Le putsch des généraux n’aura pas lieu !

putsch_généraux_n’aura_pas-_lieu

« L’armée patrouille dans les rues. Et les généraux sont à nouveau visibles dans l’espace public. Faut-il leur faire confiance ? Il est permis d’en douter ! Pour gagner leurs étoiles les officiers doivent être « politiquement corrects, parler anglais et passer par la case OTAN ».

« Nos stratèges étoilés », bardés de diplômes et de décorations, « n’ont pas vu venir la guerre de civilisation, pour la même raison que leurs anciens n’avaient pas vu venir les panzers ». Un point de vue décapant d’un ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense.

Les VIe Assises nationales de la recherche stratégique (excusez du peu ont organisé en décembre 2015 un colloque à l’Ecole militaire sur le thème « Qui est l’ennemi ? ». Près d’un an après l’attentat contre Charlie Hebdo et 15 jours après celui du Bataclan, il serait temps de le savoir, en effet…

Tout le gratin de la « pensée stratégique » et sécuritaire française est donc là, sous la présidence du ministre de la Défense : 1700 participants qui vont… sodomiser les coléoptères une journée entière !

Car quelle est la conclusion de ce savant colloque ? L’ennemi c’est… Daesh, qui est « pseudo-islamique » selon les termes du ministre de la Défense. Pasdamalgam dans les rangs !

Grâce à lui on sait au moins que la « recherche stratégique » française ne sera pas dissidente, mais bien-pensante.

Papy fait de la résistance

Le général Piquemal manifeste à Calais contre l’immigration. Papy fait de la résistance et au micro proclame la patrie en danger. On n’en revient pas : la Légion avec les identitaires ! Mais il suffit d’une garde à vue pour que le général rentre piteusement dans le rang, en retournant sa veste au surplus. Piquemal ne sera pas Salan…

Le général Soubelet est un gendarme vite devenu célèbre sur les réseaux sociaux pour avoir dénoncé le laxisme judiciaire devant une commission du Parlement. Il n’en reste pas là et va jusqu’à publier un livre aux éditions Plon sur Tout ce qu’il ne faut pas dire (*).

Bigre ! Va-t-on enfin tout savoir ? Las, quand on feuillette le livre on s’aperçoit vite que le brave général ne dit rien d’original : sinon que la politique pénale n’est pas assez répressive et que la gendarmerie manque de moyens… Pandore ne sera pas entrée en dissidence bien longtemps.

Ces épisodes tragi-comiques illustrent malheureusement le désastre stratégique français qui s’annonce.

Les conformistes

Car le monde de la Défense s’enferme dans le conformisme, comme dans les années trente et pour des raisons comparables.

Sous la Troisième République il fallait que les officiers supérieurs soient « républicains » et peu innovants pour progresser dans la carrière. Aujourd’hui ils doivent être politiquement corrects, parler anglais et passer par la case OTAN pour gagner leurs étoiles. Mais le résultat est le même : catastrophique.

Car le gratin militaire français se trompe d’époque, d’armée et donc de guerre.

La pensée en panne

La « pensée stratégique » française est, comme le reste, en panne. On multiplie les livres blancs, les colloques et les symposiums car on n’a plus aucune réponse sur rien. Une expression revient d’ailleurs sans cesse dans tous ces travaux : « Cela pose la question de… » ; on ne sait plus, en effet, que poser des questions, faute d’oser formuler des réponses.

Les stratèges ont préparé nos armées à affronter le Pacte de Varsovie mais, pas de chance, celui-ci a disparu. La France est donc retournée dans l’OTAN au moment même où la principale justification de cette alliance, le péril soviétique, disparaissait.

Et nos militaires vont se faire tuer pour tenter d’endiguer le chaos en Afrique ou au Moyen-Orient que… les Occidentaux, sous la férule de l’Oncle Sam, ont provoqué en Irak, en Libye et en Syrie. Le sapeur Camember n’aurait pas fait mieux.

Ceux qui n’ont rien vu venir

Nos stratèges étoilés, bardés de diplômes et de certificats garantissant qu’ils ont suivi de « hautes études » autant que de décorations, n’ont pas vu venir la guerre de civilisation, pour la même raison que leurs anciens n’avaient pas vu venir les panzers.

D’ailleurs l’expression « guerre de civilisation » est taboue à l’Ecole militaire. Il faut dire que les principaux clients de l’industrie d’armement française étant des Etats musulmans, le mot d’ordre est au Pasdamalgam.

Nos stratèges n’ont pas vu venir la guerre de civilisation et au surplus ils ne savent pas comment la mener. Car, comme l’avait bien vu Jean Raspail dans son livre prophétique Le Camp des Saints, la dissuasion nucléaire est inopérante dans la guerre de civilisation. En d’autres termes nos stratèges étoilés ne savent pas comment gérer la crise qui s’annonce. Et ils ont de plus en plus de mal à le cacher.

Les otanisés

Nos généraux otanisés s’inquiètent donc surtout de la situation en Ukraine et en Crimée. Ils n’ont d’ailleurs pas non plus prévu le retour de la puissance russe, qui, comme on l’a vu lors de la crise syrienne, dépasse désormais en capacités de haute technologie les Occidentaux. Bravo l’OTAN !

Mais le chaos migratoire les laisse pantois quand notre marine bisounours n’aide pas les immigrants « naufragés » à entrer en Europe. Et la menace djihadiste apparaît hors de la compréhension de nos étoiles.

Le général d’armée Georgelin, grand chancelier de la Légion d’honneur, a, il est vrai, proposé au président de la République la création d’une médaille spécifique pour les victimes du terrorisme. Nous voilà rassurés pour l’avenir : nous serons morts mais nous aurons une belle médaille !

Les figurants

La donne stratégique née du choc migratoire, du réveil de l’islamisme, des nouveaux rapports de puissance mondiaux et du déclin européen échappe à la hiérarchie militaire parce que l’armée s’est coupée de la nation et de ses préoccupations.

L’armée française s’est, en effet, alignée sur le modèle anglo-saxon avec la fin de la conscription : elle est devenue une armée salariée, féminisée et composée d’une agrégation de minorités ethniques et religieuses – et où la radicalisation islamiste commence au surplus à apparaître. Merci Chirac.

Les militaires de Vigipirate font donc de la figuration pour rassurer le bon peuple à la demande expresse des élus. Mais la situation sur le terrain leur échappe, comme elle échappe aux forces de police. Dans la guerre de civilisation le front est partout ; mais nos stratèges ne sont plus nulle part.

En France on a beaucoup de généraux, comme le CNRS a beaucoup de chercheurs : mais les Bonaparte ou les De Gaulle sont aussi rares que les « trouveurs ». Cela augure mal de l’avenir.

Jacques Sergent

(*) Un général de gendarmerie tire la sonnette d’alarme, par le général Bertrand Soubelet

Publicités

L’Europe vers un nouveau jour ‘J’ ? C’est juste une question de temps…

travailleurs-sans-papiers-2_4095240

Nombreuses sont les citations qui nous confirment que l’Histoire se répète.

Dieu même – pour ceux qui croient — l’affirme dans un verset de l’Ancien Testament: « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Ecclésiastes 1:9)

Le 6 juin 1944, l’Europe de l’Ouest et notamment la France ont ressenti les prémisses de la Libération. Ce jour-là, les Alliés et surtout les États-Unis ont déclenché le débarquement sur les côtes normandes, surnommé depuis le «Jour J» ou en Anglais le «D-Day». À l’époque, certains des gouvernants du vieux continent avaient choisi de trahir leurs pays en faveur de l’occupant allemand, tandis que d’autres découvraient que leurs forces n’étaient pas à la hauteur du défi qui menaçait leurs nations.

L’Europe n’est certes pas menacée par une armée régulière, comme autrefois par la Wehrmacht, et aucun des gouvernants européens d’aujourd’hui n’a véritablement commis de haute trahison contre son pays. Cependant, l’Europe a franchi un stade critique depuis 2015, et se trouve malgré tout dans une situation similaire à celle de 1939… voire pire encore.

L’ennemi n’est pas loin, même s’il n’est pas localisé (quoiqu’il existe des informations sur les banlieues parisiennes, bruxelloises ou allemandes). Pourtant, les armées européennes ne sont pas en capacité de mener des guerres urbaines sur leurs territoires respectifs. Cette vérité concerne tout particulièrement des pays comme la France, la Belgique ou l’Allemagne. Les dirigeants européens ont ouvert les frontières de leurs pays aux vagues de migrants, généralement issus de Syrie, dont la totalité est de confession musulmane. Ces réfugiés représentent-ils un danger pour les populations européennes? Est-il vrai que bon nombre de jihadistes provenant des zones de combat syriennes auraient infiltré ces vagues de réfugiés et se seraient installés dans les banlieues européennes? La réponse, que les médias de masses ne souhaitent pas délivrer, est un grand «OUI»! Le processus de recrutement au sein de ces mouvements jihadistes est d’ailleurs très avancé à l’heure actuelle.

L’année 2015 a déclenché le compte à rebours vers une véritable confrontation armée sur le territoire européen, avec un «ennemi» supposé être un «citoyen» parfaitement «intégré», malgré ses origines étrangères et sa confession musulmane. Encore une fois la France, la Belgique ou l’Allemagne sont en tête de la liste, car la crise économique y est vraiment préoccupante, et le nombre d’habitants issus de l’immigration et surtout de musulmans non intégrés y est notable. Mais ce n’est jamais que la faute de ces pays, qui refusent d’affirmer leur identité. Les immigrés de troisième génération sont les plus menaçants, car les dirigeants européens n’ont pas été capables de leur proposer des solutions «d’intégration» indispensables à la paix sociale.

La confrontation à venir apparaît encore circonscrite aux activités terroristes. Pourtant, il ne s’agira bientôt plus de terrorisme, mais de conflits identitaires, ethniques et religieux. Une identité et une confession uniques pourront seuls être vainqueurs.

L’Europe encourt un danger imminent, et le risque d’une implosion de ses sociétés n’a jamais été aussi élevé. Il suffit juste une étincelle pour provoquer le cataclysme, un cataclysme assimilable aux grands conflits de l’histoire européenne.

Le cauchemar de l’Europe se répétera différemment

L’histoire se répète et l’Europe est à deux pas de connaître une reproduction des scénarios de la Seconde Guerre mondiale, à la différence près que les générations concernées n’auront pas connu la tragédie de 1939-1945. Surtout, l’un des acteurs sera nouveau: il s’agit des communautés musulmanes, issues de l’immigration ou des récents flux des migrants syriens et d’autres nationalités.

Le «désaccord» civilisationnel entre l’Islam et l’Europe est encore une fois à l’ordre du jour. Je veille à ne pas utiliser le terme de «choc», car un «clash» suppose la confrontation entre deux forces. Or, l’Europe n’est ni socialement, ni moralement une véritable force. L’Islam, en revanche, possède un programme, une identité, une mission et surtout la foi dans une cause. L’Europe, elle, est désarmée spirituellement, dépourvue d’une solide identité, coupée de ses racines et préoccupée par des controverses sur sa nature et ses origines chrétiennes, dont l’une des traductions concerne la famille.

Un continent qui souffre d’un très faible taux de natalité devra légiférer, surtout sur le plan économique, en faveur des familles, encourageant les jeunes à avoir des enfants. Mais contrairement à cette logique, l’Europe a œuvré pour l’adoption de lois relatives au mariage du même sexe, recette à coup sûr d’un suicide démographique.

Certains soutiennent que la démographie en Europe basculera en deux décennies en faveur de la population musulmane. Le problème principal réside dans de l’intégration de cette population. Il n’est sérieux de croire que les pays de l’Europe occidentale pourront cohabiter avec les populations musulmanes implantées sur leurs territoires sans renoncer à leur identité et à leurs principes. Lorsqu’en France a été adoptée la loi de 1905, il n’y avait pas plus de dix millions de Musulmans dans l’hexagone, de sorte que le législateur français n’aurait jamais pu imaginer ce concept de séparation entre l’Église et l’État. Aujourd’hui, il existe des quartiers exclusivement musulmans et dont la population réclame des mosquées et des imams. A la carte géographique européenne correspondra donc bientôt une carte sociologique ou religieuse.

Ainsi, le vieux continent est face au risque d’une désintégration totale. Les mouvements d’extrême droite européens, qui veulent appeler l’attention sur ce risque, ne sont pas vraiment au goût des citoyens, qui craignent le renouvellement des anciens cauchemars du Nazisme et du Fascisme… mais qui favorisent l’émergence d’un nouveau cauchemar.

Une Europe fragile et un « messianisme » américain:

Alors que les populations européennes se trouvent dans un profond sommeil social et identitaire, ce cauchemar peut devenir réalité, n’en déplaise aux soi-disants experts en sécurité qui rassurent les pauvres citoyens en prétendant que tout est sous contrôle et que les terroristes ne seraient que des fous sans projets.

La seule force qui serait capable de devenir le «messie» de l’Europe et de la sauver grâce à sa supériorité militaire et économique serait alors les Etats-Unis.

Les États-Unis sont encore loin d’être concernés par la menace qui pèse sur les pays européens, largement supérieure aux capacités de leurs services de renseignement et de sécurité. Exactement comme la menace nazie, tout aussi insurmontable pour les armées de l’époque, et notamment pour l’armée française de 1940. De même qu’il a fallu une intervention américaine pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale et sauver la France de l’Occupation, il y aura nécessairement un moment où l’Oncle Sam, jugeant l’Europe excessivement fragilisée, déclenchera un nouveau jour « J », similaire à celui de 1944. Et à l’issue du conflit, comme en 1945, la face de l’Europe aura totalement changé du point de vue géographique et démographique.

Tout cela n’est pas ignoré du Kremlin, dont le maître connaît bien les manœuvres américaines en Europe après le fiasco du coup d’État ukrainien de 2014, visant à fragiliser la Sainte-Russie, et dont l’Europe paye actuellement le prix. La seule différence est que Vladimir Poutine n’est pas un opportuniste comme l’est Recep Tayyip Erdogan, qui a exercé un chantage sans précédent à l’encontre de ses homologues européens en contrepartie de son intervention contre le flux des migrants syriens. L’ensemble sous les yeux de la Maison Blanche…

Chérif AMIR

Etat d’urgence dévoyé

Perquisition

Vous pensiez peut-être dans la bouche de Valls l’état d’urgence servait à traquer les terroristes islamiques présents sur notre territoire et à faire fermer leurs sites pour les empêcher de continuer à nuire. Que nenni ! L’état d’urgence pour ce régime en place a pour principale fonction de s’attaquer à toute dissidence, faire des procès aux contestataires surtout quand la religion ‘’d’amour, de paix et de tolérance’’ est mise en cause. Mais aussi à faire fermer ou essayer de faire taire les sites patriotes. Sinon de créer des difficultés, des soucis et des problèmes à des internautes considérés comme dangereux car catalogués ‘’islamophobes’’. A quoi s’attendre d’autre de gens en place qui voient dans le FN un danger plus grand que Daesh et ses égorgeurs ?

C’est ce qui vient d’arriver à Pierre Cassen, principal animateur du site Riposte Laïque, qui vient d’être victime d’une perquisition digne d’une traque au trafic de drogue à son domicile avec accaparement de son ordinateur et de son téléphone portable. Pour un motif qui partout ailleurs, sauf en Arabie Saoudite ou en Turquie, aurait été considéré futile. Poursuivi donc, tenez-vous bien, pour ‘’injure publique’’ à personne exerçant une autorité publique.

Pierre Cassen suspecté par les autorités d’être responsable légal de RL, ce qui n’est pas le cas puisque Riposte Laïque est hébergé en Suisse. Il lui est donc reproché d’avoir laissé diffuser une caricature représentant Hidalgo (prénom Anne) cette arriviste Maire de Paris élue par défaut en train de lécher les godasses ou plutôt les babouches d’une dignité mahométane. Dessin qui n’est pas usurpé compte tenu de la présence assidue de cette personne à toutes les inaugurations musulmanes et fêtes de Ramadan. Crime de lèse-majesté puisque celle-ci, touchée dans sa susceptibilité et son égo, a porté plainte devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris.

Madame Hidalgo est très active pour défendre les caricaturistes de Charlie Hebdo et elle ne voyait aucun inconvénient à ce que Marine le Pen soit représentée en truie par ses amis. Mais ce gauchisme bobo est très mauvais joueur, c’est bien connu. Comment supporter qu’une caricaturiste classée à ‘‘l’extrême droite’’ comme R17 ose se moquer de sa dhimmitude et de sa collaboration avec l’Islam conquérant ? Voilà une attaque inadmissible à sa noble personne qui a le mérite d’appartenir au camp du Bien.

On sait bien que les socialauds sont adeptes de la liberté d’expression à géométrie variable mais dans cette affaire on tombe dans un déni de démocratie et d’un pas de plus vers le totalitarisme.

Mais ce n’est pas tout, car avant que Pierre Cassen soit inquiété par cette justice idéologique c’est Alain Jean Mairet citoyen Suisse qui est lui le véritable responsable légal de RL qui a été poursuivi par la justice française suite à une plainte de la LICRA pour un article sur le blog de RL écrit par Salem Benamar apostat de l’Islam pour des propos jugés par la LICRA comme diffamatoires pour la religion musulmane. Alain Jean Mairet considéré comme responsable et coupable a écopé par la justice française et toute légalité d’une amende de 50 000 €. Rien que ça ! Volonté de faire jurisprudence ? Peut-être. En tout cas cette justice-là, pour la 1ère fois vient de s’en prendre à un citoyen Suisse, ce qui ne relève pas de sa compétence. ‘’Or un délit n’existe pas si l’acte est commis par un étranger agissant hors du territoire de la République’’ (article 113-2 du code pénal). Les pourris utilisent des méthodes de pourris mais ce sont les derniers soubresauts de la bête blessée.

J.L.

Analyse de l’Idéologie Islamique

Allah-n-est-pas-musulmanLe Mouvement Initiative et Liberté (MlL) constate que la dénonciation de l’islamisme semble aujourd’hui faire l’objet d’un consensus en France. Au-delà des mesures de sécurité renforcée et de l’engagement militaire français au Moyen-Orient, il apparaît indispensable de tenter de comprendre l’idéologie islamiste pour y apporter une réponse pertinente. En examinant les idées défendues par les divers mouvements islamistes actuels (Al-Qaida, Groupe Etat Islamique, Boko Haram, etc.), on peut tenter d’en établir une synthèse. L’islamisme est une idéologie politique fondée sur l’application rigoureuse de la charia et vise la création d’états islamiques. Cela a été le cas de l’Iran, depuis la révolution de 1979 avec l’instauration d’une République islamique. L’Iran est un des rares pays à être une théocratie, c’est-à-dire que le pouvoir, censé émaner de Dieu, réside dans les mains du clergé.

L’IDÉOLOGIE ISLAMISTE REPOSE SUR DES OBJECTIFS CLAIRS

L’idéologie islamiste peut se résumer en quelques points principaux :

  • L’islamisme idéalise un retour à un islam médiéval (autrement désigné comme «islam des origines».
  • ll prétend transcrire une « révélation divine » en termes politiques. Le «salafisme» est un mouvement politique revendiquant un retour à l’islam des origines.
  • Les islamistes prônent une rupture violente avec l’ordre établi et ont pour but de s’approprier l’appareil d’État.
  • Les islamistes veulent contrôler les consciences individuelles en menant un endoctrinement totalitaire par répression de tout comportement non conforme, par une police politique jusqu’à imposer des tenues vestimentaires).
  • L’islamisme souhaite l’instauration d’un droit «révélé», c’est-à-dire le retour aux textes de base de l’islam et l’application de la loi canonique islamique (la Charia) régissant la vie religieuse, politique, sociale et individuelle, appliquée de manière stricte dans certains états musulmans. Le niveau, l’intensité et l’étendue du pouvoir normatif de la charia varient selon les pays et les périodes. L’islamisme proclame que la loi de l’islam prime sur les lois des pays laïques et la source unique du droit et du fonctionnement de la société. La charia comprend également des châtiments corporels : mains tranchées, coup de fouet, etc.
  • L’islamisme impose aux femmes un statut inférieur à celui des hommes, qui se traduit par le refus de la mixité homme-femme, l’absence des droits, le port du voile intégral, etc.
  • Son idéologie est messianique. Elle vise à unifier la communauté musulmane dans le monde au sein d’un nouveau «califat» allant dans un premier temps, du Maroc à l’Indonésie, pour aboutir au califat mondial.
  • L’islamisme vise la destruction, ou la conversion, des non-musulmans : chrétiens, juifs ou « sans religion ». Les régimes existants, imprégnés de valeurs occidentales, doivent disparaître et l’ennemi à combattre n’est pas seulement le « croisé » ou le «mécréant», mais également le musulman modéré.
  • L’islamisme jette l’anathème (takfir, en arabe) contre tous les musulmans qui ne suivent pas l’idéologie islamiste, c’est-à-dire ceux qui séparent clairement le domaine spirituel de celui du temporel. Cela concerne tous ceux qui exercent leur pratique religieuse dans le cadre de la sphère individuelle et privée, qui acceptent les règles démocratiques et qui reconnaissent la légitimité des pouvoirs démocratiques en place.
  • L’islamisme est une idéologie ultraviolente qui appelle à mener une guerre contre ceux qui ne lui prêtent pas allégeance. Dans cette guerre, il ne distingue pas entre soldats et civils. La communication médiatique des groupes d’Al-Qaïda ou du Groupe Etat islamique est centrée sur la diffusion de vidéos d’exécutions sanglantes (décapitations, prisonniers brûlés vifs, etc.), l’esthétisation de la guerre en vue d’intimider ses ennemis. Une illustration de cette ultra violence est le «culte du martyr», qui idéalise la mort sacrificielle.

L’IDÉOLOGIE ISLAMISTE EST EN TOTALE CONTRADICTION AVEC NOS LOIS.

L’idéologie islamiste est en totale contradiction avec nos valeurs, la constitution de la République française et toutes nos lois. De plus, les incompatibilités entre le droit musulman et le droit européen ont été actées par la Cour européenne des droits de l’homme. Pour illustration, un arrêt du 31 juillet 2001, a confirmé l’incompatibilité du régime démocratique avec les règles de la charia :

  • «Un régime fondé sur la charia se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique, et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses

L’idéologie islamiste se trouve en pleine opposition avec les principes de notre actuelle Constitution :

  • L’idéologie islamiste ne distingue pas le domaine temporel et le domaine spirituel. Elle nie l’égalité entre les sexes.
  • Elle refuse de reconnaître et d’accepter la différence entre les croyants, comme les non-croyants, et la diversité des choix de vie.
  • Elle combat le droit à la liberté d’expression et refuse le respect de l’autre.

Ces constats communs à la fois aux groupes islamistes terroristes et aux gouvernements des pays islamistes, comme l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Qatar ou le Soudan. Même si ces États ne menacent pas aujourd’hui directement la France, on ne peut se passer de faire la critique de ces régimes, tant leur idéologie conduit à une organisation sociale en contradiction avec nos valeurs.

Les groupes islamistes terroristes ont déclaré la guerre à notre modèle de société, comme ont pu le faire des idéologies totalitaires des temps passés : anarchisme, communisme, puis, nazisme. Ils ont adopté une démarche de conquête territoriale (en Irak et Syrie, en Égypte, en Libye, au Nigéria, en Somalie, au Yémen, etc.) et organisent des attentats – crimes de guerre – au sein même des pays occidentaux, dont la France. Le but final étant le califat mondial.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MlL) constate que la France a un ennemi reconnu, notre pays est en guerre contre l’ensemble des groupes islamistes. L’un des volets importants de cet affrontement est idéologique.

La compréhension de l’idéologie islamiste est donc indispensable pour défendre la France.

Prions pour nos Anges Gardiens

f5d34fb0c2146dfc6c9cdcca397ee9f0_280_400

J’ai mis mes bagages dans le « compartiment à bagages » dans l’avion et je me suis assis à ma place assignée. Cela allait être un long vol. Je suis content d’avoir un bon livre à lire. Peut-être aussi vais-je faire une courte sieste, pensai-je.

Juste avant le décollage, plusieurs soldats sont entrés dans l’allée et ont pris tous les sièges vacants autour de moi. J’ai décidé de commencer une conversation. J’ai demandé « Où allez-vous ? » BAYONNE, me répondit l’un d’eux. Nous allons être là pendant deux semaines pour une formation spéciale, et puis nous irons en déploiement en Afghanistan.

Après une heure de vol, une annonce a été faite que les déjeuners « sacs » étaient disponibles pour cinq €. Comme le vol serait long, j’ai décidé qu’un déjeuner aiderait à passer le temps.

Comme je prenais mon portefeuille pour payer le déjeuner, j’ai entendu un soldat demander à son copain s’il avait prévu d’acheter le déjeuner. « Non ça semble être beaucoup d’argent pour juste un déjeuner sac ». Je vais attendre que nous rentrions à la base. » Son ami était d’accord, et s’abstint lui-aussi.

J’ai regardé autour, pour voir la réaction des autres soldats. Aucun n’a commandé de déjeuner. Je me suis rendu à l’arrière de l’avion et j’ai remis à l’hôtesse un billet de cinquante €. « Donnez s.v.p. un déjeuner à chaque soldat ». Elle saisit mon bras et le serra fortement. Ses yeux mouillés de larmes, elle m’a remercié. « Mon fils était un soldat en Afghanistan, c’est un peu comme si vous le faisiez pour lui. Il y est mort d’un obus dissimulé le long de la route près de Peshawar.

Reprenant dix sacs, elle s’est dirigée dans l’allée à l’endroit où les soldats étaient assis. Elle s’arrêta à ma place et m’a demandé, « Que préférez-vous ? Boeuf ou poulet ? » Poulet, lui répondis-je, se demandant pourquoi elle m’a posé cette question. Elle se retourna et partit pour l’arrière de l’avion, pour revenir moins d’une minute plus tard avec une assiette de première classe. « C’est mon remerciement » dit-elle.

Après avoir fini de manger, je suis allé de nouveau à l’arrière de l’avion, pour utiliser les toilettes. Un homme m’a arrêté. « J’ai vu ce que vous avez fait. Je veux être de la partie. Tenez, prenez cela.  » Il me tendit vingt-cinq €.

Peu de temps après, je retournais à ma place. Au moment où le commandant de bord descendait l’allée, en regardant les numéros de banc en marchant. J’espérais qu’il ne me cherchait pas. J’ai alors remarqué qu’il regardait les numéros de mon côté de l’avion. Quand il est arrivé à ma hauteur, il s’arrêta, sourit, me tendit la main et dit : « Je tiens à vous serrer la main ». J’ai rapidement détaché ma ceinture pour serrer la main du capitaine. Avec une voix de stentor, il dit : « J’étais pilote militaire il y a quelques années. Une fois, quelqu’un m’a acheté un déjeuner. C’était un acte de bonté que je n’ai jamais oublié ». J’étais gêné lorsque les applaudissements se firent entendre de tous les passagers.

Plus tard, comme je marchais à l’avant de l’avion pour me dégourdir les jambes, un homme qui était assis à peu près six rangées en avant de moi, me tendit la main. Il a laissé vingt-cinq € dans ma main.

Lorsque nous avons atterri, j’ai rassemblé mes affaires et tous ont commencé à débarquer.
Juste à l’intérieur à la porte de l’avion, il y avait un homme qui m’a arrêté pour me mettre quelque chose dans la poche de chemise, puis se retourna et s’éloigna sans dire un mot. Encore vingt-cinq € !

En entrant dans le terminal, j’ai vu les soldats se rassembler pour leur voyage vers le régiment à Bayonne. Je me suis dirigé vers eux et leur ai remis les soixante-quinze €. Il vous faudra un certain temps pour atteindre votre destination et vous prendrez sûrement un sandwich le long de la route. « Dieu vous bénisse, me répondit l’un des soldats qui prit l’argent. Comme je me dirigeais vivement vers ma voiture, je dis intérieurement une prière pour leur retour en toute sécurité. Ces soldats donnaient leur vie pour notre pays et notre protection. Je ne pouvais leur donner qu’un repas. Cela me semblait si peu.

Un ancien combattant est une personne qui, à un moment donné de sa vie, a écrit un chèque en blanc à l’ordre de la « FRANCE » pour un montant allant jusqu’au prix de sa vie. C’est l’honneur, et il y a beaucoup trop de gens dans ce pays qui ne le comprennent pas.

De tous les cadeaux que vous pourriez donner à nos jeunes engagés la prière est le plus grand cadeau que vous puissiez leur donner …

Suggestion de prière :
« Seigneur, protégez nos troupes en mission dans le monde. Protégez-les comme ils nous protègent tous, à l’abri dans nos foyers. Bénissez-les ainsi que leur famille pour les actes désintéressés qu’ils accomplissent pour nous ».

Politique et Religion

IMG_0029

En réponse à une « aimable » personne de la Pastorale des jeunes Collège et Lycées Jeanne d’Arc nous ne voyons pas ce que le dernier article du FN ‘’Chrétiens d’Orient’’ a de vraiment dommageable à ses yeux. Où trouve-t-elle de la hargne dans celui-ci pour nous interpeller de cette façon ? Quant à son accusation à peine voilée de malhonnêteté épistolaire elle est totalement infondée et purement gratuite.

Avons-nous condamné le dialogue interreligieux quelque part ? C’est là un procès d’intention qui nous est fait en nous prêtant des idées qui ne sont pas les nôtres. On peut très bien être Catholique et défendre les intérêts de son pays. Mais faudrait-il aussi que ce dialogue soit sincère de part et d’autre, sans aucune arrière-pensée. On peut quelquefois en douter quand on fait l’effort souvent fastidieux de lire le Livre de référence des musulmans. Voici une sourate, parmi bien d’autres, qui donnent à réfléchir quant à la volonté d’un dialogue basé sur une confiance réciproque : « Les chrétiens disent que le Christ est le fils de Dieu. Ils imitent le dire des mécréants avant qu’Allah les maudisse … Ces mécréants sont destinés au feu de l’Enfer pour y demeurer éternellement » (Sourate 5 – verset 30).

Certes il y a Islam et Islam mais ce Sunnisme majoritaire en France qui reprend à la lettre les paroles d’exclusion ou de mépris que l’on trouve dans le Coran ne sont pas faites pour inspirer la paix qu’on aimerait y trouver. Surtout quand il devient habilement un projet plus politique que religieux. A tel point que même le ministre Valls, pourtant adversaire déclaré du Front National, l’a dénoncé récemment. Ce qui ne veut pas dire que le dialogue entre Chrétiens et Musulmans doit être interrompu, sans tomber pour autant dans une attitude de soumission.

Si ce dialogue peut permettre une meilleure compréhension entre deux mondes si différents tant mieux. Mais aussi s’il permet aux Chrétiens de découvrir par l’échange le fond de la pensée des musulmans les plus rigoristes. Elle reconnait elle-même que les différentes communautés non musulmanes ou Chiites doivent se cacher et sont persécutées c’est bien là un aveu implicite de sa part que cette religion, quand elle est appliquée à la lettre, contient des ferments d’intolérance et d’agressivité à l’égard de ceux qui refusent sa volonté de conversion forcée.

On est là bien loin du message du Christ même c’est indéniable s’il existe des liaisons de spiritualité entre les 3 religions monothéistes. Nous disons encore et encore que les Chrétiens d’Orient devraient être privilégiés dans l’accueil puisqu’ils sont les plus menacés, qu’ils sont même systématiquement menacés s’ils refusent leur conversion et que par leur proximité culturelle avec notre société ils ne poseront aucun problème d’intégration s’ils veulent rester en France.

L’Islam n’est pas une religion d’amour certes mais cela ne veut pas dire qu’on doit fermer la porte aux musulmans Syriens qui font une demande légale pour trouver aide et protection dans notre pays. Mais ceux qui entrent en force en ne respectant rien ne sont pas des réfugiés mais des illégaux et des clandestins. Et avant tout autre dialogue il serait plus opportun d’essayer de se comprendre entre chrétiens et gens de bonne volonté.

 J-C. Durier du Front National.

Billet d’humeurs

gruyere

Quand osera-t-on dire que, finalement l’objectif des hommes politiques français, à de rares exceptions prés peut se résumer à ces mots: « Se servir d’abord avant de servir ».

Prenez le moindre candidat le plus sincère soit-il, qui par chance se retrouve élu (…du Peuple, comme l’on dit!!!) qui n’a comme obligation que de faire acte de présence quelques jours seulement durant sa mandature et qui voit soudainement son compte bancaire doubler ou s’accroître de quelques centaines ou milliers de sous et avantages, pendant quelques années, alors qu’il tirait le diable par la queue… A quoi, croyez-vous qu’il pense, quand il sent l’échéance arriver?… A la France… Vous plaisantez… il pense d’abord à sa réélection, bien sûr, et s’il le faut, il changera de crèmerie pour profiter du bon beurre. Voilà la mentalité des élus de notre très chère (!!!) République.

Pour ceux qui sont actuellement en recherche d’emplois, j’ajoute que le QI n’est d’aucune importance et qu’il suffit d’être bien placé sur une liste d’autres crétins, l’opportunité faisant le larron.

Franchement, pensez-vous que ce système puisse durer encore longtemps?

JPA

Redécouvrons notre passé

apparition

La naissance de Louis XIV « Dieudonné » neuf mois après la prière du Frère Fiacre met fin à 20 ans de stérilité du mariage entre Anne d’Autriche et Louis XIII.

Frère Fiacre, de son vrai nom Denis Antheaume, est né le 21 février 1609 à Marly-la-Ville (aujourd’hui dans le Val-d’Oise), qui faisait alors partie du diocèse de Paris. Ses parents, humbles laboureurs, font en sorte que leur fils apprenne à lire et à écrire. À 15 ans, Denis gagne Paris pour y devenir potier d’étain chez un artisan du faubourg Montmartre. Sa grande piété l’amène chez les Augustins déchaussés de Montmartre où il entre en 1631 avant de revêtir l’habit deux ans plus tard sous le nom de Frère Fiacre de Sainte-Marguerite. Aussitôt, il témoigne d’une très grande dévotion pour la Vierge Marie, tandis qu’il ne dédaigne pas de remplir les tâches les plus humbles du monastère.

Malade peu après son entrée dans la communauté, il apprend que la reine Anne d’Autriche fournit aux religieux tous les médicaments qui leur sont nécessaires. Il devient alors très reconnaissant à son égard et décide de demander à Dieu la naissance d’un Dauphin attendu depuis très longtemps, ce qu’il fait assidument pendant plus de six ans.

Un jour, sa prière est exaucée : la Vierge lui apparaît quatre fois dans la nuit du 3 novembre 1637, entre 1 h et 4 h du matin, annonçant la naissance prochaine de celui qui deviendra Louis XIV. C’est le cri d’un tout-petit qui attire l’attention du religieux : « Il tourna la tête du côté de la voix et aperçut la Sacrée Vierge environnée d’une belle et agréable lumière, ayant un enfant dans les bras, vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles, ses cheveux pendants sur ses épaules, trois couronnes sur sa tête, assise sur une chaise et qui lui dit : « Mon enfant, n’ayez pas peur, je suis la Mère de Dieu. » Sur cela, il se jeta à terre pour adorer l’enfant qu’elle tenait entre ses bras, pensant que ce fut Jésus-Christ, mais la Vierge sacrée lui dit : « Mon enfant, ce n’est pas mon Fils, c’est l’enfant que Dieu veut donner à la France. » La Vierge Marie lui demande de faire réciter des Neuvaines, requête qui fut transmise à la famille royale par le cardinal de la Rochefoucault. Le dimanche 5 septembre 1638, neuf mois jour pour jour après l’achèvement des Neuvaines, Anne d’Autriche donne naissance à un fils, Louis « Dieudonné ». Sept mois avant, dans la joie d’avoir appris la grossesse inespérée de la reine, Louis XIII avait consacré officiellement la France à la Vierge Marie par son vœu du 10 février 1638.

On doit à Frère Fiacre et à sa grande confiance en la Mère de Dieu, le développement de l’église de Notre-Dame des Victoires, refuge des pécheurs, comme sanctuaire de pèlerinage où la Vierge Marie offre volontiers à tous ceux qui invoquent son cœur maternel d’être exaucé, écouté et secouru.

Frère Fiacre meurt le 16 février 1684 en odeur de sainteté, vénéré comme tel par les pauvres de la capitale. Son image fut placée dans les voitures d’une compagnie de louage au XIXe siècle, d’où le nom de « fiacre » qu’elles ont longtemps porté. Son corps fut inhumé dans la crypte de la basilique et son cœur est conservé à Cotignac au Sanctuaire de Notre-Dame des Grâces, comme l’atteste une plaque de marbre.

Père Hervé Soubias,
curé-recteur du sanctuaire de Notre-Dame des Victoires

Un héros Russe est mort au Champ d’Honneur.

Prokhorenko3

Depuis quelques jours, les médias russes et étrangers parlent avec admiration de l’héroïsme d’un militaire russe, qui encerclé près de Palmyre par les terroristes de Daesh, a commandé un bombardement aérien sur sa propre position, pour ne pas mourir sans combattre.

Comme a révélé le site russe orenday.ru, cet homme s’appelait Alexandre Prokhorenko. Il était lieutenant et n’avait que 25 ans. Comme ses proches le racontent, Alexandre qui est né dans une famille de militaires rêvait de faire carrière dans l’armée depuis son enfance. Après l’école, il s’est enrôlé dans l’Académie militaire de la Défense aérienne des forces aériennes russes.

Prokhorenko

Sa femme Ekaterina, avec laquelle Alexandre s’était marié il y a 18 mois, attend un enfant. Quand son mari est parti pour une mission il y a deux mois, elle pensait qu’il allait servir dans la région du Caucase et ne pouvait pas imaginer qu’il se rendrait dans le bastion de Daesh.

Dans le village natal d’Alexandre, Gorodki dans la région d’Orenbourg, personne ne peut évoquer son souvenir sans verser une larme. Natalia Mechkova, sa maîtresse d’école, a déclaré que son élève était la fierté de ses parents et qu’il étudiait très bien à l’école. «Tout le village est en deuil. Personne ne savait exactement où Sacha [diminutif d’Alexandre] servait. On disait qu’il était dans les services secrets», a-t-elle ajouté. Si l’on regarde l’album de photos de l’école où Alexandre a étudié, on peut voir que ce garçon actif est toujours dans les premiers rangs. Il participait à tous les événements sportifs.

Une autre de ses enseignantes, Nadejda Rousinova a fait savoir que son école porterait désormais son nom. «Tout le monde n’aurait pas pu appeler un bombardement sur sa propre position et commettre un tel acte de courage. Il sera un exemple pour des générations», a-t-elle déclaré. «J’admire l’héroïsme d’un simple garçon rustique qui a pu mettre la réalisation des objectifs et la conservation de nos vies au-dessus de la sienne», a déclaré l’une des connaissances d’Alexandre.

Prokhorenko2

Alexandre doit recevoir la distinction de Héros de la Russie à titre posthume, la récompense la plus élevée du pays. Tant qu’il y aura des hommes comme lui les fous d’Allah ne passeront pas.

Rigolo

Rire

Petit rapporteur
A l’entracte d’un concert, un spectateur fait passer un billet au chef d’orchestre sur lequel il est marqué : «je ne voudrais pas jouer les rapporteurs, mais je vous signale que celui qui est à la grosse caisse ne frappe que lorsque vous le regardez ! »

Devinette
Quel est le seul moyen pour avoir le dernier mot avec une femme ? Il faut répondre « oui chérie »

Comble
Quel est le comble de la paresse ? Se lever à 5 h du matin pour avoir plus temps à ne rien faire !

Leçon de choses
Un type rentre chez lui et trouve sa femme au lit avec un « invité ». Le type furieux se met à injurier son épouse, mais celle-ci sans se démonter lui réplique : « Arrête de hurler et regarde plutôt comment il fait ! »

Problèmes d’emploi
« Alors, tu as trouvé du travail ? »
« Ne m’en parle pas ! J’en avais trouvé à Limoges, ils m’ont limogé.
Ensuite j’ai trouvé une place à Vire, ils m’ont viré.
Puis, j’ai été embauché à Lourdes, on m’a lourdé.
Et là, on m’a proposé un boulot à Castres, alors j’ai tout de suite refusé ! »
« Cher ami, je pense que \’opération est inévitable »
« Ah, plutôt mourir !»
« Mais l’un n’empêche pas l’autre !»