Hospitalisation en chambre individuelle

Merci Mme Touraine c’est ce que vous appelez l’égalité

Hospitalisation en chambre individuelle ! (Nouveau projet de loi)

Nous sommes dans un pays où il est préférable d’être assisté que de travailler pour 1300 euros !!! ou retraité(es) pour 1000 euros.

Projet  de loi concernant les conditions des hospitalisations en chambres particulières :

Un  forfait journalier de 45 euros sera facturé aux patients désirant obtenir une chambre individuelle. Pourquoi pas

Le confort a un prix, décision qui me parait logique.

SAUF QUE :

En seront exonérés les bénéficiaires de la CMU et de l’assistance médicale d’état (AME) dont bénéficient tous les étrangers qui viennent en France se faire soigner !

Je n’y croyais pas, mais il existe bien une médecine à 2 vitesses …

Les Français, laborieux, silencieux, honnêtes, imposables à souhait… devront se contenter de salles communes et attendre dans les salles d’attente.

Les fainéants, les chômeurs volontaires, les étrangers, les immigrés, les  menteurs (auteurs de fausses déclarations, et ils sont nombreux), pourront bénéficier de chambre individuelle, aux frais de ceux qui croulent sous les impôts, dont la CSG et le RDS.
Et la taxe CMU est payée par ceux qui paient une cotisation de mutuelle !

A faire circuler et à méditer !
Nathalie MOUGEOT
Responsable Accessibilité-Sécurité
Service du logement
href= »mailto:Sols.nathalie.mougeot@ardennesgouv.fr »>Sols.nathalie.mougeot@ardennesgouv.fr
Tél : 03 51 16 51 61  Port : 06 77 57 01 14 Fax : 03 24 37 51 17

Lettre d’un habitant de zone occupée

HLM

A Longueur de journée, voire de semaine, on nous fait la chronique de la diversité, du vivre ensemble, bref de la mixité sociale, mais ceux qui la prônent ! Que connaissent-ils de cela ? Surement pas grand-chose car ils sont logés bien confortablement dans des appartements ou lotissements cossus, sans mixité sociale, ils ont la chance de vivent encore dans un havre de paix.

Qu’ils viennent dans un quartier Hlm ou certaines rues de Millau où règnent peur et trafic en tout genre. De cela nos petits BOBOS Millavois s’en foutent, ils ne le voient pas et pour cause on ne mélange pas les torchons avec les serviettes, sauf peut-être pour faire barrage à chaque second tour des élections par peur du méchant loup qu’est le Front National. Alors, on va les solliciter.

Dans ces quartiers et rues qui deviennent de jour en jour des zones occupées par l’anti France, il ne se passe pas un jour sans un incident, l’été c’est le bruit …. on parle fort jusqu’à des heures très avancées de la nuit … des habitants, qui souvent se lèvent très tôt pour aller travailler sont excédés ! Mais de par leur précarité ou leurs revenus modestes ils ne peuvent changer de quartier ; ils subissent très souvent des incivilités en toute discrétion car si l’on l’ouvre … gare aux représailles ! On risque pour soi-même et pour nos biens, on retrouve sa voiture abimée ou brulée, alors on la ferme !!! On subit en silence.

Une amie de longue date me disait il y a peu ‘dis-donc ton quartier il a drôlement changé en trente ans’ ; hé oui ! des petits fonctionnaires, ouvriers et retraités qui y résidaient, il n’en reste pas beaucoup maintenant. C’est plutôt devenu le tiers monde, vu les dégradations de certains HLM … les paraboles ont poussé comme des champignons … on voit des tapis aux balcons, bref plus rien de Gaulois.

Alors je terminerai mon cri de colère par :

Continuez cher bobos Millavois de Gauche retranchés dans vos chimères, un jour les trublions et sauvageons, terme employé par un ancien ministre de l’intérieur, sortiront de leurs quartiers défavorisés et se répandront comme une nuée de criquets sur vos quartiers favorisés de Millau et, ce jour-là, cette visite ne sera pas protocolaire ! Peut-être qu’alors ils comprendront ce que nous vivons au quotidien !

Mais ces futurs incidents dramatiques nous feront chavirer inévitablement dans la guerre civile.

Isidore.

Chrétiens et migrants

satan

Suite à l’article de M. Philippe Cayrel qui se plaint que le FN s’exprime trop localement. Pourquoi un parti qui représente des millions d’électeurs resterait-il dans l’ombre ? Beaucoup de personnes ont localement voté pour notre camp aux dernières élections, nous devons être entendus, à Millau comme partout ailleurs.

Il est vrai qu’une phrase dans l’article initial était à la première personne, c’est le militant qui a rédigé l’article qui s’exprimait, il est catholique pratiquant. Non la section locale du FN n’est pas animée par une seule personne hyperactive, insomniaque et qui a une addiction à la plume. L’équipe FN locale est étoffée, il y des catholiques pratiquants, des non pratiquants, des protestants et des agnostiques. Ce qui nous unit est ce désir de voir se relever notre pauvre pays et de lui rendre sa splendeur et sa prospérité d’antan.

Nous avons certainement lu les mêmes quatre évangiles, à moins que vous ne lisiez les évangiles apocryphes. Quand Jésus parle de l’accueil de l’étranger il fait référence à la charité individuelle, pas à une invasion. A dose homéopathique, la présence de musulmans ne représente pas de danger, mais nous ne savons pas exactement combien de millions sont présents en France. On a déjà pu remarquer combien cette communauté est revendicative : aménagement de lieux et de temps de prière dans les entreprises, régime particulier dans les écoles, port d’habits ostentatoires, horaires pour les femmes à la piscine, etc. Sans parler que de cette communauté peuvent surgir les pires dangers pour nos concitoyens, nos femmes, nos filles. Attendez qu’ils soient en meilleure position : ils vont vous dire que les cloches de nos églises les offensent. Si ce sont des modérés qui dominent nous serons des Dhimmis dans notre propre pays. Si ce sont les purs et durs qui prennent le contrôle nous n’aurons que le choix entre la conversion et la fuite. Non, il reste encore l’option du combat, une bonne guerre civile, c’est cela que vous voulez ? Et l’Islam peut-il réellement s’accommoder de la laïcité ?

Il n’est pas facile au chrétien d’aujourd’hui de concilier les directives de la hiérarchie et ce qu’il croit être bon et juste pour l’intérêt commun. Mais regardons plus loin, que doivent penser Urbain II, Saint Bernard, Saint Louis lorsqu’ils se penchent du haut du ciel pour voir ce qui reste de l’église qu’ils ont si bien connue, aimée, servie et défendue. Il ne fait aucun doute que le Saint Père et notre curé sont de braves gens, qui se permettrait de douter de leur désir de proximité avec Jésus ? On peut quand même se poser les questions suivantes : Ne voient-ils les nuages sombres, noirs et rouge sang, qui s’amoncellent à l’horizon ? Pourquoi bénissent-ils la ‘libanisation’ de l’Europe ? Pense-t-ils qu’il leur restera encore un peu de place lorsque les musulmans domineront ? Aucun martyr chrétien n’a sacrifié ou laissé sacrifier d’autres personnes que lui-même. Laisser tuer ou violer devant soi les plus faibles sans se battre pour les défendre n’est pas du martyre mais de la lâcheté. L’église, avant Vatican II, a toujours accepté les guerres défensives.

Ceux qui pensent que nous vivons dans un monde de bonobos n’ont qu’à continuer, je ne les suivrai pas, je ne veux pas prendre de risques pour moi, les miens, notre pays et la religion de nos pères. Et je me considère toujours chrétien, ma posture de préservation n’empêche pas la charité individuelle. N’ayez pas peur, je ne vous frapperai si je suis à coté de vous à l’église.

Un militant du Front National

Grippe aviaire

CP FN 12

Rodez, le 15 janvier 2016

Communiqué de Presse de Louis Aliot et Jean-Guillaume REMISE

Grippe aviaire : nos éleveurs d’oies et de canards en péril. Le Front National interpelle le Ministre de l’Agriculture et Carole Delga.

Communiqué de presse de Louis Aliot – Député Français au Parlement européen et VP du Front National & Jean-Guillaume Remise – Conseiller régionale et VP du Groupe FN/RBM en LRMP

Suite à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans notre région, le gouvernement vient d’annoncer le gel de la production des élevages d’oie et de canard du Sud Ouest, afin d’éviter les abattages préventifs massifs pratiqués par le passé et de permettre aux équipes sanitaires de procéder à la désinfection complète des installations. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre l’assainissement de l’environnement en créant un vide sanitaire.

Nous tenons à alerter le gouvernement sur les effets pernicieux possibles de la mesure proposée. S’il est louable de vouloir éviter les abattages massifs d’animaux, les éleveurs ne pourront pas continuer leur activité et continuer à acheter des animaux jeunes à engraisser, ce qui conduira à une perte de chiffre d’affaire considérable. Il serait aussi proposé de réduire le nombre de bandes d’élevage par exploitant de façon permanente ce qui aurait un effet majeur sur leur résultat d’exploitation. Il n’existe pas d’assurance pour couvrir ces risques : c’est donc tous les producteurs qui en pâtiront sans compensation financière.

Nombre d’éleveurs sont déjà très affectés par le climat économique, les charges élevées et les dettes. Sans aide beaucoup ne survivront pas. C’est donc toute une filière qui risque d’en pâtir, car au-delà des éleveurs, c’est toute la chaine de production qui risque d’être affectée : de l’engraissage au produit fini en passant par le gavage.

En plus des mesures proposées dans le plan qui doit être proposé par le gouvernement Français à l’Union Européenne la semaine prochaine, il nous parait donc important de mettre en place un système d’aide financière d’urgence pour éviter la disparition de nos producteurs tenant compte de la perte d’exploitation avec un système de paiement rapide, de geler le paiement des cotisations MSA et d’imposer aux banques finançant les exploitations un gel intégral des intérêts et des remboursements qui leur sont dus. Les éleveurs affectés par l’abattage de leurs animaux en Novembre n’ont toujours pas été indemnisés et certains sont au bord de la faillite. L’élevage d’oie et de canard est une composante essentielle à l’identité du Sud Ouest et il est donc urgent qu’un mécanisme de compensation financière efficace soit mis en place afin de la défendre.

Une question sera posée à l’assemblée plénière du Conseil régional du 18 janvier par le groupe FN/RBM sur l’action qu’entend mener la région face à cette crise.

CP FN 12-bas

 

 

 

 

 

 

Millau capitale de la Chienlit

Millau

Il faut le voir pour le croire, quand l’on parle de Millau, c’est pour entendre dire qu’à Millau il ne se passe pas un mois sans qu’il n’y ait une manif d’extrême gauche pour tout et n’importe quoi. Jadis ont entendait dire que Millau était « la Capitale du Gant » maintenant elle est devenue « la capitale de la Chienlit! ».

Lors des présidentielles de 2007, sonnés par le coup de tonnerre du 22 Avril 2002, et ayant peur d’une victoire du Front National au second tour, des gauchistes n’avaient trouvé rien de mieux que de saboter les trois émetteurs de télévision Millavois. Le soir du 22 avril 2007 Millau fut plongé dans le noir télévisuel. Il faudra attendre le Jeudi 12 Septembre 2007 pour que les enquêteurs interpellent deux jeunes individus qui ont reconnu devant le juge d’instruction leurs méfaits, mais ils avouèrent qu’un seul sabotage sur les trois, celui de l’émetteur du col du renard près de la ferme de Combrets, ils ont toujours refusé de donner des informations sur leurs complices. Ils furent mis en examen pour association de malfaiteurs et destruction de bien public. L’un des deux se récidiva pour une affaire anti pub ; il fut incarcéré quelques temps, puis l’on n’a plus entendu parler de cette affaire tombée aux oubliettes.

La journée du 31 décembre 2015 fut animée par un sabotage à l’hôpital de Millau et l’on dut procéder à l’évacuation des patients dans plusieurs hôpitaux du département On s’aperçoit que l’on monte d’un cran à chaque nouveau sabotage. Pour l’instant on ne sait rien des résultats de l’enquête, pas de communication de la part de la Mairie. Il y a fort à parier que l’on ne trouvera pas le/les coupables ou bien l’affaire sera étouffée une fois de plus.

Parallèlement à cet incident, la nuit de la Saint Sylvestre ne fut pas de tout repos pour les services de Police et de Secours, car cette même nuit juste après le gong de minuit et l’arrivée de 2016, pas moins de 14 voitures furent brulées ainsi que 5 autres endommagées. A ce jour on ne sait rien, pas de communication de la part de la Mairie, Millau est devenue, de par ces faits divers, tristement célèbre.

Ce qu’il manque à Millau c’est une équipe municipale efficace. Regardons les villes de Beaucaire, Béziers, le Pontet etc. dans ces villes l’ordre règne parce que leurs Maires font leur travail, ce n’est pas le cas de Millau ! Mais dans quel état va-t-on retrouver la ville en 2020 ?

Isidore

Le Criterium des Trottoirs

TrottoirMillau organisait jadis des Critériums : celui du Glacier, le prix de la libération, y était attendu par nos ainés comme le tour de France ; il y a belle lurette que la petite reine, qui avait pignon sur rue, a aujourd’hui disparu. A Millau c’est le grand prix tous les jours ; beaucoup de cyclistes s’adonnent à ce petit sport municipal qui est actuellement de confondre les trottoirs avec les rues ou les boulevards.

Va-t-il falloir attendre de la part de ces inconscients un accident grave pour réagir ? Pensent t’ils aux personnes âgées, aux handicapés en fauteuils, aux petits enfants qui échappent parfois à la vigilance des parents ? Nos cyclistes n’ont pas l’air de s’en soucier. Alors que font nos élus municipaux si prolixes sur tous les sujets Millavois ? Là, ils sont totalement muets.

Certes, il faut pour les cyclistes des pistes cyclables, mais il y a longtemps que la peinture au sol a disparu. Mais tout le monde sait qu’avec l’austérité budgétaire actuelle, et l’augmentation de 11,8% des impôts locaux, l’heure n’est pas à refaire la peinture des pistes cyclables. Quant aux piétons Millavois, soyez tranquilles, ils ne râlent pas. Mais ils sauront en temps et en heures se faire entendre par la voix des urnes ; A force de pratiquer le «cause toujours», on finit un jour par se prendre une veste aux prochaines élections.

Isidore.