Georges Marchais en 1981

Publicités

Lettre d’une institutrice

Ecole

Madame la ministre,

Mes élèves à moi apprennent à dire « wesh », « nique », « encule », « salope » dès le primaire. Mes élèves à moi grandissent très souvent dans des familles où les parents ne parlent pas français, et où le summum de la réussite consiste à passer manager chez KFC. Mes élèves à moi n’écoutent pas Boris Vian et Desproges, ignorent l’existence de Bach et Mahler. Mes élèves à moi n’ont droit qu’à Booba, La Fouine, Orelsan et Gradur. Mes élèves à moi doivent passer dix minutes sur chaque vers de Du Bellay pour espérer comprendre quelque chose. Parce que leur référentiel principal, c’est Nabila et Touche pas à mon poste. Mes élèves à moi poussent dans un environnement où les filles doivent dès la 6eme s’habiller et se comporter en bonhommes, ou se voiler, si elles veulent avoir la paix. Mes élèves à moi découvrent le porno bien avant d’avoir la chance de rencontrer Balzac.

Nos élèves, madame la ministre, comprennent que s’ils veulent s’en sortir, accéder aux postes que leurs talents et un travail acharné leur feraient mériter, ils doivent d’abord se défaire de leur codes vestimentaires et langagiers, découvrir les pronoms relatifs, atteindre le pluriel et le passé simple, se reposer sur le subjonctif. Ils savent, croyez-moi, madame, que si je m’escrime à leur faire répéter dix fois une phrase avec la bonne syntaxe et le ton juste, c’est parce que je refuse que nos lâchetés et nos faiblesses fassent d’eux ce que la société imagine et entretient : des racailles, des jeunes privés d’avenir car privés d’exigences, de langue, de style, de beauté, de sens, enfin.

Nous luttons quotidiennement au milieu de nos gosses de REP et REP+ contre les « salope ! », « sale chien ! », « tu m’fous les seum ! ». Nous luttons pour leur donner une noble vision d’eux-mêmes quand tout pousse au contraire à faire d’eux des êtres hagards, décérébrés, violents. Nous tentons de leur transmettre le Verbe, dans un monde qui ne leur offre qu’Hanouna et Ribéry. Nous ne passons pas nos journées à jouer les thuriféraires de la pensée unique, rue de Grenelle, nous. Nous ne nous faisons pas de courbettes entre deux numéros de cirque à l’Assemblée Nationale. Nous avons les pieds dans la boue, une boue qui nous donne quelquefois la nausée, tant nous sommes seuls, et isolés, et décriés, tant notre tâche paraît ridicule et vaine.

Quand donc, à la radio, madame la ministre, vous lâchez votre « bruit de chiottes », en bonne petite bourge qui ne voudrait pas avoir trop l’air d’être loin du petit peuple, qui ne voudrait surtout pas faire le jeu de cet abominable élitisme dont tout le monde sait que notre société crève, n’est-ce pas, quand donc vous vous soulagez verbalement, ce n’est pas tant votre fonction que vous abîmez : c’est notre travail auprès des élèves, nos mois d’épuisement et leur espoir, nos années de travail et leurs efforts, nos séances passées à essayer de leur dire que ce n’est pas parce que ce monde-ci est laid qu’il faut lui ressembler.

Vous avez réussi, en quelques mois, à démontrer avec éclat votre conformisme, votre arrogance, votre paresse intellectuelle. Nous n’ignorions rien de tout cela. Désormais, nous savons que vous êtes aussi vulgaire. On ne vous mettra pas de 0/20, puisque vous avez aussi décidé que l’évaluation, c’était mal, péché, Sheitan, vilainpasbeau. Vous aurez simplement gagné le mépris absolu de milliers d’enseignants qui bien souvent, eux aussi, quand ils sont un peu à bout, aimeraient en lâcher une bonne grosse bien vulgaire, en classe, mais se retiennent, par souci d’exemplarité.

Le diner du CRIF

CRIF

Chaque année regroupe tout ce que le gratin médiatique et politique du pays, exception est faite pour le FN et tout ce qui passe comme extrémiste de droite ou antisioniste qui ne sont pas invités. Un lobby communautaire qui, depuis plusieurs décennies, s’impose au cœur de la République. Un diner présidé par Roger Kukiermann où la collusion entre le chandelier à 7 branches et l’équerre et le compas devient fusionnel. Le Grand Orient y est comme chez lui ! Ce jour-là l’ex UMP et le PS au grand complet rivalisent en sourires de connivence et flatteries hypocrites entre eux et adressées autant à leurs hôtes qu’aux très nombreux journalistes qu’il s’agit de courtier.

Ils sont venus, ils sont tous là, et même Valls le fils maudit avec des idées tordues plein la tête. Ave Maria … Celui-ci (fausse modestie oblige) adopte le profil du premier communiant recevant l’hostie consacrée. Tout ça dans une ambiance chic, mais décontractée où l’Europe de Bruxelles est à l’honneur pour le grand profit du gouvernement mondial et du monde de la finance. Parlant du groupe Bildenberg, sans pour autant citer le CRIF qui est son émanation politico-sioniste, François Fillon avouait un jour ‘’Ce sont eux qui nous dirigent’’. Comment s’étonner alors que les Hollande, Cazeneuve, Valls, Ayrault et Cie. ne soient que des hommes de paille sans réel pouvoir.

Attali, BHL, Minc, sans parler du richissime banquier d’affaires et de spéculations douteuses Soros, comptent bien plus sur l’échiquier national et mondial que nos pâles élites. J’ajouterai que l’idéologie entre ce socialisme libéral-libertaire et ce monde de la finance qui va de Wall-Street jusqu’à Jérusalem en passant par la Maison Blanche est en parfaite adéquation. Mon ennemie c’est la finance disait un Hollande qui partira avec une retraite mensuelle de 35 800 €.

Une réception au diner du CRIF n’est pas un passage au Restaurant du Cœur, ni la même ambiance, ni la même bouffe, ni les mêmes tarifs : 900 € le couvert pour 800 invités qui vont se régaler à la santé de la République monarchique et bananière et du contribuable gogo qui sera tenu d’assurer une partie de la facture.

Comment ce monde politico-médiatique, dans son numéro d’équilibriste, peut-il faire le grand écart entre le lèche babouche et le lèche kippa ? Soit assumer en même temps une soumission à l’Islam conquérant avec son pétrole et ses dollars et à l’américano-sionisme devenu l’Empire et le Système qui voudrait dominer la Terre entière. Ils y arrivent en effet par des concessions aux deux parties qui se détestent mais qui ont intérêt à collaborer. Cela sur le dos de leurs compatriotes, c’est-à-dire du peuple.

Même si c’est surtout l’Islam qui est favorisé : surplus de mosquées, justice laxiste pour la ‘’diversité’’, immigration musulmane, etc. Côté Kukiermann il est inutile de préciser davantage puisque ce repas annuel du CRIF prouve la mainmise de cette oligarchie sur l’inconscient collectif de la Nation à travers l’activité de journalistes et de périodiques à la solde de milliardaires mondialistes, d’avocats, d’intellectuels, de chroniqueurs radio ou TV, etc.

Une bien-pensance et un politiquement correct maintenus comme une chape de plomb tans par les gouvernements passés et présent que par les médias aux ordres du cosmopolitisme. Avec une mention toute particulière pour cette gauche socialiste hautement coupable. Il n’est pas étonnant que Marine, qui veut se libérer de cette emprise, ne soit pas invitée.

L.J.

François le 1er

Islam

Il ne s’agit pas du brillant roi de France, qui marqua l’avènement de la Renaissance. Il s’agit du Pape François, le premier du nom. Celui qui, inconsciemment ou pas, participe par ses propos immigrationistes et islamophiles au délitement de l’Eglise Catholique et du christianisme, et aussi à la submersion par des masses humaines, venues d’Afrique et du Moyen Orient, du continent européen et à sa désintégration programmée par le Nouvel Ordre Mondial.

Combien d’invasions l’Europe a connu tout au long de son histoire qu’elle a toujours surmontées. ‘’Aller de l’avant pour se trouver ensuite comme agrandis par les héritages et les cultures’’, l’allusion est faite bien entendu à l’Islam. Mais aujourd’hui ‘’Saint Père’’ nous sommes au 21ème siècle et plus à l’époque de l’Empire Romain. D’autre part les envahisseurs d’autrefois venaient du nord et de l’est européen et ils étaient ethniquement proches de ceux qu’ils occupaient. Actuellement nous avons des siècles d’avance culturelle, technique et aussi sociale sur la civilisation arabo-musulmane.

C’est eux qui peuvent profiter de nos progrès. Aujourd’hui par leur inclusion dans nos sociétés ils ne peuvent que nous tirer vers le bas, compte tenu de leur retard civilisationnel qui les maintient encore au 7ème siècle. Et demain, si rien n’est fait, très vite ils nous imposeront leur façon de vivre.

Le Pape François a dit récemment encore, comme s’il s’en apercevait seulement maintenant : ‘’L’Europe connaît une invasion arabe’’. Mais pourquoi seulement ‘’arabe’’ et pas aussi ‘’musulmane’’ ? On croirait que ce dernier mot n’arrive pas à passer, comme si dans sa bouche il était tabou. A-t-il si peur que ça de froisser la religion d’amour, de tolérance et de paix ? Alors qu’en Irak le massacre des chrétiens continue.

‘’Une laïcité saine comprend une ouverture à toutes les formes de transcendance’’. Le Pape a-t-il lu seulement quelques pages du Coran ? Si oui, comment peut-il parler de transcendance ? Faut-il lui préciser, comme à bon nombre d’évêques et cardinaux, que l’Islam reste plus une secte politico-religieuse conquérante qu’une religion proprement dite. Le prix du meilleur propagandiste de l’Islam reviendrait à Monseigneur André Vingt-trois archevêque de Paris ‘’Il faut donner tous les moyens pour que l’Islam se développe en France’’.

Sunnisme et Chiisme n’ont rien de spirituel, excepté sans doute le Soufisme qui reste minoritaire. Par contre le Salafisme croit détenir l’absolue vérité et ne rêve que d’anéantir le christianisme pour imposer sa loi (la Sharia) sur le monde. Pour ça il faut que le christianisme disparaisse avec la bénédiction imbécile d’un haut clergé soumis qui s’admet déjà vaincu.

Le langage de nos dignitaires religieux est suicidaire et il rejoint la même idéologie que ce mondialisme sans foi ni morale avec son projet néfaste d’abolition des frontières, d’égalitarisme (sauf pour les puissants), de multiculturalisme, etc. Une étrange connivence compassionnelle avec la gauche et l’extrême gauche athées, dominées et instrumentalisées par la haute finance apatride et internationale.

Une question se pose encore. Le Pape Benoit XVI a été encouragé à démissionner sous prétexte de santé par ces puissances occultes qui dirigent le monde pour installer au Vatican un autre Souverain Pontife plus conciliant à leurs directives ? Ce n’est pas impossible !

L.J.

Lettre de Gérard Lanvin !

Voilà un Mr qui dit tout haut ce que pas mal de personnes pense tout bas. Bravo Mr Lanvin.

Quand on vit de la naissance à la mort avec de l’argent public, comme M. Hollande, Ayrault, Sapin et quelques millions d’autres, que l’on ne paie pas ou peu de cotisations sociales, qu’on bénéficie d’un système de retraite réservé à sa seule catégorie, d’un système de placement financier défiscalisé, et qu’on n’a jamais investi un euro dans une entreprise mais tout placé dans des résidences secondaires, on doit a minima avoir l’honnêteté de ne jamais prononcer le mot Égalité, ni d’exiger des autres fussent-ils devenus riches, plus de solidarité qu’on ne s’en impose à soi-même.

  • 38 ministres et ministres délégués qui se goinfrent (le mot est faible) à nos frais, n’est-ce pas cela qui est VRAIMENT minable ?
  • Demander aux contribuables de payer plus d’impôts pour financer 4 personnes au service de la concubine de Hollande, n’est-ce pas minable ?
  •  Duflot et Filippetti qui bradent des Légions d’Honneur à tous leurs copains, n’est-ce pas minable ?
  • Un premier ministre qui veut un nouvel aéroport plus grand, à sa gloire, alors que personne ne prend l’avion à Nantes grâce au TGV.
  • Des ministres sans aucune exemplarité dont certains ont été condamnés ou devraient l’être…, un gouvernement incompétent et non coordonné qui gesticule au gré du vent, n’est-ce pas minable ?
  • Insulter un homme qui a choisi de s’expatrier, alors que nous sommes censés être libres de nos mouvements dans ce pays, n’est-ce pas minable ?…, sachant que Depardieu a rapporté à la France des centaines de millions d’euros, directement et indirectement !
  • Combien coûtent ces donneurs de leçon du gouvernement et du PS, qui passent leur temps à nous culpabiliser mais ne veulent surtout pas réduire leur train de dépenses, alors qu’ils détruisent la France, ses emplois et ses valeurs ? N’est-ce pas minable ?
  • Comment osent-ils parler de patriotisme alors qu’ils ne rêvent que de brader la nationalité française en la donnant contre un bulletin de vote…

Ce « président » et ses « ministres » sont la honte de la France. Ce pays qu’ils sont en train de détruire est devenu la risée du monde entier.

Gérard LANVIN