Balance ton Porc

Weinstein

En 1968, on entendait ce genre de slogans : « Jouissez sans entraves » et « Il est interdit d’interdire ».

Toutes les valeurs sociales héritées du christianisme et reprises en partie par la République, étaient remises en question.

L’année 1968, c’était le départ de la grande partouze généralisée, multiculturelle, intergénérationnelle, transgenre, pan sexuelle, que la France devait organiser pour être reconnue comme un phare du « progressisme » par la future caste en gestation et le monde libertaire, pour en contester même les Lois de la Nature et offrir un superbe boulevard vers Sodome et Gomorrhe. Pour donner ensuite un Jack Lang, comme Ministre de la contre-culture : celle du porno, tag et rap.

Dernièrement, un digne représentant de cette culture « libérée » et mondialisée défrayait la chronique des faits divers. Un certain Harvey Weinstein, harceleur notoire, gros nabab du cinéma décadent, devenu un obsédé sexuel malfaisant pathologique, mais soutien inconditionnel d’Obama et des Clinton. Mais aussi, grand démocrate devant la déesse Aphrodite et le dieu Hamon.

Depuis cette affaire, il suffit de tourner le bouton de la radio, pour prendre connaissance de quantités de cas similaires, mais en plus petit. La délation fonctionne à merveille et on pourrait croire que tous les patrons et détenteurs d’un peu de pouvoir, ont abusé de leurs prérogatives pour « sauter » leur secrétaire.

Je sais bien que le pouvoir appelle facilement l’abus de pouvoir. Je sais aussi, qu’il existe des individus sans scrupules, qui profitent de leur position sociale pour en abuser par des attouchements et des relations sexuelles forcées, sur leurs collaboratrices. Quand il s’agit d’accepter ou d’être congédiée ; on peut comprendre qu’une employée soit quelquefois incitée à céder. Cela existe et mérite la Correctionnelle, mais en aucune façon de généraliser.

Mais il y a aussi d’autres situations très différentes. Dans les milieux de la politique, des affaires, du show bis, des femmes ont connu la réussite, parce qu’elles ont accepté sans trop de difficulté, les propositions salaces de leur supérieur hiérarchique, ou du personnage haut placé, réputé faire la pluie et le beau temps.

Pourquoi se plaignent elles, longtemps après, puisque c’est bien grâce à leur consentement qu’elles ont pu réussir dans leur activité ou devenir célèbres. Elles voulaient la réussite, coûte que coûte, tant pis pour la virginité, ou la dignité.

Mais a-t-on vu ces féministes gauchistes islamo-compatibles et ces Femens, si volubiles en ce moment, contre ces grands et petits scandales, dénoncer publiquement, au moment des faits, le scandale des viols de Cologne, lorsque des centaines de maghrébins en rut, se sont précipités comme des sauvages, sur des femmes et des jeunes filles allemandes, les jours du Carnaval annuel ? Silence radio, sauf sur les réseaux sociaux.

Motus et bouche cousue, quand il s’agit de dénoncer des « migrants », surtout s’ils sont musulmans. L’idéologie gauchiste primera toujours sur la moindre justice. Même quand tous les jours, des clandestins se signalent par des agressions d’ordre sexuel sur des femmes seules. En fonction du Coran et des hadiths « Les seules femmes que Mohamed a mentionnées au Paradis, sont les vierges qui sont là pour satisfaire les désirs sexuels des hommes ».

Par contre, quand il s’agit de culpabiliser l’homme blanc, coupable dans la tête de ces dégénérées de patriarcat et de tous les crimes de l’histoire coloniale, la repentance est de rigueur. Pas question donc, de parler de la domination, réelle celle-là, du musulman sur toutes les femmes, puisque le Prophète a dit que tu peux en changer en une pour une autre. Et dire non en terre islamique, c’est peut-être le payer de sa vie.

Mais quand le masochisme le dispute à la connerie…

Onyx

Publicités

« L’Eglise de France se tait « 

Homélie du Père Henri Boulad, dimanche 15 octobre 2017 à la paroisse Saint-François-de-Paule, Toulon.

Henri Boulad est né à Alexandrie en 1931. Par son père il est issu d’une famille syrienne chrétienne de rite grec-catholique (melkite) originaire de Damas mais installée en Egypte dès 1860.
En 1950, Boulad entre au noviciat des jésuites à Bikfaya, au Liban. De 1952 à 1954, il étudie au juvénat de Laval (France), puis, de 1954 à 1957, il étudie la philosophie au scolasticat jésuite de Chantilly, toujours en France. Il enseigne deux ans au Collège de la Sainte-Famille, au Caire. Après un cycle d’études théologiques (de 1959 à 1963 au Liban. Il est ordonné prêtre en 1963 selon le rite melkite. En 1965, il participe à un programme de formation des Jésuites à Pomfret, au Connecticut, et obtient un doctorat en psychologie scolaire de l’Université de Chicago.
Revenu dans son pays, l’Égypte, il y vit depuis 1967. Il est supérieur religieux des jésuites d’Alexandrie, puis provincial des jésuites du Proche-Orient, et professeur de théologie au Caire. En 2004, il est devenu recteur du Collège de la Sainte-Famille des Jésuites du Caire.
Il est fortement engagé au service des déshérités, chrétiens et musulmans, engagement qui se poursuit avec son implication dans Caritas. De 1984 à 1995, il est directeur de Caritas en Égypte, et président de Caritas Afrique du Nord et Moyen-Orient. De 1991 à 1995, il était vice-président de Caritas International pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Bon connaisseur de l’Islam, qu’il côtoie depuis son enfance en Égypte, il est très critique de certaines de ses orientations contemporaines, tout en insistant que le dialogue entre chrétiens et musulmans doit continuer, mais pas sous sa forme actuelle qui n’est que mensonge et compromission, et donc n’est pas du dialogue et l’exaspère. Défenseur et militant des droits de l’homme, il est un observateur privilégié du Printemps arabe, et en particulier de la Révolution égyptienne de 2011. Il appelle l’Occident à ne pas céder au cynisme, à soutenir les aspirations des peuples à la liberté, et à ne pas s’allier aux fondamentalistes religieux.

Le Père Boulad a publié près de 30 livres, dans 15 langues, en particulier en français, en arabe, en hongrois et en allemand.
Il a été élevé au grade de Commandeur de l’Ordre des Palmes académiques.

En 2017, il a reçu la nationalité hongroise et a loué la politique actuelle de la Hongrie de défendre les communautés chrétiennes traditionnelles en Europe et ailleurs comme un signe pour l’avenir.

Les liquidateurs judiciaires

justice

Un certain Bernard Cantat, vulgaire assassin par jalousie, de la fille du couple d’acteurs Trintignan et cabotin débrayé, proche des antifas, revient sur la scène politico « artistique ». Un crime pas cher payé de 4 ans de prison, et c’est bien pour cette raison, que son retour sous les feux des projecteurs est inadmissible.

Dernièrement, un autre criminel et parfait gauchiste également, tête antipathique, récidiviste avec 12 condamnations et 11 relaxes en classement sans suite était jugé, une fois de plus, pour avoir incendié une voiture de police avec 4 agents à l’intérieur, qui ont failli être brûlés vivants.

Elevé dans une famille bourgeoise, sans soucis d’argent ni de fin de mois difficile. Rien pourtant qui puisse lui valoir quelques circonstances atténuantes. Une chose pourtant lui servira et le protègera d’une condamnation sévère, parfaitement justifiée, c’est son appartenance à l’ultra gauche. Puisque la magistrature dans sa grande majorité partage avec lui cette même idéologie.

Juges rouges et avocats aussi, sans doute ; puisque pour maître Leclerc, son avocat, la peine requise est excessive à l’encontre d’un gentil garçon qui œuvre pour un « monde plus juste » Drôle de façon d’envisager la justice chez certains avocats. Mais il semblerait qu’être de gauche donnerait plus de droits pour les uns que pour les autres.

Mais pourquoi lors de cette agression, les policiers qui étaient en état de légitime défense n’ont pas fait usage de leurs armes ? La défense doit être proportionnelle à l’attaque dit la justice. Or dans ce contexte de violence extrême toutes les conditions étaient réunies pour que les policiers évitent d’être réduits à l’état de cendres en tirant sur leurs agresseurs.

Oui mais voilà, peur de la bavure, peur de la police des polices, peur d’une carrière brisée, etc… Peurs qui s’ajoutant les unes aux autres, paralysent des policiers, créent du stress, entrainent un manque de réactivité et poussent certains fonctionnaires de police au suicide. Ce qui semble prouver que la hiérarchie de cette administration, noyautée par la franc maçonnerie et son programme sociétal, ne protège pas  ses troupes.

C’est le cas, notamment de l’ex brigadier chef Jallamion Sébastien qui en éclaire parfaitement la réalité. Celui-ci, ayant été complètement abandonné par ses supérieurs hiérarchiques, s’est vu révoqué et condamné lourdement, pour seulement avoir publié dans son blog un article pour dénoncer le principal instigateur du meurtre sordide de notre compatriote Hervé Gourdel en Algérie.

Oser parler de l’Islam comme le responsable de tous les attentats qui nous frappent, depuis pas mal d’années maintenant, c’est devenu du racisme pour cette bien pensance politisée et exclusive. Pour eux c’est encore plus grave provenant d’un policier, surtout s’il est classé à droite.

Alors, comment s’étonner d’un tel laxisme d’un côté et d’une telle sévérité de l’autre, quand on apprend le crédo du Gouvernement, cet à dire du Système européïste et mondialiste dans ses Commandements :

  • Renforcer les missions des associations dites anti racistes.
  • Obliger les médias à parler en bien des musulmans.
  • Rééduquer les peuples qui estiment que la distance culturelle entre eux et les musulmans est trop grande.
  • Promouvoir l’intégration socio-culturelle.
  • Pratiquer la discrimination positive.

Le rapport Eurislam n’est pas un fantasme. Il est financé par un Fond international, avec un budget de 623 millions €, consacré aujourd’hui à l’intégration de ces masses de clandestins, surtout s’ils sont musulmans.

Et pourtant, il fut un temps, pas très lointain, où la Cour Européenne des Droits de l’Homme déclarait : « L’Islam n’est pas compatible avec la démocratie et les Droits de l’Homme.

Onyx

 

La gendarmerie impuissante

Voici ce que nous dit un général de gendarmerie sur la situation actuelle.

Il a trop parlé, il ne fait plus partie des cadres de cette institution !

Le 1er septembre 2014, suite à des critiques publiques au sujet de la politique sécuritaire et judiciaire instaurée par le gouvernement qu’il juge « incohérente » et « inadaptée », le Général Soubelet est sanctionné en étant rétrogradé à la tête de la gendarmerie d’Outre-mer.

Le 24 avril 2016, un mois après la parution chez Plon de son livre Tout ce qu’il ne faut pas dire, il perd son affectation de commandant de la gendarmerie d’outre-mer

Les compteurs LINKY

Compteur_Mouchard_Linky_France_Danger_CPL

Appelés aussi compteurs communicants, ils doivent être déployés dans les 35 millions de foyers, à travers toute la France, d’ici 2021.

Ils sont au centre de nombreuses polémiques, car si ENEDIS (ex. ERDF) nous affirme qu’ils sont sans danger, ce n’est pas forcément l’avis de plusieurs médecins, techniciens ou simples particuliers, préoccupés par tout ce qui peut porter atteinte à la santé et au porte-monnaie des utilisateurs.

On signale des risques d’incendie et d’équipements ménager grillés. Internet nous apprend que les appareils actuels sont prévus pour 50 hertz, or les compteurs Linky injecteraient du 63OOO à 70000 Hz, avec l’obligation de prendre un abonnement plus cher, pour éviter les disjonctions.

Linky mesurerait l’énergie apparente et non active, avec une augmentation des factures de 15 à 27%. L’Allemagne, toujours en avance sur les innovations, techniques l’a abandonné.

Tout ce qu’on nous présente, comme du progrès, n’est pas forcément appréciable. Au sujet de ce nouveau matériel sur le marché, un scientifique américain nommé Russel Blaylook, parle d’abrutissement généralisé de la population quand elle est soumise durant des années aux rayonnements de ces appareils, avec en plus des risques cancérigènes.

D’autant plus, que ce projet, déjà bien implanté sur notre territoire, coûterait la bagatelle de 5 à 7 milliards € et occasionnerait la destruction de 35 millions de compteurs actuels, longue durée. Avec une durée de vie de 5 à 7 ans pour les Linky et de 20 à 60 ans, pour les anciens compteurs.

Alors est-il possible de les refuser ? ENEDIS répond que, en cas d’obstruction à son placement, il dispose de moyens légaux pour dissuader les récalcitrants. Un peu comme dans le film de Francis Blanche « Nous avons les moyens de vous faire parler » Et s’y opposer, pourrait être un motif de résiliation du réseau, ou de coupures de courant.

ENEDIS dit encore : « Les usagers ont la possibilité de refuser la pose du compteur Linky, durant la période de déploiement, après ce sera une obligation sine die ».

Il existerait, parait-il, une possibilité de le refuser en faisant valoir l’obligation de respecter les 50 hertz. Pour plus d’informations : WWW.SANTEPUBLIQUE.EDITIONS.FR et NEXT-UP.ORG.

Je pense, que bon nombre de gens réalistes, se sont opposés avec détermination aux OGM, comme à l’exploitation des gaz de schiste et aux pesticides qui tuent les abeilles ; ce qui a eu le mérite de faire reculer tous les bénéficiaires de ces poisons et destructeurs de l’environnement. Eux qui se moquent comme d’une guigne de l’impact qu’ont ces pratiques sur la nature et l’état sanitaire général. L’intérêt financier primerait toujours sur la morale civique, si on devait les laisser faire selon leur bon plaisir.

Qui aurait l’idée saugrenue de construire sa maison sous les rayonnements nocifs d’une ligne électrique à haute tension ? Dans une autre mesure, l’utilisation du compteur Linky, présenterait-il, moins de graves perturbations ?

Jacques Lauret