De l’égorgement du père Hamel et du nôtre…

This picture obtained on the website of the Saint-Etienne-du-Rouvray parish on July 26, 2016 shows late priest Jacques Hamel celebrating a mass on June 11, 2016 in the church of Saint-Etienne-du-Rouvray, Normandy.  The 84-year-old Jacques Hamel died on July 26, 2016 after his throat was slit after two attackers stormed the church during a morning mass, taking the five people inside hostage, including the priest, interior ministry spokesman said. / AFP PHOTO / http://ser-ta-paroisse.over-blog.org/ / HO / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / PAROISSE SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Le meurtre du père Hamel après le massacre de Nice confirme, s’il en était besoin, qu’Allah est insatiable… Comment expliquer que des jeunes gens, sortis de chez nous, souvent encore mineurs, acceptent de se laisser transformer en assassins, sinon parce que l’appel au jihad est enseigné dans le Coran, les hadiths, et toute la littérature ordinaire de l’islam, que tout un chacun peut aisément se procurer ? C’est pourquoi je trouve hypocrites les réactions apitoyées de tous ceux qui ne dénoncent pas l’islam en tant que tel. Dieu Se rit de ceux qui pleurent les conséquences dont ils chérissent les causes.

Que le cardinal Vingt-Trois ait souligné lors de la Messe d’hommage au père Hamel à la Cathédrale de  Paris que le « silence des élites devant les déviances des mœurs et la légalisation des déviances » façonne « les peurs multiples [qui] construisent la peur collective, et [que] la peur enferme. », ne suffisait certes pas à nommer l’islam, même si ces mots, évoquant sans doute d’autres réalités, pouvaient très bien dénoncer la complicité dont jouit l’islam et son caractère funeste. Le Pape François reconnaît que « le monde est en guerre », mais il en innocente l’islam, car pour lui « Toutes les religions veulent la paix » … Mais si « la religion » n’était pas en cause dans ces actes abominables, pourquoi alors Mgr Dubost et le Vicaire général de Rouen, Philippe Maheut, veulent-ils renforcer le « dialogue inter-religieux » ? Pourquoi Anne Hildago tient-elle à dire que notre pays est « une terre de vivre-ensemble et de dialogue entre les religions » ? Hassan II, Roi du Maroc et Commandeur des croyants, a eu beau nous avertir que les musulmans ne s’intégreront jamais et ne deviendront jamais Français ; M. Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris et ex-directeur du CFCM a eu beau confesser que « L’islam est un phénomène socio-politique, une idéologie de lutte et d’agression (BFM-TV, 03.01.2011) », conformément à l’enseignement d’Allah qui commande : « Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que l’islam ! (Coran 2.193) », nous n’avons rien voulu entendre… La vérité est qu’« Il ne peut y avoir ni paix ni coexistence entre la religion islamique et des institutions politiques et sociales non-islamiques. […] Le soutien qu’un peuple musulman apporte effectivement à un régime en place est directement proportionnel au caractère islamique de ce dernier. […] Le mouvement islamique doit prendre le pouvoir dès qu’il est en situation morale et numérique suffisante pour lui permettre de renverser le gouvernement non-islamique. »

Il est vain d’espérer que l’islam puisse jamais changer, puisqu’il est fondé sur le Coran, qui est la parole immuable d’Allah, et que d’autre part l’islam est dépourvu de magistère divinement institué, en sorte qu’aucune interprétation infaillible ne peut s’imposer légitimement à une conscience musulmane. De plus, alors que sa vie est remplie d’actes de barbarie des plus atroces, Mahomet est présenté comme des musulmans « le beau modèle (Coran 33.21) »… Les « terroristes » ne font que prendre au sérieux leur religion, et à la lettre ses enseignements.

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, André Chassaigne, président du Groupe des députés Front de gauche, et tant d’autres personnalités ont dénoncé dans ces crimes une volonté deISLAM-RELIGION-DE-PAIX-ET-DE-DEMOCRATIE diviser les Français. Mais comment leurs incantations à conserver l’unité pourraient-elles ne pas rester vaines tant qu’Allah fera dire à tous les bons musulmans : « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (Coran 60.4) » ? Aussi, lorsque le Conseil français du culte musulman « appelle à nouveau la nation tout entière à l’unité et à la solidarité », ou que l’imam de la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray se plaint de ce que l’islam soit instrumentalisé, que font-ils dautre sinon pratiquer la taqîya à l’adresse de tous les idiots utiles de l’islam ? Quel sens cela a-t-il de prétendre lutter contre « le radicalisme » tandis que l’on continue à entretenir la plante qui le produit ?

Si donc ces jeunes Français ont voulu faire le djihad, et tuer le père Hamel au motif qu’il blasphémait en confessant le mystère de la Sainte Trinité, c’est parce qu’ils ont été convaincus, conformément à ce qu’enseigne le Coran, que c’était la seule façon pour eux d’être sûrs d’échapper à l’enfer promis aux mécréants, et de jouir au Paradis des houris promises. Allah s’est en effet engagé à donner sa récompense à celui qui meurt au djihad (Coran 4.74,101). Car « Allah aime ceux qui vont jusqu’à tuer pour lui (Coran 61.4) ». Aussi, « Ceux qui combattent jusqu’à tuer dans la voie d’Allah, tuent et se font tuer. (Coran 9.111) ». Et pour finir d’aveugler le candidat au « martyr » (Quelle abomination d’user de ce mot si saint pour désigner un assassin !), l’héroïcité de son sacrifice est décuplée en libéralité par la promesse de sauver de l’enfer soixante dix membres de sa famille ! Comment résister à une offre si alléchante ? Voilà où est puisé le zèle de nos fervents musulmans. Pourquoi continuer à le nier ?

Je ne comprends pas que le pape dise que cette guerre n’est pas religieuse, mais qu’elle relève de « questions d’intérêts, d’argent, d’accès aux ressources naturelles, de domination des peuples ». Est-ce pour de l’argent que ces deux gamins ont égorgé le père Hamel, ou bien pour plaire à Allah ? Allah commande-t-il la mort des non-musulmans et celle des chrétiens en particulier (Coran 9.5,14,29,111,124 ; 47.4…), oui ou non ? Que peut-on espérer des témoignages d’une misérable ignorance ou de honteux mensonges, suintant criminelles lâchetés et compromissions, sinon l’endurcissement dans le mépris et la haine ?

Que la France apostate, les États-Unis et les Franc-maçons appellent en la circonstance à « protéger la liberté religieuse pour tous les cultes » et sapent ainsi eux-mêmes les fondements de la vraie paix qui ne peut se trouver que dans la communion au Christ, mort et ressuscité, vainqueur de tout mal (Mt 28.20), n’a rien d’étonnant, mais que le Pape déclare que nous ne sommes pas engagés dans une guerre de religion, car « toutes les religions veulent la paix », ou que Mgr Pontier, Président, réélu, de la Conférence des évêques de France, dise que « ces fous qui sèment la mort ne peuvent pas vraiment se revendiquer de l’islam », voilà qui est pour moi incompréhensible ! Comment l’islam pourrait-il vouloir la paix en rejetant la Révélation chrétienne ? Le Coran est rempli de haine et d’appels au meurtre, et l’islam voudrait la paix ?! Le comportement de Mahomet, l’histoire, l’actualité, témoignent-ils en faveur du caractère irénique de l’islam ? En quel pays devenu musulman la liberté de conscience et de religion est-elle respectée ? Faut-il être aveugle ou menteur pour nier que « Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. » !

Mais ce qui m’inquiète plus que tout, ce n’est donc pas seulement le fait que les Pouvoirs publics continuent à favoriser l’islam, à l’instar de la paroisse qui avait cru bien faire que d’offrir le terrain pour la construction de la mosquée où grandirait l’assassin du père Hamel, mais que le Pape ne dise pas, uneLe-pape-Francois-recu-imam-Al-Azhar-lundi-23-Vatican_0_730_492 fois de plus, la vérité sur l’islam. Dire que toutes les religions veulent la paix revient à confesser leur bonté intrinsèque, car aucun arbre mauvais ne donne de bons fruits, et confesser la bonté de l’islam conduit sinon à le professer, du moins à en légitimer l’existence, car comment condamner ce qui est bon ? Or, qui peut venir APRÈS le Christ, sinon l’Antichrist (Ga 1.8-9 ; 1 Jn 2.22) ? Et que veut l’Antichrist sinon la mort de l’Église ? « Qu’Allah tue les chrétiens ! (Coran 9.30) » Prôner la bonté universelle des religions, et donc de l’islam en particulier, est suicidaire. Concomitamment, une telle affirmation occulte l’annonce du caractère unique de la foi chrétienne et sa nécessité absolue pour le salut… Comment un tel discours pourrait-il ne pas empêcher les musulmans de quitter l’islam, décontenancer ceux qui l’ont quitté pour devenir chrétiens, et ne pas conduire les chrétiens ignorants à embrasser « la dernière religion révélée », la « religion d’amour, de tolérance et de paix » ? Enfin, je crains que la profession du caractère également bon de toutes les religions ne participe à l’établissement de la « religion mondiale » composée de l’ensemble des religions, toutes nécessairement et également bonnes, de laquelle Shimon Pérès est justement un jour venu demander au Pape François d’assumer la direction (04.09.2014)… Cette nouvelle religion universelle ne serait-elle pas l’imposture religieuse qui doit survenir avant le retour du Christ, « apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité (Catéchisme de l’Eglise Catholique n°675) ? L’accueil toujours plus large en Europe de « migrants » musulmans, le brassage de populations et la destruction de leurs identités qu’il implique, tout comme la participation mutuelle des populations chrétiennes et musulmanes à leurs cultes respectifs, comment pourraient-ils ne pas être désirés par « la persécution qui accompagne le pèlerinage terrestre de l’Eglise (idem) » ? En tout cas, « la foi de nombreux croyants en est déjà bien ébranlée » …

Le Magistère de l’Église ne peut que condamner « l’indifférentisme, cette opinion funeste répandue partout par la fourbe des méchants, [selon laquelle] on peut, par une profession de foi quelconque, obtenir le salut éternel de l’âme, pourvu qu’on ait des mœurs conformes à la justice et à la probité. L’Apôtre nous en avertit : « Il n’y a qu’un Dieu, qu’une foi, qu’un baptême (Ep 4.5) » ; qu’ils tremblent donc ceux qui s’imaginent que toute religion conduit par une voie facile au port de la félicité ; qu’ils réfléchissent sérieusement sur le témoignage du Sauveur lui-même : « qu’ils sont contre le Christ dès lors qu’ils ne sont pas avec le Christ (Lc 21.23) » ; qu’ils dissipent misérablement par là même qu’ils n’amassent point avec Lui, et que par conséquent, ils périront éternellement […] Ah ! « Quelle mort plus funeste pour les âmes, que la liberté de l’erreur ! » disait saint Augustin. (Grégoire XVI, Mirari vos) » ; « Il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour oser enseigner que le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la Religion que si elle n’existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions. (Pie IX, Quanta cura, n°5) ; « Convaincus qu’il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l’espoir qu’il serait possible d’amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C’est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d’auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission. De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient […] (Pie XI, Mortalium animos) ; « Quand on ne confesse pas Jésus Christ, me vient la phrase de Léon Bloy : « Celui qui ne prie pas le Seigneur, prie le diable.«  (François, Homélie du 14 mars 2013) ».

Les participations respectives au culte des uns et des autres demandées par certaines autorités musulmanes et chrétiennes pour manifester un apparent désir de communion, ne sont-elles pas condamnées par ces enseignements ? Aux premiers temps de l’Église, pénitents et catéchumènes devaient quitter le saint lieu au moment de l’offrande du Sacrifice du Seigneur, parce qu’ils étaient reconnus spirituellement inaptes à y prendre part. Mais aujourd’hui, même ceux qui font profession de rejeter la foi chrétienne, considérée par eux comme l’abomination par excellence et le seul péché irrémissible (Coran 4.48), y sont invités… Comment ne pas voir là un signe éloquent que la perte de la foi fait venir l’islam ? Les Apôtres nous ont enseigné l’attitude à tenir à l’endroit de l’islam (2 Co 6.14-18 ; 2 Jn 1.7-11 ; Jude 1.23), dont la venue a été annoncée par Jésus (Mt 13.24-30, 36-43 ; Jn 16.2), mais qui se fait leur porte-voix ?

L’ignorance volontaire, la lâcheté, la couardise, et en fin de compte le manque de foi, mais aussi certainement un nombre encore insuffisant de victimes, empêchent les Pouvoirs publics de nommer et traiter à sa racine le problème de l’islam, en proscrivant définitivement son livre et son modèle. A leur décharge, il faut reconnaître qu’ils n’y sont pas aidés par l’Église, dont c’est pourtant une des missions. Si même l’Église est d’accord pour que l’islam se développe, qui pourrait trouver à y redire ?

Puissions-nous imiter la franchise de l’un des prédécesseurs de François, le pape Pie II, qui, écrivant au Sultan turc Mehmet II, ni ne louait la religion de celui-ci, ni ne se montrait dupe d’un accord possible entre eux : « La concorde ne sera que dans les mots ; mais sur le fond, c’est la guerre. »

Abbé Guy Pagès

Publicités

L’Eglise préfère tendre l’autre joue

la_gifle_0

Une fois de plus, le clergé catholique renie ses croisés. Je suis catholique pratiquant occasionnel, déçu depuis longtemps par l’Eglise temporelle qui n’a plus rien de commun avec celle de mon enfance, celle qui préférait le sacré à la mièvrerie socialiste. Ma position se trouve confortée lorsque j’entends un prêtre du diocèse de Versailles déclarer pendant l’émission « C dans l’air », en réponse à cet assassinat de St Etienne du Rouvray : « Nous avons deux armes : la prière et la fraternité ». C’est joliment dit, mais si c’est avec ces armes que le clergé catholique espère repousser ces terroristes qui nous déclarent la guerre ouverte, il y a peu de chance de réussir. Dans cet état d’esprit, il me semble que nous sommes loin de gagner ce combat. C’est gentillet, certes, mais pour un ancien militaire, cette réponse est navrante. Que dire de plus « gnan gnan » ? En résumé cela se traduit par : « Mes chers frères, priez et laissez-vous égorger en magnifiques martyrs. » Programme qui vous motive une nation !

Mais…Dieu soit loué, le 28 juillet fut une belle journée ou j’ai enfin renoué avec l’Eglise, lorsque j’ai lu les propos virils d’un aumônier militaire, l’abbé Christian Venard :  » Nous n’avons pas à être un troupeau bêlant partant à l’égorgement ! » Padre, ces quelques mots me font un énorme plaisir. Vous parlez en homme d’expérience de l’amour de la Patrie et c’est bien la preuve de l’écart spirituel qui s’est creusé au sein de notre Eglise. Beaucoup d’entre nous ont connu, au sein de leurs régiments des aumôniers qui tenaient ce langage d’homme, à la fois ferme et plein de retenues. Certains penseront au père Delarue, entre autres aumôniers, qui restait dans le feu de l’action, sans arme ni protection. De tels exemples vous aident à vous raccrocher à votre foi. C’est admirable d’humilité et de courage pour nous qui étions protégés par nos armes et qui faisions l’étalage parfois exagéré de notre force. Je crois en la vertu de l’exemple et comme Saint Thomas je ne crois que ce que je vois. De telles réactions venant d’un homme d’Eglise à propos de la Patrie et mon cœur est réjoui.

A l’adresse de nos dirigeants : en contrefaisant l’Evangile, je n’ai qu’une prière : « Seigneur ! ne leurs pardonnez-pas, car ils savent ce qu’ils font ».

JPA

Fichés S comme ‘Salopards’

Salopard

Un crime de plus vient allonger la liste des victimes des sourates et versets mortifères de ce Coran indigeste. Bien sûr les deux ordures qui ont égorgé un prêtre de 87 ans et laissé pour mort un fidèle avant d’être abattus par la police auront toujours la ressource d’aller voir les 72 vierges dans les Jardins Enchantés d’Allah, à moins que ce soit plutôt l’entrée gratuite dans le Royaume des damnés de Lucifer avec ses 1000 degrés centigrade à l’ombre. Le rythme des égorgements et assassinats s’accélère en France comme en Allemagne surtout depuis le drame du Bataclan avec la tuerie de Nice et d’autres faits divers tragiques dernièrement.

Ce qui prouverait qu’entre les salafistes nombreux en France et les milliers de rejetons français de papier comme le tueur de St. Etienne de Rouvray, enfant pourtant (nous dit-on) d’un couple maghrébin sans histoire. Le principal danger est sur place, il est maintenant en métropole. Que fait encore l’armée française au Mali, pourquoi persiste-t-on à bombarder l’Etat Islamique, ce qui coûte une fortune pour un piètre résultat alors que les Russes font ça mieux que nous ? Tout laisse à penser que dans les jours ou les mois qui viennent la France, avec sa gendarmerie et ses CRS n’aura pas assez de forces disponibles sur place pour se défendre d’attaques programmées tous azimuts, surtout si les banlieues islamisées se soulèvent. Nous aurons bien besoin de notre armée à ce moment-là ! Mais comment se fait-il que cet ignoble égorgeur de 19 ans, candidat au jihad, appréhendé et libéré en Mars dernier et porteur d’un bracelet électronique n’ait pas été déchu de la nationalité française et expulsé dès sa sortie de prison ?

Cette inconscience coupable, ce laxisme catastrophique reviennent à chaque fois nous rappeler que nous ne sommes pas en état de nous protéger. Inconscience non seulement des autorités civiles, mais aussi religieuses. On apprend que les catholiques du diocèse avaient offert le terrain pour construire la mosquée de St. Etienne de Rouvray en 2000. Comme quoi l’Eglise sert la soupe à ceux qui veulent la détruire. Mgr. Descubes et bien d’autres prélats appelaient à ouvrir les bras et les maisons aux ‘migrants’ dans la droite ligne du Pape François qui préfère laver les pieds de ces mêmes ‘migrants’ plutôt que d’aider les chrétiens d’Orient qui se font massacrer. Alors masochisme ou préférence immigrés ? Contraste pourtant avec le langage de l’ex Pape Benoit XVI. Ce qui lui a coûté sa ‘démission’ pour raisons assez confuses. ‘Montre-moi ce que Mohamed a apporté de nouveau et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines comme son mandat de diffuser la foi qu’il prêchait par l’épée’. Le crédo des responsables catholiques depuis Vatican II serait plutôt l’attitude de ceux qui sont déjà soumis, tel les propos d’un certain évêque : ‘La seule arme des catholiques c’est la prière et le pardon’. Quand le Christ chassa les marchands du temple à coup de fouet et de propos incisifs donnait-il là l’exemple de la soumission devant l’inacceptable ?

Je crois que la meilleure preuve que peuvent aujourd’hui donner les chrétiens de la véracité du Message du Christ c’est justement de se battre comme des hommes qui ont le sentiment de défendre leur croyance face à celle de nos adversaires, qui d’ailleurs est plus littérale que spirituelle. Après tout le Coran n’est qu’un plagiat très mal réussi de la Bible et de la Torah. D’ailleurs l’Islam méprise la faiblesse alors qu’il respecte la force et la virilité. (À suivre).

JL

Retour vers le Passé !

algérie

Depuis ce mois-ci on peut dire que la France a essuyé des attentats à répétition, le massacre de Nice, puis un prêtre catholique égorgé. Maintenant nous payons l’addition de quarante années de laxisme, voulu par les différents gouvernements successifs : regroupement familial sous Giscard, aide massive aux immigrés sous Mitterrand, Suppression des frontières sous Chirac et Sarko, discrimination positive. Bref tout fut fait pour creuser un fossé entre les communautés. Et si cela n’était qu’un vaste plan pour crée le Chaos, pour mieux nous museler, et nous rendre dociles à l’avènement d’un gouvernement mondial où nous serions des consommateurs et des esclaves, corvéables à merci ?

Il y a fort à parier que nous n’avons encore rien vu, et que comme jadis, pendant les événements d’Algérie, le pire de l’horreur des attentats et à venir. Si l’on est actuellement en pré-guerre civile il faut dire merci aux DE GAULLE, POMPIDOU, GISCARD, MITTERRAND, CHIRAC, SARKOZY et à notre actuel président de la république HOLLANDE. Ils sont tous coupables, certains par orgueil égocentrique démesuré et rancunier, d’autres assujettis à la haute finance apatride, ou encore à une idéologie décadente démissionnaire. Peuple de France Réveillez-vous !

N’oublions-pas que la France est la « FILLE AINE DE L’EGLISE CHRETIENNE »

 Pline le nouveau.

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Marine

Nos pensées les plus émues accompagnent les victimes du nouvel attentat terroriste islamiste perpétré ce matin dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray : le père Jacques Hamel est mort après avoir été égorgé, des fidèles et des religieuses ont également connu l’horreur.

La consternation est totale. Un pas a été franchi par les barbares qui se réclament de cette idéologie meurtrière, en attaquant un lieu de culte de l’Eglise catholique et en commettant de telles atrocités sur des hommes et des femmes de paix. C’est désormais le cœur de l’identité culturelle de notre nation qui est intentionnellement touché.

Devant la multiplication effrayante des attentats perpétrés sur notre sol, désormais quasi hebdomadaires, et devant l’insupportable gradation dans le degré de barbarie, nous disons au gouvernement et au président de la République, qu’il n’est plus possible de ne pas agir. Les Français demandent, et je me fais leur porte-parole : quand enfin le pouvoir va-t-il prendre les mesures qui s’imposent et mettre fin aux décennies d’aveuglement et de laxisme qui ont conduit la France là où elle est ?

Car il faut rappeler que la réponse est politique et que la préservation de l’Etat de droit, indispensable, et sur laquelle nous ne transigerons pas, passe d’abord par l’application des lois et des peines.

Or, sous les deux derniers quinquennats, ceux de MM. Sarkozy et Hollande, la dérive islamiste n’a connu aucune entrave et la montée de la délinquance qui lui sert de vivier aucun ralentissement ; nous connaissons aujourd’hui les conséquences de l’inaction de tous les gouvernements successifs. Nous ne nous contenterons plus de grandes déclarations mais attendons désormais que le gouvernement actuellement en poste passe à l’action !

Voici le rappel de nos principales propositions, ils peuvent se mettre au travail : fermeture des mosquées salafistes, expulsion des imams prêcheurs de haine, contrôles à nos frontières nationales, arrêt de l’immigration, véto à la politique allemande d’accueil des migrants, rétablissement d’une pleine et entière double peine, mise hors d’état de nuire des fichés S, renforcement des moyens de nos forces de l’ordre, de notre renseignement, de notre armée, réforme du code de la nationalité, renforcement des sanctions judiciaires et application effective des peines, construction de prisons.

Au nom du contrat social qui fonde notre République, le gouvernement est le seul et unique dépositaire de la légitimité et du pouvoir de protéger le peuple contre les actes commis contre lui ; sa responsabilité serait historique s’il se maintenait dans une inaction qui pourrait entraîner la mise à mal de la cohésion nationale ou pire de la paix civile.

Le couvercle sur la marmite !

marmite

Comment ne pas être étonné de l’attitude du gouvernement qui a le plus grand mal à dénoncer des violences quand elles proviennent de l’Islam ? Il suffit d’écouter Hollande qui n’a que le mot de terrorisme à la bouche pour ne pas nommer l’ennemi. Ils préfèrent coller d’emblée l’étiquette de déséquilibré à tout agresseur même si auparavant il a crié ‘Allah Akbar’, sauf quand les preuves sont impossibles à cacher. Pour eux jamais l’Islam n’entre en cause, il est intouchable. Ils vont jusqu’à évoquer timidement l’islamisme comme si l’islamisme n’appartenait pas à l’Islam. Surtout par d’amalgame, le concept du ‘vivre ensemble’ est à ce prix. L’Islam ‘cépaça’ répètent la bouche en cœur toutes les enfoulardées rencontrées, c’est une religion de paix, d’amour et de tolérance. Devant tant de candeur affichée on serait tenté de le croire si ce n’était pas que depuis 1400 ans cette religion a marqué son histoire de traces de sang indélébiles, sans parler des attentats terriblement meurtriers qui depuis les tours jumelles de New York ont défrayé la chronique judiciaire. Ferhat Mehenni (poète Kabyle) nous prévient ‘L’Islam c’est l’islamisme au repos ; l’islamisme c’est l’Islam en action’. Belle formule qui résume tout !

Comment y aurait-il en effet une séparation entre Islam et islamisme puisque c’est le même Coran qui dicte la vie d’un musulman. Malheureusement tout est fait pour que les gens ne prennent pas conscience de cette réalité. Et il y a une bonne raison à ça. Pour nos gouvernants surtout de gauche il s’agit de caresser cette communauté dans le sens du poil, élection oblige. De la ménager et de la chouchouter ; on se souvient de 93% de voix musulmanes qui ont fait élire le molusque de l’Elysée. Et puis il y a autre chose qui est primordial chez les socialo-trotskistes, et ils comptent aller jusqu’au bout de leur délire, il s’agit de bâtir la société multiculturelle qu’ils chérissent depuis Mai 68. Il faut surtout éviter des réactions hostiles à l’encontre des musulmans. Pour cela l’islamophobie est qualifiée de ‘racisme’ et le moindre propos qui s’y apparente fera passer son auteur devant les tribunaux grâce au zèle déployé par les Droits de l’Homme, la LICRA, le CRIF, l’UEJF, etc… Le français de souche est invité à s’adapter aux us et coutumes de l’autre, à accepter de lui faire toute la place qu’il lui faudra, à ne pas trop se plaindre si un quelconque envahisseur de longue ou de fraiche date lui marche sur les pieds. Vous êtes ici chez vous disait Mitterrand en son temps. N’y comptons pas ! Nos soi-disant élites ne feront rien d’efficace pour juguler cet islamo-fascisme. Ils préfèrent la fatalité de ‘nous aurons à nous habituer à vivre avec le terrorisme’ (selon Valls). Ce socialo-trotskisme n’est plus le socialisme de papa, c’est l’idéologie des Combadélis, Cohn-Bendit, Minc, Attali, BHL, Julien Dray, Soros qui domine la politique. Ces socialistes-là, ou socialopes si vous voulez sont les exécutants du plan mondial sans frontiéristes de destruction des nations européennes. Du gouvernement mondial pensé à Jérusalem et appliqué par Washington. Le mercantilisme financier a besoin d’affaiblir et d’abâtardir les peuples européens et provoquer leur avilissement par le matérialisme jouissif et par des afflux toujours plus importants de migrants musulmans d’Afrique et du Moyen Orient. Et ne comptez pas sur Ali Juppé pour redresser la barre dans la tempête.

JL

Lettre aux Protestants de Millau

Bible

Madame et Messieurs les Responsables de l’Eglise Protestante de Millau.

Madame le Pasteur,

J’avoue avoir été très désagréablement surpris par votre initiative sous forme d’article revendicatif dans le Journal de Millau il y a quelques jours. D’autres que moi l’ont été aussi. Comment ne pas l’être lorsque des religions qui se veulent chrétiennes, en l’occurrence le culte Protestant, s’écartent du religieux et du spirituel pour promouvoir l’accueil des ‘migrants’. Démarche qui apparait plus comme politique et démagogique que religieuse.

N’oubliez pas que ces foules de gens qui entrent en Europe et en France en particulier sans y être invitées et en forçant les portes sont surtout musulmanes. Or l’Islam n’a qu’un désir, comme le veut son Coran, c’est de s’imposer en territoire chrétien et détruire le christianisme qu’il méprise malgré des sourires de circonstance. Et qu’on n’aille pas parler d’humanisme en encore moins de charité chrétienne pour justifier un encouragement inconscient des suites sociales dues à l’intégration tant orientale qu’afro-musulmane par les responsables hiérarchiques des cultes Protestant et Catholique.

Car si le Christ conseille d’ouvrir sa porte à l’étranger de passage, il ne parle nullement de laisser entrer dans un quelconque territoire des milliers ou des millions d’étrangers. Pensez-vous remplir vos Temples et Eglises, qui se vident de plus en plus, avec ces ‘migrants’ ? Allez-vous contribuer aussi à leur construire des mosquées ? Pour les musulmans il n’y a qu’une seule Vérité : le Coran ! Deux mille cinq cents mosquées en France n’est-ce pas suffisant ? La conquête est leur priorité. C’est Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris qui l’avoue : ‘Oui, l’Islam est une religion de conquête mais pour moi elle doit rester dans son rôle religieux’.

Pourquoi le protestantisme sort-il de son domaine religieux ? Il n’y a rien à gagner, mais tout à perdre. Son engagement au profit de cette migration lui donne, auprès de celle-ci, une image de soumission plus que de générosité. Je vous laisse donc en tant que représentant de certaines de ces autorités ecclésiastiques à vos illusions. Mais auparavant faites l’effort de lire le Coran et vous constaterez que si la Bible parle de l’amour du prochain il n’en est rien du fameux livre soi-disant Sacré du Prophète Mohamed. ‘Tuez ceux qui associent d’autres divinités à Allah où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade’ (Sourate 5, verset 5).

Cordialement à vous

Signé : un millavois déçu et pas content

Le 22 juillet 2016

L’explication vaseuse des motivations de l’assassin

Ali David SonbolyA Munich…ce n’était pas un germano-breton, ça c’est une certitude. Après une hésitante enquête, le profil de l’assassin est connu, c’est finalement un irano-germanique qui aurait des penchants d’extrême droite, nous dit-on, remonté sans doute par Marine Le Pen au point de flinguer une dizaine de citoyens. OUF ! Nos dirigeants respirent des deux côtés du Rhin.

On a eu chaud, on l’a échappé belle ! Allah soit loué, il n’avait pas de lien avec Daech, c’était seulement un détraqué converti par les idées du norvégien d’extrême droite. Un iranien d’extrême droite… Il fallait le trouver ce boniment.

Allah, en as-tu encore beaucoup sous le coude des détraqués de ce genre, parce qu’on commence à en avoir assez de ces tordus du ciboulot que tu as fanatisés.

JP.A