantable forfait elle n’a rien trouvé de mieux pour prolonger la cruauté de mettre le feu à l’appartement des parents et de sortir dans un niquab noir en brandissant la tête de l’enfant sur une avenue de la ville avant d’être arrêtée. Tout en criant Allah Akbar comme un cri de guerre à la face des chrétiens et des mécréants.

Chez nous cette ordure voilée sur pattes serait qualifiée par nos bonimenteurs médiatiques de déséquilibrée. Elle pourrait au pire se retrouver dans un hôpital psychiatrique et l’affaire serait rapidement étouffée. Mais la question se pose … pourquoi n’y a-t-il que l’Islam qui engendre de tels psychopathes qui feraient facilement passer Landru ou le docteur Petiot pour de simples malfaiteurs. Serait-ce dans le Coran une tradition ? Une tradition, laquelle comme l’égorgement sanglant des moutons, se prolonge sur les non-musulmans ?

Une autre question se pose : A quoi sert l’AFP direz-vous ? Son rôle serait de collecter les informations pour les mettre à la disposition des médias. Seulement voilà, elle fait un tri sélectif et elle ne les répercute pas toutes car pour cette agence certaines sont plus diffusables que d’autres. La bien pensance politique veille au grain. Et chez nous une criminelle musulmane est par définition non coupable puisque déséquilibrée. J’espère que la justice de Poutine sera sans faille.

Souvenez-vous il n’y a pas si longtemps de cet enfant syrien qui avait été soi-disant retrouvé noyé sur une plage de Turquie, base de départ des clandestins vers l’Europe. Tous les journaux de la Terre en ont parlé avec une mention particulière pour nos médias qui ont vu là une formidable opportunité pour émouvoir les bonnes âmes afin de leur faire accepter de bon cœur ces flux de migrants baptisés refugiés, qui depuis continuent à arriver telle une invasion de sauterelles dans un champ de maïs. Et apprendre aux populations européennes que beaucoup de ces ‘’migrants’’ musulmans peuvent être très dangereux à travers des tragédies comme à Moscou pourrait ternir sérieusement leur capacité d’accueil.

L.J.

Le forcing d’Etat sur le métissage

On peut entendre quelquefois sur nos radios que le métissage produit pernicieux de l’immigration de masse se ferait bien mieux en France que dans les autres pays européens. Avec le sous-entendu que serait là un avantage pour arriver enfin à assimiler toutes ces populations venues pour la majorité d’outre-mer. D’ailleurs n’a-t-on pas entendu, il n’y a pas si longtemps, Nicolas Sarkozy dire ‘’Je crois au mélange, au métissage et à la rencontre des cultures’’ ou bien encore ‘’Si les français ne veulent pas se métisser, nous serions obligés de passer à des moyens contraignants’’. Besson qui va dans le même sens ‘’Il n’y a pas de français de souche, il n’y a qu’une France du métissage’’.

Dans les deux cas deux exemples d’opportunisme pour plaire à la gauche des fausses valeurs. Mais toutes ces déclarations faites pour rassurer le grand patronat et la franc-maçonnerie sont-elles réalistes ? Si tous ces légaux et illégaux venus d’Afrique n’étaient que quelques milliers cette solution pourrait, à la rigueur, s’envisager. Bien que contrairement aux paroles péremptoires de M. Sarkozy on ne peut pas obliger des populations à se marier avec d’autres si elles le veulent pas. Mais quand il s’agir de plusieurs millions ‘’d’immigrés’’ le problème est tout autre.

Rappelons-nous les paroles du Général de Gaulle ‘’C’est bien qu’il y ait des français noirs, jaunes, bruns (maghrébins) mais s’ils sont trop nombreux la France ne sera plus la France’’. Et c’est une évidence ! De Gaulle encore ‘’Dans quelques décennies la France, victime d’une immigration incontrôlée, sera submergée par ces cultures majoritaires qui installeront une République Islamique et les fidèles iront déposer des gerbes à Collombey les deux Mosquées’’. Quelques décennies après on est déjà en passe d’arriver à ce scénario d’épouvante.

En fait les immigrés musulmans ultra majoritaires dans ce pays n’acceptent le métissage que sous certaines conditions. Encore faut-il qu’il y ait conversion à la religion de Mohammed. Et puis il existe un côté bien pratique chez eux puisque seulement les hommes afro ou arabo musulmans peuvent épouser des femmes chrétiennes ou non musulmanes auxquelles ils imposent l’Islam. Ce qui est tout à fait injuste et unilatéral puisqu’il est interdit à un français de souche d’épouser une musulmane sauf s’il y a conversion. Bel exemple encore d’un refus d’accepter nos règles de vie tout en profitant des ouvertures démocratiques de la République.

Ce mélange tant des cultures que des autochtones avec des allogènes tant encouragé ouvertement et insidieusement deviendrait, si par malheur il était généralisé, non seulement une perte d’identité tant régionale que nationale, mais une réelle transformation de notre société vers l’entropie et la déculturation. Ce serait un suicide organisé ! Dernière image de propagande de la ‘’gôche moralisatrice’’ : la nouvelle Miss France est franco-africaine.

L.J.

Quelques précisions

Je suis désolé si ma dérision a été prise au premier degré par Madame Brun, mon but n’était pas de la mettre plus bas que terre comme vous le croyez mais de répondre par des boutades, peut-être pas du meilleur goût je l’avoue.

Faut-il ne rien dire et se taire lorsque l’on est ‘’égratigné’’ même épistolairement ? Ce n’est pas mon principe et je me défends comme je peux, pas toujours comme il faudrait mais nul n’est parfait. Ce n’était pas la première fois que cette dame répondait à mes articles par d’autres articles acerbes qui apparaissent fatalement comme des attaques personnelles tout autant que politiques. J’indique à cet égard que je n’appartiens à aucun parti politique même si mes positions ne sont pas sur la ligne de pensée unique.

D’autre part, il ne vous est jamais venu à l’idée Madame Carlini que sous le coup de l’impulsivité on peut écrire ou dire certaines choses que l’on voudrait rectifier quelques jours après quand la colère est passée. Quant au mépris dont vous m’accusez, comme s’il s’agissait d’une tare héréditaire, vous en témoignez cent fois plus dans votre diatribe, ce qui ne vous rend pas pour autant plus pertinente ni sympathique.

On arrive maintenant au sexisme et là c’est le comble. ‘’Cet avilissement d’une femme, et pas n’importe quelle femme, de la communauté millavoise’’. ‘’Ne sont-ils pas assimilables aux débordements que les lois sur les libertés de la presse condamnent’’. Autrement dit, selon Madame Laure Cardini, il y aurait celles qui seraient plus intouchables que d’autres. Belle conception de l’égalité ‘’Un lieu commun de sexisme ordinaire’’. Et pourquoi pas misogynie aussi ? On croirait entendre les féministes frustrées des années post 68 dans leurs attaques contre la société patriarcale.

Un féminisme victimaire qui joue de sa susceptibilité pour accuser à la légère le malheureux qui aurait l’outrecuidance de vouloir ramener les femmes à leurs foyers. Comme si c’était si dégradant pour une femme de faire de la couture et de tenir sa maison ou de ne pas travailler. En effet, je ne serai pas capable de pratiquer la poésie ou le théâtre étant profane en la matière, pour juger des qualités de quelqu’un qui serait compétent. Là aussi vous me faites un procès d’intention injustifié qui cache mal un certain sectarisme.

L’ouverture d’esprit c’est aussi de faire l’effort de comprendre une logique qui n’est pas la sienne. Ce n’est pas se lancer dans une suite de mots et de phrases pleins de rejets et de stigmatisations. Votre article est une logorrhée indigeste car à partir de quelques locutions, peut-être maladroites, mais seulement humoristiques c’est un procès stalinien digne du juge Vychinski que vous me faites. D’autre part comment pourrais-je dénigrer les anciens alors que j’en fais partie ?

Alors peut-être êtes-vous dans la vie quelqu’un de bien Madame Carlini, mais à travers votre tirade vous apparaissez comme une harpie et non comme une mamie (terme honorable) pas aigrie, comme je le serais selon vous, mais pleine d’aigreur, acariâtre et vindicative. Ceci-dit sans aucun mépris.

L.J.