On nous reparle d’anti-sémitisme

veil

Comme si ces détestables marques d’hostilité envers la communauté juive étaient une nouveauté. Ces actes nous dit-on  ont augmenté de 74% , passant de 311 en 2017 à 541 en 2018. Cela, en oubliant de préciser que durant l’année 2015 on en comptait 808 . Soit une diminution par rapport aux années précédentes. Curieux non ?

Ce qui signifierait, peut être, que le moment   est devenu propice pour sortir des chiffres qui s’avèrent être la meilleure occasion, pour discréditer une mouvance qui met tous les jours ce Gouvernement en difficulté. Et quoi de mieux que de pratiquer l’amalgame facile avec une soit disant « extrême droite » fantasmée, qui serait l’initiatrice des GJ. Et qui reste le meilleur bouc émissaire qui soit, en y associant tous les mouvements politiques qui luttent contre l’immigration. Evitant surtout de parler du racisme anti franchouillard, anti France profonde.

Mais depuis le drame de la rue des Rosiers à Paris, dont le coupable se revendiquait de la religion d’amour, de tolérance et de paix, combien de citoyens juifs ont été tué par des pratiquants de cette même religion? Ils sont nombreux! Sans parler des familles juives chassées de chez elles par ce fanatisme criminel, dans le 93 en particulier.

Quand va-t-on entendre les médias et les politiciens de la bien pensance  dénoncer les véritables assassins? Certainement, pas ceux qui sont au sommet de l’Etat.

Certes, on ne peut pas nier qu’il existe une petite minorité de gens qui  se déclarent anti sémites. Combien de morts par la main de cette branche « d’ultra droite »? Aucun!

Une petite minorité de tradition anti juive, avait pratiquement disparu de la circulation. Se réveillerait-t-elle à présent? Si tel est le cas, il faudrait peut-être se poser la question du pourquoi.

Quel rôle jouent des gens comme Soros (le milliardaire, pro immigration), BHL, Attali, le Crif, la Licra, et bien d’autres, politiciens ou journalistes engagés? Des gens qui n’aiment pas la France et qui veulent la détruire sous de flots d’immigrés. La population française n’est absolument pas anti juive, au contraire, mais elle commence à se demander si certaines élites juives sont là pour l’aider ou pour la trahir?

Ce qui est inadmissible, bien sûr, c’est les marques d’hostilité, comme des graffitis et des insultes contre des personnes juives qui n’ont rien à voir avec cette oligarchie judéo-mondialiste.

On pourrait aussi mettre en parallèle les actes anti chrétiens qui se généralisent de plus en plus, dans le silence des pantoufles. Deux églises par jour sont vandalisées, ou dégradées. On en dénombre 1300 dans l’année 2018.

Pour sanctionner ce genre de délit, des lois existent, pourquoi vouloir en créer d’autres? Sinon pour limiter un peu plus la liberté de s’exprimer, dans l’idée perverse de faire taire les voix discordantes.

Mais comme dit le proverbe: « Quand la liberté cesse, la violence se déchaine »

Onyx

Kahina Bahloul, future imam de la première mosquée parisienne mixte : Nous accueillerons les femmes non voilées et les homosexuels

Kahina-Bahloul-Future-Imam-of-First-Mixed-Gender-Paris-Mosque

Kahina Bahloul, chercheuse en études islamiques françaises et fondatrice du groupe « Parle-moi d’islam », a été interviewée sur France 24 le 8 février 2019. Kahina Bahloul dirigera des prières dans la première mosquée parisienne mixte. Elle a déclaré que la mosquée allait permettre l’entrée aux femmes sans hijab, étant convaincue que « la coercition n’a pas sa place dans l’islam ». Elle a ajouté que les homosexuels seraient également les bienvenus, l’orientation sexuelle des fidèles étant une affaire privée. Elle a appelé à une « réévaluation de l’histoire », affirmant qu’il était temps que les femmes musulmanes aient leur mot à dire dans les interprétations religieuses.

Extraits et traduction

Animatrice : Il se peut qu’elle devienne la première femme à diriger la prière des musulmans en France, et la première à prononcer un sermon du vendredi dans la première mosquée mixte. Cette mosquée parisienne devrait ouvrir ses portes aux femmes voilées et non voilées, ainsi qu’aux musulmans homosexuels. Notre invitée d’aujourd’hui est Kahina Bahloul, chercheuse dans le domaine des études islamiques et fondatrice du groupe « Parle-moi d’islam ». Kahina, bienvenue sur France 24.

Kahina Bahloul : Bonjour. […]

Animatrice : Ne craignez-vous pas que, tôt ou tard, cette mosquée devienne une mosquée à l’usage des seules minorités ?

Kahina Bahloul : Je ne crois pas que cela arrivera. Il est vrai que nous permettons aux femmes de choisir [de porter le hijab ou non], car nous sommes convaincus que dans l’islam, comme dans toutes les autres religions, la coercition n’a pas lieu d’être. […]

Animatrice : Que pouvez-vous nous dire de l’autorisation faite aux homosexuels de prier dans cette mosquée ? Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Kahina Bahloul : Ce n’est pas une question sur laquelle nous nous attardons car nous pensons que chacun est libre de choisir sa propre vie sexuelle. Nous ne demandons pas aux gens qui viennent à la mosquée quelle est leur orientation sexuelle. C’est une affaire privée qui ne nous regarde pas. Par conséquent, tout le monde est le bienvenu dans cette mosquée. […]

Nous appelons à une réévaluation de l’histoire pour nous aider à poser un regard critique sur ce qui est mis en œuvre aujourd’hui dans l’islam. Par exemple, concernant la question des femmes dans l’islam, le problème est que, pendant des décennies et des siècles – pendant plus de mille ans – elle n’a été débattue que par des hommes. Dans la plupart des cas, l’interprétation des textes religieux était le fait d’une mentalité masculine et patriarcale. Nous pensons qu’aujourd’hui, au 21ème siècle, le temps est venu pour les femmes de s’exprimer sur ces interprétations.

Source : Memri.fr

La RAIE-PUBLIQUE Macroniène

jeunes-migrants

Rennes, grande ville et bastion PS et gaucho-bobo, n’en finit plus de subir les affres de l’immigration de masse. Un policier de la Bac, qui vit sur place, écrit quelquefois des articles sous le pseudo de « Geronimo » dans Riposte Laïque et il cite souvent des chiffres assortis de faits divers.

La ville, compte dit-il, 600 « mineurs isolés » qui comptabilisent 80% des délits, pour un coût de 22 millions d’euros. Ils arrivent d’Albanie, du Maroc, de Tunisie, d’Algérie, d’Erythrée, du Soudan, du Pakistan, de Libye, d’Afghanistan et d’ailleurs. Ils sont tous pris en charge à 100% par les services sociaux.

Aucun papier, aucune certitude de l’âge, mentent sur leur provenance, et la majorité d’entre eux est musulmane. Ils sont souvent toxicomanes. Ils passent leurs soirées à voler, à agresser des noctambules, à cambrioler et à dealer.

Rennes, ville droit de l’hommiste et bien pensante, pleine de compassion pour ces chérubins qui peuvent avoir quelquefois 25 ans ou plus, en a placé une partie dans une ancienne gendarmerie. Mais comme ils n’ont pas « les bons codes », dixit une ministre En Marche, ils cassent allègrement et régulièrement les lavabos, les douches, les WC, les carreaux, comme ils se cassent la figure entre ethnies, tout en détestant en commun les locaux, qui sont assez idiots pour les loger et les nourrir.

Ce qui n’empêche pas toute une équipe d’éducateurs formatés gauchistes de les entourer de leur compassion pédagogique. Ils trouvent ainsi, avec cette nouvelle migration un bon plan de carrière.

Avec eux, ces joyeux jeunes gens ne manquent de rien. Ils sont soignés comme des touristes exigeants : Petit déjeuner avec jus de fruits, croissants, café, thé, chocolat, céréales bio, de préférence, et bien sûr, les autres repas garantis le meilleur possible. Alors que les poubelles des supermarchés sont régulièrement fouillées par des pauvres, biens de chez nous.

On apprend aussi que dans une faculté de Montpellier, 2 profs ont été sanctionnés pour avoir chassés des casseurs, dont plusieurs extérieurs à la Fac, afin que celle-ci puisse reprendre les cours. Cela avec peut-être des méthodes quelque peu musclées, mais efficaces.

Un des profs est interdit d’enseigner pendant 5 ans, l’autre est carrément radié, comme s’il avait été lui-même casseur. L’addition est salée : 300 000 €, compte tenu du vandalisme de ces bons à rien. Portes défoncées, locaux ravagés, ascenseurs vandalisés et j’en passe. Avec les slogans récurrents de ces « intellos » démolisseurs « Ce qu’on fait en Palestine c’est du fascisme ».

Avec pour résultat, 2000 étudiants bloqués par 80 gauchos crasseux. Mais pour eux, ce sera l’indulgence assurée, comme pour les petits malfrats de Rennes.

Et comme le signale un intervenante du débat municipal de Béziers: « Je suis resté à la rue avec mon fils, alors que  des clandestins étaient logés dans des hôtels à 1200 € par mois. Quand va t’on briser le silence ? »

Pour le moment, aucune réaction des GJ, ni des français en général.  » C’est comme s’ils se laissaient envoyer à l’abattoir, mais s’indignaient du prix du transport  » disait Renaud Camus.

J’ajouterai, « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire ».

Onyx

Cet homme est dangereux

Macron_repond_aux_francais1

Macron est devenu un an après son investiture le plus détesté des hommes politiques. Il aurait été plus à sa place en restant salarié de Rothschild. Là il était au mieux de ses capacités.

Il est dangereux, non seulement parce qu’il n’a pas les compétences requises, qu’il n’aime pas les classes populaires et qu’il est prêt à les sacrifier pour le bénéfice des gros financiers qui sont ses mentors, afin de rester coûte que coûte à sa place. Ce personnage avec son apparence androgyne est plus tenace qu’il ne le parait. Il ne lâchera rien, sinon des miettes dans les revendications qui lui sont faites. De plus il se considère comme le seul homme détenant la vérité politique et son mandat comme une mission céleste un peu comme le Pape considère la sienne. Il est théâtral, mélodramatique avec le ton paternaliste d’un jésuite s’adressant à des peuplade aculturèes. Nous sommes gouvernés par un illuminé qui veut faire de nous des citoyens du monde.

C’est un cérébral, un intellectualiste pur jus ; ce qui ne prouve pas pour autant une intelligence supérieure. Il donne l’impression de n’avoir développé au maximum de ses capacités un seul hémisphère de son cerveau. Certes, il dispose d’une mémoire capable d’enregistrer des quantités de dossiers, ce qui le rend redoutable dans un débat. Son véritable exploit, jusque là, c’est qu’il a réussit à faire croire, qu’il représente la nouvelle humanité alors qu’il est le modèle parfait de l’ancienne (selon Guy Millière).

Le système mondialiste en place ne pouvait pas trouver de meilleur serviteur que lui. C’est un young leader de la French Américan Foundation, un membre du Siècle et un envoyé de Bildenberg, formé à la Banque Rothschild. C’est donc un mandaté des prédateurs du sommet de la pyramide pour l’avènement d’un monde marchandisé, où toutes les notions de frontières, de particularités de races et de cultures et des peuples sont à proscrire. Les capitaux et les hommes doivent circuler sans contraintes. L’immigration de masse en est la parfaite illustration. Pendant que la classe dominante s’enrichit toujours plus, elle construit des lignées comme la grande bourgeoisie d’antan et crée ainsi des solidarités solides. Pendant que les « gens d’en bas » sont anesthésiés.

« Les films, le foot, la bière, le jeu formaient tout leur horizon et comblaient leurs esprits. Les garder sous contrôle n’était pas très difficile »  ( Georges Orwell 1924 ) Macron a été lancé comme un produit de consommation. Promu sur toutes les chaines de télé comme seul capable de rénover complètement la vie politique. Il croit fermement encore qu’il est le seul à mener à bien la tâche qui lui a été confiée. Un psychiatre italien le considère comme un psychopathe névrosé reste d’adolescent et qui a besoin d’être materné. Avec en plus un sentiment de supériorité qui le pousse à une ambition démesurée.

Macron veut faire le courageux en parlant (peuple) quand il va au devant des manifestants bienveillants, mais je crois que dans le fond il joue une comédie. On l’a vu lors de son désir d’être exfiltré de l’Elysée, devant la charge des GJ. Mais il se croit intouchable et indispensable et s’accrochera à la rampe jusqu’au bout. Pourvu que la branche ne cède et lui avec !

Onyx

Police légaliste ou politique ?


devant_anti-emeute_ste-cath_mtl2avril2015a

Il semble que l’ordre soit donné aux différentes polices de laisser en paix les hordes gauchistes, alors que les arrestations arbitraires préventives contre certains gilets jaunes se multiplient. En tout cas, ceux jugés populistes ou qui brandissent des drapeaux français ne sont pas ménagés.

Le local des identitaires a été récemment perquisitionné, bien que les fameux Blacks blocs se soient vantés qu’ils attaqueraient les CRS à la Bastille. On peut se poser des questions…

Y aurait il complicité entre ce Gouvernement et les casseurs d’extrême gauche, pour discréditer le mouvement ?

Difficile à croire en effet, et pourtant on peut le constater sur des vidéos filmées « sur le vif ». Quand les gauchistes s’en prennent à des  groupes qui désirent manifester tranquillement, la police reste passive. Bien sûr, ce n’est pas forcement la volonté des policiers de ne pas intervenir. Alexandre Langlois, secrétaire général d’un syndicat de la police le confirme. Mais des consignes existent aussi, sans doute, pour rester passif et ne pas se défendre devant la racaille de la diversité ou des gauchistes.

Doit-on toujours suivre les directives qui vont à l’encontre de toute logique et déontologie?

Avons nous entendu parler de blessures graves chez les antifas et autres anarchistes? PAS DU TOUT!

Ces milices, qui semblent bien préparées pour semer le désordre et au combat de rue, font leur sale boulot et disparaissent sans le moindre barrage d’interception devant eux. Alors qu’il ne serait pas difficile aux CRS  et gendarmes de les encercler pour les arrêter et les mettre à la disposition de la justice. D’autant plus, que ces trublions sont déjà connus et répertoriés.

Curieusement, un porte parole des GJ, Jérôme Rodrigues a reçu un tir de flash ball dans le visage, au risque de perdre un œil, pour être pris violement à partie le lendemain par des gauchos munis de barres de fer, avec une volonté de lynchage, comme c’est arrivé auparavant, avec le journaliste Dominique Lapierre et un de ses confrères de LDC News, jugés trop à droite, par ces minables milices. Véritables Guépéou trotskistes, qui jouent sur la peur qu’ils inspirent.

Et c’est à n’en plus douter maintenant…

Que le Pouvoir les utilise, pour briser le mouvement des gilets jaunes.

En tout cas, celui que ce Gouvernement considère comme le plus dangereux, car il ne se contente pas des revendications sur la hausse des prix, mais réclame d’abord l’essentiel qui est : L’argent aux français, l’arrêt immédiat de l’immigration et de l’Islamisation. Mots que Macron refuse d’entendre.

Ces milices violentes d’extrême gauche, et cela transparait de plus en plus, sont devenues les forces supplétives d’un Système, qui ne sait plus comment se sortir d’un problème qu’il a crée.

Ensuite, il suffit d’inverser les choses, en faisant croire au public, que c’est « l’extrême droite » qui est coupable de tous les méfaits et pillages.

Comme d’habitude les médias se chargent de la besogne. On en profite pour réclamer par la voix de Mélenchon une « Commission parlementaire contre les violences d’extrême droite, et la dissolution de la Ligue du Midi ».

Quand verra t’on une Commission réclamée contre les violences, bien réelles, celles là de la gauche extrême? Suggère l’avocat Gilles W. Goldnadel.

Pendant ce temps, Bernanos, celui qui avait presque réussi à brûler vif dans leur voiture, trois policiers, serait dit on déjà dehors.

Tout cela n’est pas beau, c’est même le signe d’un régime pourri et en complète décadence.

Police et gendarmerie devraient comprendre que leur intérêt n’est pas de défendre un système qui s’écroulera bientôt. Mais plutôt, de ne plus s’opposer aux manifestants patriotes !

Onyx

Le retour des djihadistes français

djihadiste

« Qui aime trop l’humanité en général est en grande partie incapable d’aimer l’homme en particulier. Qui plaint trop le malfaiteur est fort souvent incapable de plaindre la victime » (Dostoïevski – « La légende du Grand Inquisiteur »)

Depuis que les groupes armés de l’Etat Islamique ont été mis à mal en Irak et en Syrie, il est régulièrement question du retour des ressortissants « français » internés dans ces pays… jusqu’à ce que cette annonce soit officialisée avec le rapatriement prochain de quelque 200 hommes, femmes et enfants. Cependant, un critère essentiel semble ne pas retenir l’attention, tant de nos médias que des partisans de ce retour : l’extrême sauvagerie de leurs méfaits.

Profondément apatrides, ils n’ont eu de cesse de s’enorgueillir en diffusant dans une orgie de clips d’égorgements, décapitations et mutilations multiples, leurs mœurs barbares. Sur ce point, la chaîne d’information BFMTV nous avait livré un aperçu de leur bestialité en diffusant les images de ces « jeunes Français désœuvrés » traînant derrière un pick-up aux cris d’« Allah Akbar ! » des cadavres de soldats de l’armée régulière syrienne. Images glaçantes et terrifiantes.

Il y a aussi les femmes françaises converties à l’islam, parties se faire sauter –non à l’explosif !- mais par une multitude de djihadistes (il fallait bien les divertir et leur permettre de se reproduire…) Du fruit de « leurs passions », des enfants sont nés… la plupart de pères différents. Alors, dans un épanchement de tendresse infinie, les voici suppliantes, pour que l’on rapatrie au plus vite ces enfants en France. « C’est dur de les voir souffrir ! » s’exclame, l’une d’elles, à Franceinfo en novembre 2017.

Aujourd’hui, sachant ce qu’ils encourent s’ils étaient jugés sur les lieux de leurs forfaits, tous se souviennent subitement d’« être français » et comptant sur la mansuétude de nos juges, réclament d’être traduits devant une juridiction française.

Et puis, il y a les autres… tous les autres ! Les islamistes radicaux qui, basés dans notre pays, attendent de fondre sur leurs proies avec, au bout du voyage la mort qu’ils recherchent car il est écrit que « quiconque meurt au cours du djihad entrera au Paradis et deviendra un martyr » et que « les délices du Paradis consistent principalement dans les voluptés sensuelles »… Paradis où « 70 vierges attendent chaque martyr »….

Pas étonnant que bon nombre de Musulmans veuillent mourir en «martyr » !… Seulement, comme disait Chateaubriand, « on n’apprend pas à mourir en tuant les autres ».

Alors, que faire ?… Que faire de ces nouveaux « arrivants » shootés à l’islamisme et à la barbarie ?… Quelles sanctions infliger à ces irréductibles ennemis de tout humanisme ?… De toute civilisation ?…

Les juger ?… Les condamner, sachant qu’ils auront tôt fait de « contaminer » en prison leurs coreligionnaires ? Et après ? Libérés, qu’adviendra-t-il d’eux ?…

A la lumière des actions criminelles qui ont ensanglanté les principales villes  européennes, faute de solution appropriée, on est désormais en droit de se poser la question sur leur sort.

Que faire face à tant de cruauté… de barbarie… d’inhumanité ?… Et les  partisans de la peine capitale, de se faire plus pressants après chaque attentat : « Il faut terroriser les criminels ! Il faut qu’ils sachent qu’en tuant, ils seront tués. C’est la seule solution ! »

Lors d’une interview, il fut demandé au Général Schwartzkopf, commandant en chef  de la coalition de l’opération « Desert Storm » (Tempête du désert) en Irak : « Le pardon est-il envisageable pour ceux qui ont aidé les terroristes ayant perpétré l’attaque contre les États-Unis le 11 septembre 2001 ? »

 Sa réponse :

« Je crois que c’est le rôle de Dieu de leur pardonner… Notre boulot, c’est d’organiser la rencontre ! ». On ne peut être plus clair !…

Oui, mais voilà !… En France, c’est le genre de déclaration que refuseraient la  « bien-pensance », le « politiquement correct », les « moralistes à la conscience pure », les « humanistes », qui, choqués par cette « inhumanité » que représente la peine de mort, s’élèveraient avec force contre l’organisation d’une telle « rencontre », réconfortés qu’ils sont par cette prise de position du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, pour qui « ce sont des Français avant d’être des djihadistes ».

Dès lors, la question revient avec plus d’acuité sur le devenir de ces « Français » : quel sort doit-on leur réserver ?…

Bon nombre de députés s’élèvent contre leur retour réclamant qu’ils soient jugés en Syrie et en Irak… le député LR Pierre-Henri Dumont appelant même à des « assassinats ciblés » : « Ce sont des éliminations ciblées pratiquées déjà par différents services (de renseignement) en Syrie, en Irak (…) c’est-à-dire tuer des personnes qui ont pris des armes contre la France, la France ne doit jamais les réaccueillir », a-t-il déclaré.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, suggère d’instaurer un « bagne démocratique » aux îles Kerguelen pour les djihadistes condamnés, tandis qu’au RN, on indique : « Ce sont des djihadistes, ils ne devraient donc plus être français »…

Mais, face à ce tollé qui n’en est qu’à ses prémices, le drame qui caractérise la Justice française réside en ce que nos sociétés vieillottes s’interdisent tout moyen coercitif. Elles ont lentement accumulé pendant une longue procession de siècles, les règles, les précautions et les interdits destinés à protéger l’idée qu’elles se faisaient de la civilisation. Elles ont imaginé couler la sagesse dans des lois… codifier l’indulgence et la mesure, pour défendre l’homme contre lui-même. Préoccupées d’exorciser la violence qui bouillonne toujours confusément dans des instincts mal maîtrisés, elles ont naturellement été conduites à s’interdire la seule forme de violence sur laquelle elles pouvaient peser : la cruelle mais indispensable gamme des châtiments qui prétendent moins punir le crime, que décourager le criminel.

Négligeant cette suprême mise en garde d’Aristote « Tolérance et apathie sont les dernières vertus d’une société mourante », elles ont inventé un arsenal de répression humain conçu à l’exacte mesure de coupables considérés comme des « égarés » ou des « déséquilibrés ». Or, on ne combat pas des terroristes avec de tels jugements… On doit adopter une riposte appropriée afin de les stopper dans leur  folie meurtrière ; agir sans oublier la foi formulée par Engels : « Ne jamais jouer avec l’insurrection armée et, quand on la commence, la mener jusqu’au bout ».

Dès lors, la France -confrontée à l’un des plus graves périls de son histoire- ne doit pas s’embarrasser de préjugés pour prendre les mesures appropriées afin d’assurer sa propre survie. « Celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais » soutenait Léon Trotski.

Mais, empêtrée dans ses règles, ses décrets et ses scrupules, voilà notre civilisation chrétienne paralysée par les dogmes qui la fondent et les lois qui la défendent qu’elle ne peut transgresser sans se renier. Et voici les barbares, forts de cette assurance (en tuant, ils savent qu’ils ne seront pas tués !) qui frappent dans nos villes… les peuples loups qui grondent aux frontières. Pressés de courir à leur tour la grande aventure de la civilisation et exaltés par la présomptueuse conviction qu’ils détiennent des recettes miraculeuses, ils négligent les trésors de l’héritage… Ils veulent tout détruire, tout raser pour tout recommencer sur les décombres d’un passé qu’ils haïssent parce qu’ils ne le comprennent pas. Et ils tentent d’imposer leur loi par l’assassinat et la terreur à des sociétés qui ont su dissiper ces cauchemars depuis si longtemps qu’elles n’en imaginent plus l’éventuel retour. Voici qu’enchaînées par les règles qu’elles ont accumulées pour se prémunir contres les excès de leur propre colère, les sociétés stupéfaites s’abandonnent aux coups que leur portent des colères inconnues…

Et voici que s’écroule la civilisation parce que les barbares puisent dans son raffinement, ses complications et son indulgence, la seule force qui rend leurs débordements irrésistibles. Ils retrouvent brutalement le plaisir d’égorger sachant combien timide sera la répression. Jamais les passions déchaînées et la haine n’ont fait autant de ravages… semé autant de morts… Jamais on n’a assassiné autant d’hommes au nom du bonheur de l’humanité… Jamais le mot de Malaparte n’a été plus juste : « Jamais on n’a couché autant de Christs dans les charniers du monde ».

José CASTANO

Courriel :joseph.castano0508@orange.fr

Le mondialisme

mondialisme

Je crois que la société se divise de moins en moins en gauche et droite. Bien que la gauche qui tient boutique au politiquement correct avec son corollaire la bien-pensance ait encore la vie dure. Au départ l’idée de mondialisme pouvait paraître rassurante en faisant miroiter une Terre pacifiée avec à sa tête un Gouvernement mondial qui veillerait à ce que tout se passe bien et que l’équité et la justice règnent enfin dans ce monde. Or on s’aperçoit chaque jour qu’il n’en est rien et qu’au contraire tout empire, que les riches sont de plus en plus riches et les classes populaires de plus en plus en souffrance.

Les gilets jaunes font régulièrement la démonstration de ce déséquilibre social que plus personne ne peut nier. Et à juste titre les banques et les autres forces financières sont accusées d’en être les grandes organisatrices. En réalité, il convient de se représenter le mondialisme comme une pyramide avec à son sommet quelques puissants personnages à la tête des groupes bancaires, industriels, militaro industriels, pétro-chimiques, etc … Ces gens-là par solidarité de classe et d’intérêts se tiennent les coudes. Dans une planète soumise à l’argent roi (et l’être humain étant ce qu’il est) il n’est pas très difficile et au fur et à mesure que l’on descend vers la base de trouver des subordonnés dans les chefs d’Etat (Macron par exemple) et des Gouvernements qui grâce à ce système connaissent la griserie du pouvoir et l’argent qui va avec. Le tout accompagné d’idiots utiles qui au nom de leur idéologie bien-pensante ou engagée dans le gauchisme comme les antifas et les groupuscules anarchistes se font les meilleurs alliés de ces requins aux dents longues.

Et puis, il y a les chiens de garde de ce système : Les ministres, les Préfets, les Juges et les grands Médias. Quant à ces âmes charitables qui soutiennent bec et ongle la déferlante migratoire il serait bon qu’ils réfléchissent et qu’ils fassent aussi leur « révolution culturelle ». Qu’ils sachent que leur humanisme (si s’en est un) est exploité à merveille par ceux qui au niveau du porte monnaie sont leurs pires ennemis. Ce n’est pas la prétendue « extrême droite » qui au contraire se bat contre le pouvoir de l’argent, et aussi pour retrouver la souveraineté nationale et la maitrise des frontières. Cette immigration est voulue et planifiée par des milliardaires qui tirent les ficelles pour déstabiliser nos pays afin de mieux les contrôler.

Bientôt on va voter pour les élections européennes et si ce mondialisme n’est pas mis en accusation il continuera son travail de sape destructeur. Macron est actuellement le meilleur représentant de cette caste qui tient le monde occidental sous sa coupe. Il serait souhaitable qu’il parte mais si l’on doit mettre à sa place un autre du même acabit cela ne servira à rien. C’est ce système qui exploite « ceux d’en bas » (dixit Raffarin) qui doit disparaitre. Et le plus tôt sera le mieux ! L’Histoire nous apprend que les régimes totalitaires s’écroulent par leurs excès un jour ou l’autre comme le nazisme et le communisme. Ce sera bientôt le tour du Mondialisme.

Jacques LAURET